Sciences de la vie – Joy Sorman

Titre : Sciences de la vie
Auteur : Joy Sorman
Éditeur : Seuil
Nombre de pages : 272
Date de parution : 17 août 2017

 

Joy Sorman a cette particularité de choisir un sujet, à priori peu romanesque, et de le triturer jusqu’à la moelle. Dans une langue riche, précise, technique, elle en épuise toutes les facettes.
Ninon Moïse fait partie d’une famille soumise à une malédiction depuis 1518. Toutes les filles aînées de cette famille ont une pathologie rare qui survient sans prévenir.

Par exemple, Esther, sa mère, ne voit pas les couleurs. Chaque soir, elle contait à sa fille, l’histoire maléfique et étonnante d’une de ses ancêtres, récits plutôt drôles qui vont ponctuer pour un réel plaisir de lecture le récit personnel de Ninon.
«  On ne se rebelle pas contre le mauvais sort, on courbe l’échine. »
Suggestion ou réelle malédiction, Ninon n’échappe pas à son destin. A dix-sept ans, du jour au lendemain, elle est atteinte de douleurs insupportables sur les deux bras, du poignet à l’épaule lors de contact sur sa peau.
Hyperesthésie cutanée ou allodynie tactile dynamique. Mettre un nom sur une douleur, c’est déjà grand pas, une reconnaissance de maladie, un espoir de guérison.
Mais Ninon, tel Gregor Samsa dans La métamorphose de Kafka, vit un cauchemar. Elle consulte tous les médecins, spécialistes, psychiatres en vain. Se repliant ensuite vers les médecines parallèles puis les chamanes.

«  Ninon fait le bilan de ces mois de consultations, elle en retient un sentiment d’injustice, ou plus prosaïquement de vexation – la douleur l’a rendue orgueilleuse, ajoutant à la susceptibilité de son jeune âge-, la désagréable impression que pour les médecins son mal n’est qu’un symptôme agaçant, à l’expression outrée, sans aura ni prestige, qu’elle est une emmerdeuse qui ne veut rentrer dans aucune case des manuels de médecine, un boulet, la mauvaise nouvelle qu’on voit arriver de loin, que ce qu’elle considère comme sa maladie, une maladie vraie, est traité comme un fait clinique mineur, un simple dérèglement de sa subjectivité, quand les médecins devraient plutôt la remercier d’incarner cette splendide énigme livrée sur un plateau, un prodige de la nature, car quoi de plus passionnant qu’un malade dans lequel la maladie prend bizarrement forme, se module sous des traits singuliers, se nuance et s’intensifie de zones d’ombre et de lumière, de teintes variées, quoi de plus stimulant que des individus imprévisibles, des cas particuliers qui débordent les lois et les catégories de la science. »

Joy Sorman décrit avec justesse l’état d’esprit de ces personnes atteintes de maladies rares, véritables énigmes pour la science. Et parfaitement aussi, cette douleur avec laquelle il faut vivre en permanence. Cette douleur qui devient une part entière de l’être, à tel point que lorsqu’elle disparaît, on se trouve content mais dépossédé, orphelin.

Avec cette phrase de Fitzgerald «  Toute vie est bien entendu un processus de démolition », Joy Sorman, en écrivaine décalée et philosophe, construit un récit très personnel entre fiction et réflexion sur l’intellectualisation d’un mal physique. De la suggestion possible par le biais d’histoires de famille, de la compréhension du mal, de sa tentative de maîtrise de la douleur, de l’espoir de guérison, de la résignation à vivre avec cette particularité jusqu’à la reprise de possession du corps.

Personnellement, le sujet ne m’a pas vraiment intéressée et la course aux remèdes est parfois lassante. J’ai pu lire des témoignages plus solennels sur la confrontation de malades aux spécialistes impuissants et aux charlatans prometteurs. Dans sa ligne intellectuelle, Joy Sorman en fait un récit plutôt ironique mais surtout une approche originale de raisonnement d’une malade qui refuse le déterminisme d’une malédiction familiale et lutte pour retrouver l’ascendant sur son corps.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Nos richesses – Kaouther Adimi

Titre : Nos richesses
Auteur : Kaouther Adimi
Éditeur : Seuil
Nombre de pages : 216
Date de parution : 17 août 2017

 

«  Charlot a laissé dans ce lieu quelque chose de beau, quelque chose de plus grand que tout ce qui se passe à l’extérieur. »

Cette magie, cette passion pour la littérature imprègnent chaque ligne du roman de Kaouther Adimi. Les amoureux des livres ne peuvent que vibrer devant l’énergie que déploie Edmond Charlot, libraire et premier éditeur d’Albert Camus, devant le respect de tout un quartier d’Alger pour cette minuscule librairie de prêt «  Les vraies richesses » .

En 1936, Edmond Charlot ouvre sa librairie, «  une librairie qui vendrait du neuf et de l’ancien, ferait du prêt d’ouvrages et qui ne serait pas juste un commerce mais un lieu de rencontres et de lecture. » Reprise par sa belle-sœur lorsque Edmond part à Paris pour monter une succursale des Éditions Charlot, le lieu fut repris par l’État algérien dans les années 90 pour en faire une annexe de la Bibliothèque nationale.
Abdallah, «  un être plein de fierté qui a grandi en Kabylie » s’occupe avec amour de cette annexe. Lorsqu’en 2017, le local est vendu à un industriel pour installer une échoppe de beignets, Abdallah s’installe dans la rue, figure vivante de la contestation de tout un quartier.
Le jeune Ryad, étudiant ingénieur en stage usine, arrive à Alger afin de vider la librairie,  nettoyer et repeindre ce lieu devenu sacré pour les riverains.

Kaouther Adimi intercale les récits actuels du séjour de Ryad avec les extraits du carnet d’Edmond Charlot et les récits de l’histoire d’Alger, créant une fiction riche d’évènements historiques, du combat d’un homme pour la survie d’une petite maison d’édition contrariant la mission d’un jeune homme peu intéressé par la littérature mais sensible aux lieux et aux liens humains.

Ce roman est une vraie richesse qui parlera à tous ceux qui sont sensibles à la fermeture de librairies, de lieux de partage autour de la littérature, à tous ceux qui reconnaissent le travail des petits éditeurs toujours à la recherche de publications de qualité, luttant avec des moyens inégaux contre les grosses structures, surtout en période de guerre comme Edmond Charlot lorsque les pénuries de papier et d’encre pénalisaient la production, prenant des risques afin que des textes majeurs soient publiés.
«  Je ne fais pas le poids. Les éditeurs parisiens ont de l’argent, du papier, des réseaux. Et nous? Des écrivains – les meilleurs – de la volonté, mais ça ne suffira pas »
Camus, Vercors, Giono, Saint-Exupéry, Gide, Emmanuel Roblès, Henri Bosco, Philippe Soupault furent publiés par les Éditions Charlot. Autant de belles rencontres au cours de cette lecture.

Mais ce livre est aussi un regard éclairé sur l’histoire de l’Algérie, avec notamment le massacre de Setif en mai 1945 alors que les algériens célébraient la libération d’une guerre à laquelle ils ont largement participé. Prise de conscience et évènement déclencheur du besoin de l’Indépendance. Avec la nuit du 31 octobre au premier novembre 1954 qui marqua le début de la guerre d’Algérie. Et ce jour du 17 octobre 1961 où des centaines d’algériens qui manifestaient à Paris contre le couvre-feu décrété exclusivement pour les Nord-Africains, furent arrêtés, blessés, certains tués et jetés dans la Seine.

Kaouther Adimi nous embarque dans la passion d’Edmond Charlot et nous donne envie de se rendre dans ces ruelles en pente qui conduisent au 2bis rue Hamani pour vivre de plus près la magie des lieux.

«  Dès votre arrivée à Alger, il vous faudra prendre les rues en pente, les monter puis les descendre. Vous tomberez sur Didouche-Mourad, traversée par de nombreuses ruelles comme par une centaine d’histoires, à quelques pas d’un pont que se partagent suicidés et amoureux…
Oubliez que les chemins sont imbibés de rouge, que ce rouge n’a pas été lavé et que chaque jour, nos pas s’y enfoncent un peu plus…Face à l’Histoire, la grande, celle qui a bouleversé ce monde mais aussi la petite, celle d’un homme, Edmond Charlot, qui, en 1936, âgé de vingt et un ans, ouvrit la librairie de prêt Les vraies richesses. »

Un livre que je classe dans mes meilleures lectures de rentrée.

Leçons pour un jeune fauve – Michela Murgia

Titre : Leçons pour un jeune fauve
Auteur : Michela Murgia
Littérature italienne
Traducteur: Nathalie Bauer
Titre original : Chirú
Éditeur: Seuil
Nombre de pages : 272
Date de parution : 5 janvier 2017

Michela Murgia a la terre de ses origines dans le sang. Ses premiers romans nous plongent à la fois dans l’enfance et dans l’univers sarde.
Si nous sommes ici à Cagliari et que l’atmosphère sarde est bien présente, le récit de cette relation entre une actrice proche de la quarantaine et un jeune violoniste de dix-huit ans pourrait être universelle.
Eleonora est une femme entière n’ayant besoin de personne ( ou presque) parce que son enfance avec un père caustique et violent ( on le suppose même si la narratrice ne laisse passer que des allusions) lui a appris que « seuls grandissent ceux qui ne sont pas rêvés. »
C’est pour compenser le regard blessant de son père qu’elle a eu la volonté de faire de la comédie, de s’engager au théâtre, de passer une audition avec un célèbre metteur en scène épaulée par Fabrizio qui devient son mentor et son amant.
 » La seule chose qui importe à ce genre d’homme, c’est que ta compréhension des choses n’excède pas la sienne. »
Adulte, elle souhaite aussi aider des élèves à devenir ambitieux. Lorsqu’elle rencontre Chirú, elle se reconnaît en lui.
«  Malgré son très jeune âge ( moins de dix-huit ans peut-être), son regard trahissait une blessure, comme s’il observait le monde d’un point de vue déjà faussé. »
Elle lui apprend les femmes en parlant de Cosi fan tutte, l’emmène chez un tailleur pour comprendre l’importance des tissus et des gens par leur costume, l’introduit dans le monde du spectacle lors d’une soirée chez un producteur, « en ces lieux, haïr quelqu’un était aussi normal qu’il était inconvenant de le montrer. »
«  Si je ne parvenais pas à débusquer chez lui la passion, la générosité et la vision du vrai talent, je le doterais au moins des outils nécessaires pour saisir la différence entre la possession d’un don et la capacité beaucoup plus utile de saisir les opportunités. »
L’accompagnement d’un élève évolue inévitablement vers des sentiments d’admiration, des confidences, voire de l’attirance physique. Eleonora le sait pour avoir vécu précédemment une expérience difficile avec un autre élève. Dans son rôle de mentor, elle est à la fois la mère, le professeur et la maîtresse pour ces jeunes élèves. Elle en est consciente et tente de s’en prémunir, redoutant pourtant le moment où elle devra cesser son accompagnement.

 » J’aurais aimé le protéger contre ces blessures que nous traitons de « sentiments familiaux » et l’empêcher de répéter les mêmes erreurs que moi, mais certaines vérités ne s’héritent que de soi-même. »

Sans être d’accord sur toutes les leçons, quel régal de suivre ces rapports humains entre les personnages. Michela Murgia effleure les sentiments, laissant le lecteur comprendre les doutes, les attirances, les ambiguïtés.
Et il y a bien sûr cette âme sarde qui s’exprime encore davantage face aux comportements des suédois lorsque Eleonora se rend à Stockholm pour une tournée théâtrale.
En Suède, «  l’âme dérangeante de l’art était un prix trop élevé à payer pour une harmonie sociale aussi efficace. »
Alors qu’en Suède, « sortir de la moyenne n’est pas vu d’un bon œil« , l’Italie a le culte de l’exception individuelle.

Chirù, avec son sourire « entre l’effronterie et la timidité » devient pour celle qu’il juge « malheureuse avec classe » un « arestixeddu » (jeune fauve en sarde). Et l’on ne sait plus lequel des deux aide l’autre.

Ce roman est une lumineuse confrontation, un récit où les rapports humains sont décortiqués, dévoilant passion et ambiguïté. Un roman intelligent qui insiste sur l’analyse des comportements,un récit que je rapprocherais du roman de Ian McEwan, L’intérêt de l’enfant. Un roman comme je les aime.

Celui qui est digne d’être aimé – Abdellah Taïa

Taïa


Titre : Celui qui est digne d’être aimé

Auteur : Abdellah Taïa
Littérature marocaine
Editeur : Seuil
Nombre de pages : 136
Date de parution : 5 janvier 2017

Celui qui est digne d’être aimé est un roman violent, fort sur la volonté et la possibilité de vivre dignement son identité de musulman homosexuel au Maroc ou en France.

Le récit est constitué de quatre lettres, trois sont écrites, la dernière ne le fut pas mais elle reflète la pensée de son auteur. Quatre lettres qui nous font remonter dans le temps ( août 2015, juillet 2010, Juillet 2005, Mai 1990) et nous donnent à comprendre le mal être d’Ahmed.

Ahmed a quinze ans en 1990, il vit à Salé dans un milieu pauvre. Sa mère voulait le tuer dans son ventre craignant d’enfanter une nouvelle fille. C’est la prémonition du frère aîné, le préféré qui l’arrêta. Est-ce pour cette raison qu’il sera homosexuel?
Un jeune garçon homosexuel au Maroc rêve de rencontrer un riche français qui le sortira de sa misère. Pour Ahmed, ce sera Emmanuel. Emmanuel qui va le « coloniser« , l’éduquer, l’amener à effacer toutes ses racines, à renier son identité.

La première lettre est celle d’Ahmed à Malika, sa mère morte en 2010. C’est une lettre de haine et de reproche.
 » J’ai 40 ans et je suis devenu un jaloux calculateur et froid. »
Pour l’adulte blessé qu’il est devenu, Malika n’était qu’une femme cruelle, autoritaire qui usait de ses charmes pour assujettir son mari, un brave homme ensorcelé par le sexe prêt à tout accepter pour un regard de sa femme.
 » Et malheureusement pour moi, je suis comme toi…Je suis froid et tranchant comme toi. Malin, calculateur, terrifiant parfois. Dans le cri, dans le pouvoir, dans la domination. Exactement comme toi. »

La seconde lettre est celle d’un amant à Ahmed. Vincent vient de découvrir ses racines marocaines. Dans le métro parisien, il tombe sous le charme d’Ahmed. Ahmed, l’homme qui emmènerai Les lettres portugaises dans la mort, un livre qui parle d’amour et d’abandon. Sombre prémonition.

Vient ensuite une lettre de rupture adressée à Emmanuel écrite en juillet 2005 par Ahmed. En treize ans de vie commune, Emmanuel a sorti Ahmed de son village, de son pays, il a fait son éducation mais il l’a aussi débaptisé, contraint à renier ses origines, à oublier sa culture. Comment ne pas faire le parallèle entre cet homme et le pays?
 » Confronté, tu ne cessais de te dérober, Emmanuel. Tu n’es ni un raciste ni un conservateur, tu votes toujours à gauche et tu ne caches rien aux impôts. Pourtant, tu n’as eu aucun scrupule à reproduire sur moi, dans mon corps, dans mon coeur, tout ce que la France refuse de voir : du néo-colonialisme. »

La dernière partie est sans aucun doute la poignante confession qui aide à comprendre le comportement torturé d’Ahmed.

Ce récit fortement inspiré de l’histoire de l’auteur est fort et violent parce que le jeune Ahmed est à ce point de révolte où il ne supporte plus cette liberté acquise, ne supporte plus ce que l’on a fait de lui. Avec des phrases simples de l’écriture épistolaire et les mots crus, Abdellah Taïa fait parfaitement ressentir la complexité de son personnage. Ahmed a cru en la liberté offerte grâce à l’attention de ce riche parisien, il a profité de cette aubaine se soumettant à la fois par amour et par intérêt. Avec le décès de sa mère, il perd son assurance, se rappelle comment les techniques de séduction, de possession de Malika ont causé le malheur de son père.
Ce roman est un cri de révolte mais aussi une façon de montrer comment un homme peut perdre sa dignité en acceptant de renier ses racines pour s’intégrer dans un autre monde.
 » Non seulement il faut s’intégrer de force dans la société française, mais si, en plus, on réussissait à faire oublier notre peau, notre origine, ça serait parfait. »

Style, construction, sujet, je recommande cette lecture.

Le bruit des choses qui tombent – Juan Gabriel Vásquez

vasquezTitre : Le bruit des choses qui tombent
Auteur : Juan Gabriel Vasquez
Littérature colombienne
Titre original : El ruido de las cosas al caer
Traducteur : Isabelle Gugnon
Editeur : Seuil
Nombre de pages : 293
Date de parution : 23 août 2012
A l’aube de la quarantaine, Antonio Yammara se souvient d’un homme qui a marqué sa vie, Ricardo Laverde. Antonio était un jeune avocat de vingt six ans quand il rencontra Ricardo à Bogota vers la fin de l’année 95. Les deux hommes se croisaient dans une salle de billard. Quelques mots échangés, quelques verres partagés et une forme d’amitié s’installe. Ricardo, ancien pilote, aurait fait de la prison. Aujourd’hui, son plus cher souhait est de retrouver sa femme, Elena et sa fille après tant d’années de séparation.
En sortant de la Maison de la Poésie où Antonio a conduit Ricardo afin d’écouter une mystérieuse cassette, Ricardo est abattu par des motards. Antonio est blessé. Juste avant les coups de feu, Ricardo a eu le temps de dire à son ami qu’Elena était dans l’avion qui s’est écrasé entre Miami et Cali, cet avion qui l’amenait enfin à Bogota auprès de lui.
Antonio reste handicapé mais surtout pétrifié.
 » à Bogota, parmi les gens de ma génération, la peur était la maladie la plus répandue. »
Même si la nuit où Ricardo fut assassiné, seize autres crimes furent perpétrés, celui-ci touche Antonio de près et remet en question sa vie et son couple.
Il enquête sur cette mystérieuse cassette qui représente les derniers instants de Ricardo mais aussi les derniers bruits, ceux des choses qui tombent dans cet avion en perdition.
Sa rencontre avec Maya Fritts, la fille de Ricardo permet à Antonio de mieux connaître le passe de cet homme qui ne pouvait parler des erreurs de son passé.
Nous découvrons alors comment l’enfance de Ricardo fait naître sa passion pour les avions, comment il a rencontré Elena, cette américaine venue en Colombie pout travailler dans le Corps de la Paix, agence créée par Kennedy, comment Mike Barbieri les entraîne dans le commerce le plus fructueux de la Colombie.
Se dessine alors en filigrane, à l’image de Pablo Escobar, ce qui plongea la Colombie au bord du gouffre, jusqu’à ce que Nixon commence sa guerre contre les drogues, que les contrôles se renforcent et que Ricardo en pâtisse.
Antonio et Maya, nés dans les années 70, font partie de cette génération hantée par le trafic de marijuana, par cette guerre contre les drogues qui a coûté la vie à de nombreuses personnes. Les gens de cette génération ont coutume de se demander  » où étiez-vous le jour où  » Lara Bonilla, ministre de la Justice a été assassiné, le jour où Luis Carlos Galàn, candidat à la Présidentielle a été assassiné. Une jeunesse qui rêvait pourtant en allant voir en cachette le zoo exceptionnel de l’ Hacienda Napoles, la propriété du richissime Pablo Escobar.
La mort d’Escobar en 1993, le bruit des choses qui tombent dans cet avion d’American Airlines entre Miami et Cali en 1996 marquent la fin d’une époque, la chute des vies d’Elena et Ricardo mais aussi la confrontation d’une génération, celle d’Antonio et de Maya au fléau qui a brisé la Colombie leur laissant une peur qui les hante à jamais.

Avec une écriture fluide et vive, Juan Gabriel Vásquez entretient d’abord le mystère, donnant ainsi une épaisseur à ses personnages, laissant le lecteur découvrir leur passé. Avec l’histoire de Ricardo et Elena, c’est surtout l’histoire de la Colombie que nous apercevons en transparence. Nous ne sommes pas dans une enquête rythmée de roman noir mais plutôt dans une découverte de l’ambiance de Bogota dans les années 70 à 90, une histoire de pays qui marque profondément ses habitants.

Pal New Pal 2016 orsec2016

 

A la fin le silence – Laurence Tardieu

TardieuTitre :A la fin le silence
Auteur : Laurence Tardieu
Éditeur : Seuil
Nombre de pages : 176
Date de parution : 18 août 2016

Laurence Tardieu fait partie des auteures dont j’apprécie particulièrement le style. Avec ses longues phrases comme des incantations, elle parvient à aller chercher les émotions au plus profond de soi. Je fais partie de ces gens qui cherchent la compréhension en me parlant mentalement, en laissant sortir les bonnes et mauvaises raisons, en analysant, en triturant mes pensées. L’auteur utilise, selon moi, dans sa façon d’écrire ce qu’elle appelle la ligne verticale.
 » A dix-sept ans, je voulais comprendre ce qu’était l’éternité. Je fermais les yeux, j’essayais de visualiser une ligne qui ne s’arrêtait jamais, qui filait pour toujours vers l’avant….jusqu’au jour où je me suis dit que je me trompais de direction : ce n’était pas à l’horizontal qu’il fallait se projeter mais, peut-être, à la verticale. Ressentir l’instant présent, s’y laisser tomber, totalement tomber. »
Les attentats de janvier puis de novembre 2015 changent le rapport au monde de la narratrice qui, peut-être parce qu’elle est enceinte perçoit encore plus la peur, l’insécurité.
 » Ils ont tiré sur eux et moi je me disperse. »
En ces moments d’insécurité, le besoin d’un refuge physique ou mental est indispensable. La narratrice tente de retrouver le parfum de sa mère, les souvenirs d’une vie insouciante dans la maison de son enfance. Mais Cybèle, la maison de Nice, maison familiale de ses grands-parents maternels italiens représentant un espace de sécurité intérieure est mis en vente. La sensation de dissolution de son monde intime résonne avec celle du monde.
 » La maison, le monde. Le monde, la maison. Je faisais sans fin le va-et-vient, obsessionnelle. »

En 2015, personne n’est resté inchangé suite aux attentats. Même, si les parisiens comme la narratrice, devant prendre le métro quotidiennement, craignant pour la sécurité de leurs enfants, ont peut-être davantage ressenti la peur, cette année nous a montré que l’imprévisible peut frapper n’importe où et n’importe quand. En ce sens, l’auteur comprend que la joie intérieure ne peut se retrouver en se projetant de manière horizontale vers l’avenir. Dès la naissance, on entre dans l’imprévisible. Combien de fois avons-nous échappé à la mort?

Ce roman qui se veut aussi un moyen de transmission d’un héritage familial à l’enfant qui va naître et ne connaîtra pas la quiétude du refuge familial, est, malgré son ambiance assez sombre marqué par la peur, un récit qui ouvre une voie optimiste de recherche de joie intérieure par l’introspection, la recherche d’un refuge au plus profond de soi, de ses souvenirs et expériences positives.
Toutefois, par rapport aux auteurs cités comme David Grossman, Zeruya Shalev, Aharon Appelfeld qui « atteignent en moi, une zone intérieure à laquelle seule, je n’avais pas accès« , Laurence Tardieu se place en personnage lambda. Ce qu’elle décrit, je suppose que nous le vivons tous un peu de la même façon. Si écrire ces mots permet à l’auteur de donner un sens, de sortir des émotions qui ne peuvent rester enfouies au fond de soi, à moi, lecteur, cela n’apporte pas d’enseignement si ce n’est de constater que les événements nous plongent tous dans la même lutte intérieure.

J’ai lu ce livre dans le cadre des Explolecteurs avec lecteurs.com

rl2016

Histoire du lion Personne – Stéphane Audeguy

AudeguyTitre : Histoire du lion Personne
Auteur : Stéphane Audeguy
Éditeur : Seuil
Nombre de pages : 224
Date de parution : 18 août 206

 

 

Yacine, treize ans, orphelin ne croit plus en Dieu même si il a été recueilli et instruit par le Père Jean.

 » la peur pousse la masse des hommes vers la religion; il convient de se déprendre d’elle, parce qu’elle tue l’esprit. »

Le religieux envoie cet enfant particulièrement intelligent suivre son instruction à Saint-Louis et travailler pour le Directeur de la Compagnie Royale du Sénégal, Jean-Gabriel Pelletan, un homme originaire de Marseille militant contre l’esclavagisme.

En chemin, il recueille un lionceau abandonné qu’il nommera Kena, ce qui veut dire Personne dans la langue de sa tribu. Malheureusement, ce jeune garçon curieux très attaché à son lion n’est pas le personnage principal du roman. Nous poursuivons ensuite notre découverte avec Pelletan.

Ce marseillais de quarante ans, tout comme Rousseau, nous dit-il a dû fuir son pays natal pour chercher la liberté. Au Sénégal, il s’investit pour que les fermiers noirs soient associés au profit l’exploitation de la gomme arabique et milite en faveur de l’abolition de l’esclavage.

 » Pelletan rêvait d’une magnifique colonie agricole pour cette vaste et splendide partie de l’Afrique qu’on appelait le Sénégal. »

Seulement un lion même très pacifique attise la curiosité des enfants espiègles et se retrouve vite la bête noire des hommes méfiants. Pelletan est contraint de s’en séparer. Impossible de le perdre dans une savane que l’animal n’a jamais connu, Pelletan l’expédie à la Ménagerie royale de Versailles via un navire de la Compagnie des Indes.

Si certaines personnes, bénies des Dieux, sont des amoureux des animaux, Personne et le chien Hercule, qui devient son compagnon, croisent sur leur chemin des êtres ignobles, insensibles à la cause animale, méchants par bêtise et manque d’éducation. La traversée sera pour le lion et le chien trois semaines d’horreur.

Avec les animaux de la ménagerie royale, cadeaux de sommités étrangères au roi Louis XVI, Stéphane Audeguy nous fait vivre la déconfiture du royaume en pleine révolution. Le lion, roi des animaux, fait figure de symbole de la monarchie. Le peuple affamé n’hésite pas à s’attaquer aux oiseaux exotiques et peste contre ces animaux parfois mieux nourris qu’eux-mêmes.

Le lion Personne et le chien Hercule passent d’un bienfaiteur à un autre, du Sénégal à la France, mais sur un chemin semé d’embûches et d’attaques d’ hommes insensibles à la sagesse animale. Personne est le fil conducteur de ce roman qui nous laisse découvrir des personnages passionnants, attachants et bien plus marquants que ce lion sympathique mais très effacé. Certes, un lion ne peut raconter son histoire. Mais si le lecteur ne peut que compatir à sa douleur, il s’attache davantage à Yacine, Pelletan ou Jean Dubois.

A l’issue de ce beau récit d’aventure, je me pose tout de même la question de la finalité du roman.

J’ai lu ce roman en tant que Explolecteurs pour lecteurs.com

rl2016