Un homme à l’étroit – Franck Bellucci

Titre : Un homme à l’étroit
Auteur : Franck Bellucci
Éditeur : Regain de lecture
Nombre de pages : 240
Date de parution :
28 mai 2019

Professeurs de lettres, amoureux de la lecture, ils sont nombreux à  passer de l’autre côté du miroir. Carole Martinez, Annie Ernaux, Céline Lapertot, Marie-Hélène Lafon, Philippe Humbert, Laurent Binet, Philippe Claudel, Daniel Pennac, autant de conteurs, de passionnés qui enseignent ou ont enseigné en collège et lycée. La langue, la littérature sont leurs éléments. Leur sens de la narration, de l’oralité se ressent à lecture de leurs romans.

Franck Bellucci a captivé de nombreux élèves au lycée d’Ingre, une petite commune de l’orléanais. Il est aujourd’hui enseignant à l’université d’Orléans, il joue et met en scène des pièces de théâtre. Un ouvrage universitaire sur Victor Hugo, un essai, un récit, un recueil de nouvelles, des pièces de théâtre, Un homme à l’étroit est son second roman, dans lequel il joue avec les citations de ses auteurs classiques et contemporains préférés. Victor Hugo, bien évidemment mais aussi Blaise Pascal, Albert Camus, Albert Cohen mais aussi Philippe Forest, Antoine Bello…et surtout David Foenkinos dont le roman Vers la beauté semble l’avoir beaucoup marqué.

Il y a d’ailleurs dans l’histoire de Bernard Pinel, anti-héros de Un homme à l’étroit, quelque chose du personnage de La tête de l’emploi ( un Bernard lui aussi).

Franck Bellucci utilise ici le registre de la comédie, prend un ton ironique et léger pour nous raconter l’histoire de ce professeur de lettres, métier choisi plus par hasard que par passion, homme médiocre de corps et d’esprit dont la vie fut bouleversée par l’incendie d’un Monoprix.

De ce drame qui bouscule sa petite vie bien rangée naît la plus belle chose qui puisse lui arriver, ne plus avoir peur des sentiments. Aurélie, la nouvelle caissière ( enfin, l’hôtesse d’accueil et de ventes) du nouveau magasin, le charme immédiatement par sa beauté, sa politesse et sa douceur. En allant vers la beauté d’Aurélie, Bernard sort de sa médiocrité.

«  Sans le savoir, la petite caissière participait à l’éducation et à l’émancipation du professeur de collège. »

Lui, qui lisait par obligation, sans rien retenir ni ressentir, se plonge dans la lecture pour partager avec la jeune caissière. Vers la beauté de David Foenkinos, Belle du seigneur d’Albert Cohen sont les lectures qui les réunissent. Il ressent enfin des émotions, positives quand Aurélie lui sourit, dépressives quand elle l’ignore ou s’absente. Sa santé mentale et physique suit le rythme de ses relations platoniques et parfois imaginaires avec Aurélie. 

De professeur apathique, il devient parfois visionnaire. Du personnage au style vestimentaire vieillot, il devient élégant et raffiné pour le plus grand bonheur du principal qui en tombe amoureux. 

En homme de théâtre, Franck Bellucci fait de formidables mises en scène, notamment quand Bernard invente des soirées avec Aurélie. Il y a du vaudeville dans les rapports entre les personnages, dont la psychologie est souvent bien sentie. 

Mais surtout, il y a cette faculté à insérer au bon moment la citation adéquate d’un auteur, qui, on le perçoit, a marqué le professeur de littérature. 

Personnellement je préfère le registre plus tragique du premier roman , Ce silence-là ( même remarque d’ailleurs que pour les romans de David Foenkinos) mais j’ai passé un excellent moment avec Bernard Pinel qui, sous les yeux de son auteur porte un regard ironique sur le monde de l’enseignement et une adoration de la lecture qui ne peut que me toucher.

«  Parce qu’il se disait qu’il trouverait peut-être un jour le livre qui lui ferait comprendre ce qui lui échappait. »

Un auteur local que je vous invite à découvrir.

Ce qui est monstrueux est normal – Céline Lapertot

Titre : ce qui est monstrueux est normal
Auteur : Céline Lapertot
Éditeur : Viviane Hamy
Nombre de pages : 96
Date de parution : 9 mai 2019

 

J’ai découvert assez récemment la plume nerveuse, torturée, touchante de Céline Lapertot dans Ne préfère pas le sang à l’eau. Ce récit autobiographique dévoile en partie la genèse de cette rage qui transparaît dans les romans de cette jeune auteure, professeure de français à Strasbourg.

«  Quelle part d’eux-mêmes les bourreaux laissent-ils en nous? »

Née au sein d’un milieu pauvre, sans connaître la douceur de l’amour maternel mais plutôt les assauts d’un beau-père pédophile, Céline trouve sa « madeleine dévastatrice de Proust » et sublime ses blessures par la littérature.

 » La rue du Pont-Rouge, c’est un lieu de paradoxes, de lumière et de noirceur, un lieu d’initiation. »

Pour elle, la maison d’enfants, la famille d’accueil sont une chance. c’est enfin une porte ouverte vers la culture sans pourtant jamais pouvoir oublier le passé.

 » Chaque livre qu’on lit,  chaque film qu’on regarde, chaque chanson qu’on écoute est un pont vers le passé. »

En terminant un récit autobiographique, je pense souvent que l’exercice sert davantage l’écrivain que le lecteur. Il n’en est rien ici.
D’une part, ce récit permet de comprendre l’univers de Céline Lapertot, de déchiffrer son œuvre, qui certes, ne comporte encore que trois romans mais suffisamment marquants et empreints de singularité pour en mériter ce nom.
D’autre part, sa confession permet aussi de comprendre certaines réflexions actuelles que stigmatisent parfois la presse ou les réseaux sociaux, notamment sur la difficulté de dire NON.

«  On peut envoyer tous les signaux pour se laisser approcher, alors même qu’on ne le souhaite pas, parce qu’on n’a pas encore appris à faire autrement. »

Céline n’omet rien ni le besoin vital d’amour d’un enfant, ni la compréhension des mères emprisonnées dans un rôle abject voyant  » le célibat et l’absence de revenus » comme une condamnation , persuadées de ne rien mériter de mieux que cette merde quotidienne.
Elle sait l’inutilité de questionner les enfants mais préfère les aider à se confier par l’écriture.

 » Ce qui ne se dit pas s’exprime autrement; au moyen d’un stylo ou d’un clavier d’ordinateur, du chant, de la danse, de la peinture, du théâtre, du cinéma. Mais il n’y a rien de plus ridicule, rien de plus inefficace et dépassé, que le fait de s’installer en face de quelqu’un pour lui demander de parler ouvertement de ses plaies. »

Ce qui est monstrueux est normal sera sans aucun doute un livre marquant, un tournant dans la carrière et la vie de l’auteure. Sa mémoire a longtemps refoulé ce qui ne pouvait se dire clairement, juste transparaître dans la violence de ses romans.

«  Il faut des décennies d’existence pour approcher un tant soit peu la vérité à propos de ce que nous sommes. »

Aujourd’hui professeur, un métier dont elle fait un juste éloge, elle mesure son rôle d’accompagnement d’une jeunesse multiculturelle qui a besoin de repères, de guides comme elle a eu la chance d’en rencontrer, notamment avec Catherine, sa mère d’accueil. Parce que la culture, la découverte de la lecture et de l’écriture, les rencontres sont essentielles pour briser les solitudes d’enfants oubliés, leur redonner l’espoir d’un bonheur possible.

«  Être professeur n’est pas un métier décidé au hasard dans la peur de ne pas vivre de sa plume. Être professeur, c’est essayer au maximum, avec le peu de moyens que l’on a, la médiocrité du quotidien et l’envie, parfois, de baisser les bras, c’est essayer, donc, de rendre ce que l’on a reçu. »

Je ne peux que conseiller la lecture de ce petit récit qui, loin de l’apitoiement, se révèle une confession cathartique utile à tous.