Eva – Simon Liberati

LiberatiTitre : Eva
Auteur : Simon Liberati
Éditeur : Stock
Nombre de pages : 278
Date de parution : 19 août 2015

Auteur :
Simon Liberati est l’auteur de cinq livres, dont Anthologie des apparitions (2004) et Jayne Mansfield 1967, prix Femina 2011.

Présentation de l’éditeur :
Un soir de l’hiver 1979, quelque part dans Paris, j’ai croisé une femme de treize ans dont la réputation était alors « terrible ».
Vingt-cinq ans plus tard, elle m’inspira mon premier roman sans que je ne sache plus rien d’elle qu’une photo de paparazzi. Bien plus tard encore, c’est elle qui me retrouva à un détour de ma vie où je m’étais égaré.
C’est elle la petite fée surgie de l’arrière monde qui m’a sauvé du labyrinthe et redonné une dernière fois l’élan d’aimer.
Par extraordinaire elle s’appelle Eva, ce livre est son éloge.
Simon Liberati

Mon avis :
 » Eva est l’être le plus désarmé et le plus brave que je connaisse, où qu’elle soit elle donne l’air d’être nue. »
D’une image, d’un souvenir, d’une rencontre, Simon Liberati nous parle d’Eva Ionesco, sa femme.
 » Est-ce son origine slave? Elle a la tristesse des âmes errantes, des voyageuses, de celles qui savent qu’elles partent toujours la première. »
Cette Lolita exposée sous l’appareil photographique de sa mère dès sa plus tendre enfance en des positions dénudées et pornographiques, connaît une adolescence rebelle. Toujours sous l’influence maternelle, elle sombre dans l’alcool, la drogue et la prostitution. Arrêtée par la police à l’âge de douze ans, elle est confiée à la DASS. Désintoxication, thérapie, procès contre sa mère, lecture, théâtre la reconstruisent peu à peu en lui laissant pourtant des tendances suicidaires.
Lorsque Simon la croise au cinéma Trianon, il est à nouveau sous le charme de cette amie d’adolescence. Actrice, mère d’un fils de vingt six ans, elle a, malgré « quelque chose de brisé ou de bridé, une retenue« , un sérieux impeccable.
D’une narration emmêlée, à force de roues concentriques autour d’un passé difficile à assumer, il dresse le portrait d’une femme blessée mais dotée de grâce et de pureté.
L’auteur écrit une élégie,  » l’éloge oisif de la jeunesse, de la grâce et de la perdition » ce qui emplit désormais toutes ses journées auparavant perdues dans la fête, l’errance et l’alcool. L’amour transparaît à chaque instant pour cette femme meurtrie mais si digne.
 » Tu sais, tu peux me quitter, je n’ai pas peur d’être perdue, ça m’est arrivé si souvent. »
La narration emmêlée, les références personnelles m’ont souvent éloignée de ce récit pourtant si bien écrit, de cette histoire si prenante.
Une belle histoire intime se mérite et l’auteur préfère la qualité au nombre de ses lecteurs…
 » Le petit nombre de gens à avoir lu mon dernier livre ne me chagrinait pas, car je n’ai jamais cherché à séduire que l’élite. »

Un témoignage qui fait déjà polémique…mais un bel éloge à la femme aimée dont l’enfance fut brisée.

RL2015 bac2015