La société des belles personnes – Tobie Nathan

Titre : La société des belles personnes
Auteur : Tobie Nathan
Éditeur : Stock
Nombre de pages : 432
Date de parution : 19 août 2020

François Zohar, la cinquantaine assiste à l’enterrement d’un père qu’il n’a pas connu. Ce jour-là, il est surpris par les danses des compagnons de Bab-el-Zouweila. Qui était son père? Zohar Zohar, né en Égypte en 1925, émigré à Naples en 1952, s’est réfugié à Paris où il épousa Marie Desnoyel et quitta son fils âgé de deux ans. Il a survécu à tout,  » à la rue qui salit les pieds, à l’argent qui salit les mains, au pouvoir qui salit les âmes. »

Quelle belle découverte de l’Égypte, « inconstante, imprévisible« ! Ce roman mêle la grande Histoire, la fiction et le folklore d’un peuple. J’ai apprécié y apprendre l’histoire de ce pays avec notamment cette nuit où le destin du roi Farouk bascula. L’antisémitisme prend ici une dimension universelle. Les juifs faisaient partie de l’Égypte depuis des temps immémoriaux mais ils furent là aussi pourchassés. En juin 1941, on assiste au premier pogrom en terre arabe. Didier Boehm, ancien nazi, est le symbole de ces officiers allemands enrôlés de par le monde pour poursuivre le combat contre les juifs en Égypte et en Syrie, plus tard en Algérie.

Avec une dimension folklorique grâce à la Société des belles personnes, dirigée par la mère de Zohar, maîtresse des esprits, le récit prend une touche épique.

Si  le fond est particulièrement intéressant, l’environnement flamboyant, la construction est ardue, me laissant l’impression d’un récit décousu difficile à appréhender.

Coup de coeur chez Eve .