Petite femme – Anna Giurickovic Dato

Titre : Petite femme
Auteur : Anna Giurickovic Dato
Littérature italienne
Traducteur : Lise Caillat
Éditeur : Denoël
Nombre de pages : 180
Date de parution : 31 mai 2018

Petite femme, c’est ce qu’est devenue très tôt Maria, la fille unique de Silvia et d’un diplomate italien en poste à l’ambassade italienne à Rabat. Maria a cinq ans, elle adore son père. Pour lui, elle est une petite fille très spéciale.

« Si un jour il la ligotait et la couchait sur un autel de bûches, elle ne serait pas surprise. Elle se dit qu’il le ferait en la fixant de ses yeux noirs et sévères, à travers ses cils cuivrés. Elle caresserait une boucle de sa crinière orangée qu’elle a toujours envie et peur de toucher. Elle penserait que si son papa le fait, c’est normal. »

Chaque soir, il lui lit des histoires. Puis l’embrasse sur le front et sa main descend sur son flanc jusqu’à passer l’élastique de son petit pyjama en coton.

Silvia, la mère, est plutôt une femme timide. «  J’ai toujours su que je ne ferai rien d’important. » Elle se sent protégée par la force et le pouvoir de son mari. Elle n’avait que dix-huit ans quand elle a épousé Giorgio de neuf ans son aîné.

Si, parfois, elle s’inquiète des réactions agressives de sa fille, elle rejoint vite le calme rassurant de son mari. Pourtant, Maria envoie des signes par ses dessins, son silence, son comportement violent et provocateur à l’école. 

« Elle qui, à travers sa colère, voulait me contraindre à voir. Je ne voyais rien. »

Très vite, nous retrouvons Silvia et Maria en Italie. Maria a treize ans, elle ne va plus à l’école. Ce soir, sa mère veut lui présenter son nouveau compagnon, Antonio. Lors de cette soirée, l’adolescente se comporte comme une sorcière malicieuse, provoquant l’amant de sa mère dans un jeu de séduction auquel Antonio ne peut résister.

Entrecroisant ces deux époques, Anna Giurickovic Dato pousse la mère face à la réalité, face à sa culpabilité. Elle se remémore les comportements de Giorgio, les signes de détresse envoyés par sa fille. Elle déambule à nouveau dans les souks de Rabat jusqu’à ce jour fatal où Giorgi est tombé par la fenêtre en réparant un rideau.

Elle observe aussi d’un regard brouillé par l’alcool le jeu pervers de sa fille autour d’Antonio. Tel un chien habitué aux expériences psychologiques de décharges électriques, Maria s’est habituée au mal. Mais ce comportement n’est-il pas un ultime appel au secours lancé à sa mère?

Avec ce récit sur deux tableaux, l’auteur analyse finement les sentiments de la mère et de la fille. Elle ne s’attarde pas sur le côté malsain de la pédophilie mais construit habilement son histoire pour montrer toute l’ambiguïté et la complexité des attitudes de chacun. 

Un premier roman remarquable qui est en lice pour le prix Strega 2017 remporté précédemment par Paolo Cognetti. 

Claustria – Régis Jauffret

jauffret1Titre : Claustria
Auteur : Régis Jauffret
Editeur : Seuil
Nombre de pages : 544
Date de parution : 12 janvier 2012

Présentation de l’éditeur :
Platon, le mythe de la caverne. Des prisonniers qui ne verront jamais de la réalité que des ombres d humains projetées sur la paroi de la grotte où ils sont enchaînés. Dans le souterrain les enfants n ont vu de l extérieur que les images tombées du ciel qui leur parvenaient par le câble de l antenne.

Le mythe a traversé vingt-quatre siècles avant de s incarner dans cette petite ville d Autriche avec la complicité d un ingénieur en béton et celle involontaire de l Écossais John Baird qui inventa le premier téléviseur en 1926.
R. J.
Claustria est le roman de cette incarnation.

Mon avis :
J’ai longtemps hésité avant de lire ce roman. A priori, je ne suis pas attirée par les faits divers scabreux et je n’aime pas que mon rôle de lecteur se transforme en voyeur. Puis, j’ai entendu Régis Jauffret parler de son livre à La Grande Librairie.
Si l’auteur parvient à me faire comprendre comment un être humain peut en arriver à de telles extrémités, cette lecture m’intéresse. L’évocation de l’allégorie de la caverne m’a incitée à découvrir ce roman fiction.
Car, certes, les faits ont réellement existé et le nom du père bourreau est conservé, par contre, l’enquête et l’analyse sont une pure fiction de l’auteur.
Le style et la construction m’ont particulièrement convaincue de continuer cette lecture jusqu’à son dénouement. L’auteur ne peut éviter l’atrocité des actes mais il se contente heureusement de les citer sans tomber dans le voyeurisme et l’étalage pornographique. Le style très fluide et les incursions métaphoriques,
romanesques aident à supporter l’horreur de la situation. La construction qui allie l’enquête de l’auteur, le récit du jugement et les pensées d’Angelika, la fille séquestrée est aussi une manière d’alléger (si cela est toutefois possible) la narration.
L’auteur a satisfait mon besoin de comprendre la nature humaine jusque dans ses perversités les plus complexes.
Josef Fritzl est un tortionnaire inhumain qui considère les femmes comme des objets de plaisir et de satisfaction de ses moindres désirs. Il me semble que cet être sans remords et même fier de ce rêve accompli, est parfaitement analysé. De sa jeunesse  où il voue une amour incestueux non réalisé à sa mère jusqu’à l’âge adulte où il commence avec la séquestration de sa mère, l’homme évolue vers une brutalité, un sadisme de plus en plus poussé. Il n’y a chez cet homme aucune trace de remords, de folie et c’est ce qui est particulièrement insoutenable.
Ensuite, l’analyse des réactions d’Angelika, quoique choquante dans le besoin de séduire son père, est elle aussi parfaitement décortiquée. Comment peut-on encore avoir des réactions humaines après tant d’années d’enfermement dans une grotte où l’on ne perçoit que les ombres de l’humanité? Bien sûr, la jeune femme était heureuse de voir apparaître son bourreau quand il venait de lui couper eau, électricité et vivres pendant des jours. La télé et cet homme abject étaient pour « le peuple de la cave » le seul lien humain, la seule source de plaisir. C’est très choquant mais c’est malheureusement très compréhensible.
Et je pense que Régis Jauffret a réussi à me faire réfléchir, à me faire comprendre ces mécanismes de dérive
comportementale en situation extrême.
Si les allusions à l’Autriche responsable, au nazisme ne m’ont pas choquées, je ne pense pas qu’elles apportent d’informations complémentaires à la compréhension du comportement de Fritzl. L’auteur a voulu tout simplement s’insurger contre la légèreté de la peine pour ce crime incestueux. Malheureusement, de telles barbaries n’ont pas de nation, de religion ou d’appartenance idéologique et elles peuvent surgir dans n’importe quel cerveau humain.
L’image finale de l’oiseau qui retourne dans sa cage, dans son bercail est assez perturbante et ouvre en fin de livre une grande perplexité. C’est un livre qui dérange mais qui est remarquablement développé par l’auteur pour  m’interpeller sur la nature humaine et sa complexité.