Ouvre les yeux – Matteo Righetto

Titre : Ouvre les yeux
Auteur : Matteo Righetto
Littérature italienne
Titre original : Apri gli occhi
Traducteur : Anne-Laure Gonin-Marquer
Editeur : Points
Nombre de pages : 144
Date de parution : 18 avril 2019
Date de parution originale : La dernière goutte, janvier 2017

 

Qui n’a jamais demandé à quelqu’un de fermer les yeux pour mieux révéler l’effet de surprise lorsque l’autorisation « Ouvre les yeux. » est lancée. Plaisir de découvrir la joie dans les yeux d’un enfant face au cadeau tant désiré ou face à une merveille de la nature.

Giulio est le fuit d’un coup de foudre entre Luigi et Francesca. Le couple aimait arpenter la montagne avec leur fils. Le point culminant de leur bonheur à trois fut cet instant où la famille se retrouve au sommet du Schenon. Les grands espaces et le vol d’un aigle.

A treize ans, l’adolescent se replie sur lui-même face à un couple qui perd pied jusqu’au divorce.

« Il cesse de rire et nous ne nous en aperçûmes même pas. »

Luigi comble l’absence et lui offre une moto pour ses dix-huit ans. C’est peut-être la dernière fois qu’il pourra lui faire une surprise en lui disant « Ouvre les yeux. »

J’ai beaucoup aimé la construction de ce court roman. Le présent se conjugue au futur quand Luigi et Francesca se retrouvent pour une ultime rencontre avec le passé de leur fils. Cela ne peut se faire que dans la montagne, «  un lien où grimper mais surtout où descendre en soi-même pour mieux se connaître. »

S’y mêlent les autres chapitres, au passé. Le récit d’un couple qui part de la passion jusqu’au divorce, laissant sur le quai un enfant.

Un enfant, c’est comme un feu, il a besoin d’une attention constante.

Un très beau roman, où la nature et les silences donnent de la douceur, là où le destin peut se promettre violent.

La cinquième femme – Henning Mankell

mankellTitre : La cinquième femme
Auteur : Henning Mankell
Littérature suédoise
Titre original : Den femte kwinman
Traducteur : Anna Gibson
Éditeur : Points
Nombre de page : 608
Date de parution : Seuil mars 2000, Points mai 2001

 

 

Auteur :
Henning Mankell, né en février 1948 à Stockholm nous a quitté le 5 octobre 2015 . Romancier et dramaturge suédois, il restera le créateur de  l’inspecteur Kurt Wallander. Mais Henning Mankell a également publié des ouvrages de superbes romans ( Les chaussures italiennes, Profondeurs .. ) et des romans pour la jeunesse ( A l’horizon scintille l’océan …)

Présentation de l’éditeur :
Des meurtres à donner froid dans le dos se succèdent : un homme est retrouvé empalé dans un fossé, un autre ligoté à un arbre et étranglé, un troisième noyé au fond d’un lac. Et si le crime était la vengeance d’une victime contre ses bourreaux ? Dans ce cas, Wallander doit se hâter pour empêcher un autre meurtre tout aussi barbare.
« Ils ont les bras et les jambes arrachés. La puanteur est insoutenable. »
« La Cinquième Femme passionne par la subtilité de son intrigue et de ses personnages, bouleverse par son humanité, dérange par la profondeur de son regard. Du très grand art. » Télérama

Mon avis :
Wallander passe quelques jours à Rome avec son père vieillissant, atteint d’un début d’Alzheimer. C’est un moment privilégié loin des enquêtes du bureau et une occasion unique de parler un peu avec ce père déçu du métier de son fils.
Mais la douceur romaine est éphémère puisque, dès son retour, un vol chez un fleuriste donne le départ d’une série de meurtres sordides. Très vite, l’enquête sur ces assassinats font remonter de vieilles histoires de disparitions de femmes, et met en évidence les anciennes tendances violentes des victimes.
Devant la montée de la violence en Suède, la lenteur des services de police, les citoyens s’organisent pour mettre en place des milices. Est-ce aussi un esprit vengeur qui condamnerait des hommes réputés violents?

Inutile de rappeler que Wallander est un inspecteur humain attachant, les lecteurs d’Henning Mankell le connaissent aussi bien qu’ un membre de leur famille. Ici c’est le père de Wallander qui est au centre de la vie personnelle de l’enquêteur mais nous y retrouvons aussi Linda, la fille ( d’un précédent mariage avec Mona) et de très loin Baiba, sa nouvelle compagne.

Henning Mankell prend le temps d’installer son intrigue et ce n’est que sur la seconde partie que le rythme devient frénétique. En sachant trop de choses sur l’assassin, mon intérêt s’émoussait. Mais c’est en suivant ce qui se passe en temps réel dans la tête de Wallander, en l’écoutant débattre avec sa collègue féminine Ann-Britt, en participant à toutes les pistes de réflexion que je reprends un vif intérêt à l’enquête.

Même si ce n’est pas le meilleur de la série, c’est toujours un plaisir de retrouver l’instinct professionnel et les errements familiaux de Kurt Wallander.
 » Il y a très peu de gens mauvais. moi, du moins, je crois qu’ils sont rares. Mais il y a des circonstances mauvaises. Ce sont elle qui déchaînent toute cette violence. Ce sont elles que nous devons combattre. »

Merci à Cryssilda qui a mis en place cet événement. Vous retrouverez tous les titres lus en hommage à Henning Mankell sur la page Facebook dédiée

New Pal 2015 orsec

 

 

 

 

Merci à Cryssilda d’avoir organisé cet hommage à un auteur que nous regretterons tous.

 

Neige – Maxence Fermine

fermine1Titre : Neige
Auteur : Maxence Fermine
Éditeur : Points
Nombre de pages : 96
Date de parution chez Points : 2000

Résumé :
Dans le Japon de la fin du XIXe siècle, sur l’île d’Hokkaido, Yuko ne désire devenir ni prêtre, ni guerrier, mais poète, afin « d’apprendre à regarder passer le temps« . Fasciné par la neige, en laquelle il voit tout à la fois un poème, une calligraphie, une peinture, une danse et une musique, il s’adonne au haïku et traverse les montagnes dans l’espoir de parfaire son art auprès d’un maître renommé… Maxence Fermine est un ciseleur de prose dont le plaisir d’écrire est communicatif. En cinquante-quatre très courts chapitres, il trousse un récit épuré d’une intense beauté dont l’émotion, les sentiments et l’inspiration s’approchent au plus près des haïkai de la poésie classique japonaise. Éblouissant exercice de style, Neige est indispensable à quiconque s’intéresse à la littérature.

Mon avis :
C’est grâce au mini challenge de Livraddict que j’ai choisi de découvrir ce livre. Et ce fut une véritable pause poétique, magique et fraîche.
Fraîche pour la neige qui en est le fil conducteur mais aussi pour l’évocation des  sentiments si purs de Soseki pour cette belle funambule.
Tout est blanc, pur et illustre le travail de l’écrivain ou de tout artiste, semblable à un funambule « qui avance pas à pas sur un fil de beauté. »
J’ai apprécié aussi cette interprétation de l’esprit japonais, très direct.
C’est un conte magique qui fait rêver et ressentir les émotions plus qu’on ne les voit.

 

La voix – Arnaldur Indridason

indridason1Titre : La voix
Auteur : Arnaldur Indridason
Éditeur : Points

Résumé :
Tuer un père Noël, il n´y a qu´un Islandais pour oser imaginer ça ! Le commissaire Erlendur, qui déteste les fêtes de fin d´année, doit enquêter sur un père Noël assassiné dans un hôtel de luxe
juste avant un goûter d´enfants. Sale boulot pour le commissaire, dont la fille essaye de ne pas replonger dans la drogue. La victime était portier et occupait une petite chambre dans les sous-sols depuis vingt ans. Son licenciement lui avait été signifié la veille. Le commissaire prend ses
quartiers d´hiver pour une enquête qui va faire remonter à la surface de vieux démons.

 

Mon avis:
On m’avait conseillé de lire cet auteur et je ne suis pas déçue, même si je m’attendais à un registre plus noir.
Par contre, j’aurais du commencer par les premières enquêtes afin de me familiariser avec les personnages.
Il s’agit, selon moi, davantage d’une enquête policière que d’un roman noir. Le lecteur suit avec l’enquêteur Erlendur six jours d’enquête dans un hôtel islandais suite au meurtre du portier.
L’enquêteur investigue les différentes pistes et découvrent petit à petit la vie du défunt.
L’intrigue est simple, logique et bien menée.
J’ai particulièrement apprécié les personnages parce qu’ils sont humains. Chacun a sa propre réalité et ses
angoisses. Ainsi l’enquête ne tient pas toute la place mais s’inscrit dans une réalité et il n’y a nul besoin de rajouter des détails sordides ou de la vulgarité pour  » intéresser »  le lecteur.
C’est simple et efficace. Je lirais sûrement d’autres enquêtes pour me familiariser avec les personnages.