Cinq ciels – Ron Carlson

carlsonTitre : Cinq ciels
Auteur : Ron Carlson
Littérature américaine
Titre original : Five skies
Traducteur : Sophie Aslanides
Éditeur : Gallmeister
Nombre de pages : 264
Date de parution : 30 août 2012

Destins brisés dans des décors éblouissants, nous sommes ici dans le cœur de cible des Éditions Gallmeister avec un sensible exemplaire de Nature Writing.
La construction est plutôt classique. Trois hommes se retrouvent dans l’Idaho, sur le site du ranch de Curtis Diff afin d’y construire une rampe de lancement pour sauter au-delà d’un canyon en moto.
Darwin Gallagos a fui sa maison du ranch et ses amis depuis la mort accidentelle de sa femme. Ce projet de construction est une manière de fuir son chagrin et sa rancœur. Il embauche deux ouvriers, Arthur Key, un colosse tout en muscle et Ronnie Panelli, son jeune protégé un peu sauvage.
Trois hommes meurtris, trois générations différentes, des hommes peu doués pour la parole et la confession qui vont travailler ensemble, apprendre un métier à Ronnie mais surtout une passion, une forme de création qui peut le stabiliser. Car ce jeune homme aurait pu mal tourner. Petit voleur à la tire, son expérience carcérale l’a rendu agressif surtout par honte de son comportement devant sa mère.
 » J’ai déçu tous ceux qui m’ont approché, mais ma mère m’a dit que Dieu aime les méchants. Je sais pas, méchant c’est dur mais je prends. »
Arthur a besoin d’aider ce jeune homme, peut-être comme une revanche sur le passé. Ancien chef d’entreprise de construction pour le cinéma, cet homme doué a tout plaqué après la mort de son frère.
Vivre ensemble finit par créer des liens, par oser la confession et guider ainsi chacun vers l’étape suivante.
Cette histoire de rédemption commune se cale dans une nature éblouissante et dangereuse et se concrétise avec de nombreux descriptifs des étapes de la construction de cette structure de rampe de lancement, une entrave à cette belle nature qui passionne toutefois nos ouvriers, tant ils ont à cœur ce besoin du travail bien fait.
Car quelque soit sa nature, ce projet est une manière de retrouver un objectif de vie, un partage humain, une sensation d’être utile à l’autre pour enfin savoir vivre avec ses pertes et ses blessures. Et passer à l’étape suivante…

10 ans gallmeister challenge contre-courant New Pal 2016 orsec2016

Il reste la poussière – Sandrine Collette

colletteTitre : Il reste la poussière
Auteur : Sandrine Collette
Éditeur : Denoël
Nombre de pages :
Date de parution : 25 janvier 2016

Même lorsque j’aime énormément l’univers d’un auteur, j’apprécie qu’il sache parfois en sortir quitte à me décevoir. Sandrine Collette avait frappé fort avec son premier roman Des nœuds d’acier. Les chroniques furent ensuite unanimes pour les romans suivants, beaucoup de satisfaction mais le regret de ne pas atteindre la puissance du premier. Six fourmis blanches me laissait un goût de « déjà lu » dans Un vent de cendres.
Avec Il reste la poussière, Sandrine Collette reste dans le roman noir mais construit une histoire familiale sombre avec moins de suspense et davantage de profondeur et de sobriété. Elle peaufine ici son ambiance, nous plonge dans la rudesse d’une estancia en Patagonie pour finalement mieux en faire ressortir les petits éclats d’humanité.
La mère ( elle ne sera jamais appelée autrement), issue d’une famille pauvre reste seule avec ses quatre garçons dans l’estancia de son mari depuis qu’il en est mystérieusement disparu. Elle est une des rares à continuer l’élevage des vaches, chevaux et moutons alors que tant d’autres, sous le joug des céréaliers et des gros exploitants ne conservent que quelques moutons pour la laine.
Dans ce coin de l’Argentine «  tout est sauvage et animal »
Rafael, le plus petit des fils, tremble devant les deux jumeaux, Mauro et Joaquim qui le maltraitent sous l’œil indifférent de la mère. Son seul refuge est auprès de son cheval, des chiens et des moutons. Il ne peut compter sur Steban, son autre frère un peu idiot, qui, lui aussi subit son lot de violences.

«  Déjà dans sa tête, il était inscrit qu’il n’échapperait jamais à ces traques terrifiantes. »
La mère profite de la force utile des jumeaux, surtout de Mauro, et part souvent en ville se saouler et perdre son argent au poker. Jusqu’au jour où elle perdra un de ses fils au jeu.
Sandrine Collette pousse l’inhumanité de la mère, la violence des jumeaux à son paroxysme enfermant le lecteur dans un huis-clos infernal. Mais elle sait aussi montrer le lien de ces jeunes garçons pour cette femme qui leur apporte gîte et couvert, qui les prend en charge ne leur laissant pourtant que les heures de travail.
 » Qu’ils l’adorent ou la haïssent, selon les jours et les humeurs, la mère est la femme sacrée.Ils en découlent, eux qui en ont bu le lait, nourrissons crieurs et minuscules dont elle a fait des hommes. »Son autorité les révolte et les soumet; ils savent que, sans elle,  l’estancia serait un immense terrain vague, et eux des enfants sauvages ne valant pas mieux que ces renards errants à l’affût de petits rongeurs. »
En sortir apporterait-il le calme, la liberté ou la solitude et le vide ?
Joaquim perdu au jeu en fera l’expérience ainsi que Rafael contraint de partir dans la steppe rechercher de chevaux enfuis par sa faute.
C’est pour moi le plus grand intérêt du livre, cette dualité entre haine et attachement.
Et surtout dans toute cette noirceur, Rafael devient touchant par son attachement au monde animal, son humanité, sa volonté de toujours reconstruire, de privilégier l’amour à l’argent. Une petite perle dans un monde de brutes.

Sandrine Collette signe ici un récit dans le style Nature Writing, une légère évolution dans sa maîtrise du roman noir. Ses fans pourront peut-être regretter une certaine lenteur, un enfermement dans cet immense espace sauvage mais ce livre confirme que Sandrine Collette peut encore et toujours nous surprendre.

L’avis de Tiben, de MicMelo

Challenge-Rentrée-littéraire-janvier-2016-150x134 bac

Les arpenteurs – Kim Zupan

zupanTitre : Les arpenteurs
Auteur : Kim Zupan
Littérature américaine
Titre original : The Ploughmen
Traducteur : Laura Derajinski
Éditeur : Gallmeister
Nombre de pages : 280
Date de parution : 31 décembre 2014

Auteur :
Kim Zupan est originaire du Montana. Il a grandi aux alentours de Great Falls, dans la région qui tient lieu de décor à son roman.  Durant vingt-cinq ans, il a gagné sa vie grâce à son métier de charpentier et a continué d’écrire en parallèle. Il a été tour à tour fondeur, professionnel de rodéo, pêcheur de saumon en Alaska, réparateur d’avion à réaction. Il enseigne aujourd’hui la menuiserie à l’université de Missoula.

Présentation de l’éditeur :
Nuit après nuit, dans une prison du Montana, le jeune Val Millimaki s’assied face aux barreaux qui le séparent de John Gload, 77 ans, en attente de son procès. Astreint aux pires heures de garde, l’adjoint du shérif se retrouve à écouter le criminel qui, d’instinct, est prêt à lui révéler en partie son passé. Petit à petit, Millimaki se surprend à parler, lui aussi, et à chercher conseil auprès de l’assassin. En dépit des codes du devoir et de la morale, une troublante amitié commence à se tisser entre les deux hommes. Dans un subtil jeu d’échos, entre non-dits, manipulations et sombres confessions, le jeune shérif cherche des réponses à ses propres tourments et, chaque matin, il tente vainement de reprendre pied dans la réalité. Mais sa vie, comme son mariage, lui échappe chaque jour un peu plus.
Premier roman hypnotique et crépusculaire, Les Arpenteurs met en scène deux personnages poursuivis par leur conscience et hantés par la mélancolie d’un paysage qui les a faits tous deux à son image.

Mon avis :
Les voies de l’amitié ou de l’amour sont parfois impénétrables. Racines communes, imprégnation de la mort dès la jeunesse, vision d’un avenir ou rappel d’une jeunesse sont autant de facteurs qui poussent deux êtres différents l’un vers l’autre.
John Gload est à la fin de sa vie, il est derrière les barreaux d’une prison, il donne la mort de manière sauvage.
Val Millimaki est jeune, il est adjoint au shérif et il passe son temps avec son chien Tom à tenter de sauver de la mort des personnes signalées disparues.
 » Et je ne sais pas où tu es Val. Avec tous ces morts que tu retrouves dehors, j’imagine. Ils sont plus simples. Tu n’es pas obligé de leur parler. Tu ramènes à la maison leurs foutues photos comme s’ils faisaient partie de la famille, ou comme si c’était une amante secrète. »
Mais, pour l’un comme pour l’autre, la mort fait partie de leur vie depuis leur enfance. Cette obsession met en péril leur couple, ajoutant de la noirceur à une vie difficile dans un milieu aride.
 » Il se demanda ce qui pouvait susciter une telle cruauté dans un si beau paysage. Comme si le vent qui balayait les flancs depuis les escarpements gelés et mornes apportait avec lui l’appétit des loups et des ours, pareil à un microbe contaminant le sang. »
Dans cette région, il est difficile de vivre seul. Entre le vieux tueur sanguinaire isolé dans sa prison et le jeune policier abandonné par sa femme, de conversations nocturnes en confidences, des liens involontaires se resserrent.
Une amitié, qui, même si elle n’est pas avouée réciproque, me heurte face à la description des activités de John Gload, homme qui ne mérite pas la pitié.
«  Pour le reste d’entre nous, pense Millimaki, la distance entre la raison et la folie est infime, une frontière fine comme du parchemin et tout aussi fragile pour contenir le monstre. »
La vieillesse de ce monstre, l’attrait d’une terre et de ses pommiers peuvent-ils expliquer ce rapprochement? Même vieux, John Gload est un homme dangereux que l’on imagine pas sortir seul avec un policier dans la nature.
Si ces petites réserves m’empêchent de ressentir avec force la relation entre les deux hommes et de prôner l’excellence, je reconnais que Les arpenteurs est un premier roman bien maîtrisé, sensible qui fait honneur à la collection de Nature Writing.

Retrouvez l’avis de lecteurs enthousiastes : Virginie, Léa Touch Book

Le sillage de l’oubli – Bruce Machart

machartTitre : Le sillage de l’oubli
Auteur : Bruce Machart
Éditeur : Gallmeister
Nombre de pages : 334
Date de parution : Janvier 2012

Présentation de l’éditeur :
Texas, 1895. Un propriétaire terrien voit la seule femme qu’il a jamais aimée mourir en mettant au monde leur quatrième fils, Karel. Vaincu par la douleur, l’homme entraîne ses enfants dans une vie austère et brutale. Pour lui, seuls comptent désormais ses chevaux de course, montés par Karel, et les paris qu’il lance
contre ses voisins pour gagner toujours plus de terres. Mais l’enjeu est tout autre lorsqu’un propriétaire espagnol lui propose un pari insolite qui engage l’avenir des quatre frères. Karel s’élance dans une course décisive, avec pour adversaire une jeune femme qui déjà l’obsède. Premier roman éblouissant, Le Sillage de l’oubli a valu à son auteur d’être comparé à William Faulkner.
A travers une écriture vertigineuse, Bruce Machart dresse le portrait sans concession d’une famille déchirée en quête de rédemption.

Mon avis :
Encore un premier roman qui va ajouter à ma liste, un auteur à suivre. Le sillage de l’oubli, premier roman de
Bruce Machart confirme la qualité de la collection Nature Writing de Gallmeister.

C’est une passionnante fresque familiale qui se déroule au Texas au début du vingtième siècle. Elle prend sa force au sein de cette nature sauvage et nourricière.
Vaclav Skala, immigré tchèque, travaille dur pour entretenir ses terres. Après la mort de sa femme lors de la naissance de son quatrième fils, son seul rêve est d’agrandir son domaine. Pour cela, il compte sur ses chevaux et son jeune fils Karel en lançant des paris à ses voisins. Depuis la mort de sa femme, Il est devenu un homme bourru qui exploite ses fils. Puis, un pari se perd et la famille se divise.
L’auteur intercale les paragraphes de la jeunesse de Karel et ceux de sa vie d’adulte. Ainsi, au fil des pages, la personnalité du jeune homme s’explique.
 » Un homme ne saurait oublier l’immense toile de fond de son passé. »
Privé d’affection, il se sent coupable de la mort de sa mère et trouve l’émotion auprès de son cheval.
Le cheval est un symbole dans ce livre, c’est un animal fier, vaillant, conquérant mais qui peut facilement émouvoir.
C’est un roman d’hommes forts, attirés par l’alcool, la bagarre et les femmes mais au plus profond d’eux mêmes, sous cette carapace, l’auteur laisse entrevoir leur sensibilité, leur amour sincère, quelquefois encore méconnu pour leur femme, la mère de leurs enfants, la compagne qui les sert et les réconforte. C’est tout l’art de cet auteur de nous donner à comprendre une telle complexité. Karel déteste et vénère à la fois ce père qu’il a tant haï parfois.
 » c’était précisément cette admiration qu’il ne pouvait pas comprendre, le respect qu’il éprouvait pour un homme haï, cette
lourde couche de vénération qu’aucune colère ne parvenait à lui arracher du cœur. Cela aussi, il l’avait partagé avec ses frères..
. »

De plus, cette belle histoire s’inscrit dans un cadre puissant de la nature du Texas, avec la terre lourde, les rapaces, les opossums, les mesquites  et les pacaniers, là où le fusil est un outil indispensable.
Grâce  à ce style très descriptif, l’auteur parvient à intensifier cette histoire de famille passionnante.
Je remercie les Éditions Gallmeister pour cette très belle découverte.

premier roman