Concours « 48H pour écrire » avec Edilivre

 

Pour la cinquième année consécutive, Edilivre renouvelle son concours de nouvelles gratuit et ouvert à tous  » 48H pour écrire ». Ce concours est organisé en collaboration avec Ideecadeau.fr, Clairefontaine, Exploratology et l’Étoile des Gourmets.

Pour participer, c’est facile, connectez-vous sur le site www.edilivre.com ou sur les réseaux sociaux Edilivre ( Facebook et Twitter) le vendredi 22 septembre à 19 heures pour connaître le thème de cette cinquième édition. Vous avez ensuite 48 heures pour rédiger et envoyer votre nouvelle.

Découvrez les détails pratiques et les lots mis en jeu sur le site Edilivre.

Du 2 au 30 octobre, un jury de 900 auteurs et lecteurs notera chaque nouvelle.
Les trois finalistes et le Prix du Jury seront dévoilés le 15 novembre 2017.

 

Concours de nouvelles Edilivre- 3ème édition

Affiche-48-heures-pour-écrire-3e-édition-LD

La 2e édition du concours de nouvelles « 48 heures pour écrire » a rencontré un grand succès en 2014 avec plus de 2 100 participants. Il s’agit du 1er concours d’écriture francophone au monde !

Parmi les lecteurs qui suivent ce blog, je crois savoir que certains d’entre eux ont une jolie plume et souhaitent passer du côté des auteurs. En voici peut-être l’occasion.

Si vous souhaitez participer à cette troisième édition,  rendez-vous le vendredi 20 novembre 2015 à 19h sur cette page.
Vous découvrirez alors le thème de ce prochain concours, gratuit et ouvert à tous, quels que soient votre âge, votre nationalité et votre lieu de résidence.

 

Femme nue jouant Chopin – Louise Erdrich

erdrichTitre : Femme nue jouant Chopin
Auteur : Louise Erdrich
Littérature américaine
Traducteur : Isabelle Reinharez
Éditeur : Albin Michel
Nombre de pages : 384
Date de parution : novembre 2014

Auteur :
Née en 1954 dans le Minnesota, Louise Erdrich est considérée comme l’une des grandes voix de la littérature américaine contemporaine. De Love Medicine à Dans le silence du vent (National Book Award, Dayton Literary Peace Prize 2014, PEN/Saul Bellow Prize) elle a bâti, livre après livre, une œuvre polyphonique forte et singulière, à nulle autre pareille.

Présentation de l’éditeur :
Dans l’œuvre de Louise Erdrich, le rêve peut surgir du quotidien, le comique tourner au tragique, la violence et la beauté envahir tout à coup un paysage banal.
Rassemblées pour la première fois en deux volumes (La décapotable rouge et Femme nue jouant Chopin), ces nouvelles publiées dans des revues littéraires et des magazines américains sont marquées par l’imaginaire sensuel et fertile d’un écrivain singulier.On y retrouve la genèse de ce qui a constitué, au fil des livres, l’univers de Louise Erdrich, de Love Medicine à Dans le silence du vent, couronné par le National Book Award : le Dakota du Nord, le monde indien, un réalisme à la fois magique et poétique, la passion secrète qui habite ses personnages et la puissance d’évocation de ses histoires.
« L’un de nos plus grands écrivains, remarquable par son audace stylistique et sa virtuosité artistique. Ce livre est une splendide démonstration de son talent et de son style. » The Washington Post

Mon avis :

«  L’amour est toujours agréable au début. Sur l’autre il y a toujours quelque chose qui scintille, une couche de peinture fragile. Qui disparaîtra, et avec le temps ce qui est en-dessous finit par apparaître. »

Ce second recueil de nouvelles, regroupe avec La décapotable rouge les textes écrits et publiés dans la presse américaine par Louise Erdrich. Ce sont de courtes histoires qui, parfois, ont été développées dans ses romans. Elles sont toutes inscrites dans l’univers marqué de l’auteur, univers amérindien d’hommes et de femmes laissant exploser leur nature et leurs passions, mais aussi un univers de nature et de magie.
L’amour éclate ici sous toutes ses formes, percutant les femmes de la cinquantaine, donnant aux hommes de la virilité, révélant les amours filiaux et fraternels.
 » C’était un jeune amour, allumé dans des corps fatigués, qui parfois les fissurait à la manière d’un feu trop vif dans un vieux poêle en tôle. »

 » Fidelis aimait Eva avec un dévouement de chien, farouche et impuissant, qui le poussait à accomplir des actes apparemment ridicules. Soulever un homme par sa ceinture avec les dents. Une idiotie. Montrant clairement que toute sa force ne représentait rien. Que face à la maladie d’Eva, il était aussi faible qu’un enfant. »

 » Elle se penche et m’entoure de ses bras. Tandis qu’elle me tient contre elle, nous commençons à nous balancer d’avant en arrière. Ma sœur me berce dans les fils sous tension de Goth Lolita à l’odeur de garçon et curieusement réconfortants qui lui font office de bras. »

Les passions dévorent, la nature sauvage amplifie les ambiance et l’auteur reste souvent ancrée dans l’atmosphère amérindienne avec des indiens poussés vers l’alcool et la drogue mais attachés à leur coutumes, leurs façons de vivre et leurs objets ancestraux.
«  Il y a eu une époque où le gouvernement a déplacé tout le monde de la réserve, dans des rues, des bourgs, des logements. Cela a d’abord paru une bonne chose et puis tout a mal tourné. »

Si vous aimez l’univers de Louise Erdrich, vous le retrouverez ici sous son meilleur aspect. Habituée à lire des nouvelles, il m’a toutefois semblé ici que certaines n’étaient pas suffisamment complètes, avec notamment quelque fois des fins énigmatiques ( Le lait paternel ou Revival road par exemple) ou des manques ( Femme nue jouant Chopin, nouvelle trop longue qui a ici été coupée).

Pour apprécier ces nouvelles, il faut savoir, comme à la chasse, se laisser mener par la proie et non tenter de la diriger. Se couler dans l’atmosphère, et ne pas vouloir aller au-delà de ces « textes embryonnaires qui n’ont pas voulu me lâcher » (dit Louise Erdrich).

Mais vous l’avez compris, l’univers de Louise Erdrich, je l’aime quand il est incarné, creusé et enrichi de ces personnages puissants qui ont besoin d’espace pour me plonger dans leurs histoires et leurs passions.
Ce recueil est « une démonstration du talent et du style » de l’auteur.

 

romancières