La tristesse des femmes en mousseline – Jean-Daniel Baltassat

Titre : La tristesse des femmes en mousseline
Auteur : Jean-Daniel Baltassat
Éditeur : Calman Levy
Nombre de pages : 330
Date de parution : 16 août 2018

Jean-Daniel Baltassat drape son récit d’une belle tristesse. Celle d’une époque puisque nous sommes à la fin de la seconde guerre mondiale, lorsque le monde découvre l’horreur des camps de concentration et celle qui émane d’une artiste peintre peu diserte, Berthe Morisot.

Paul Valéry rencontre pour la première fois Berthe Morisot aux Mardis de Mallarmé en 1894. Il avait tout juste vingt ans. Berthe, mariée à Eugène Manet était en deuil. Peu expressive, en dehors de son regard de malachite, elle ne peut répondre à la question de son hôte sur le sens de sa peinture.

«  Auriez-vous pour nous, m’aviez-vous demandé en mars, un mot, une phrase qui dirait le poème de votre peinture? »

Alors qu’il doit préparer un papier pour l’exposition des œuvres de Berthe Morisot au musée de l’Orangerie, Paul Valéry est absorbé par cet énigme au point de ne pas entendre les craintes de son amie Mathilde sur la situation des juifs.

«  L’art, selon le mot de Nietzsche, n’est-il pas la seule présence qui permit de survivre à la réalité? »

C’est en lisant les lignes que Berthe Morisot consignait dans un petit carnet à la couverture jaune offert par son amie, la Duchesse Adèle que Paul Valéry va tenter de comprendre la personnalité discrète et obscure de Berthe Morisot et peut-être trouver la lumière en cette période obscure de guerre.

«  Souvent, j’ai pensé que nos peintres (Degas, Renoir, Monet surtout) ne cherchaient qu’à lutter contre ce temps qui passe et nous accable de la ruine perpétuelle qui est à l’œuvre en nous comme en tout ce qui nous entoure. Mais cette peinture-ci ne lutte pas. Elle est la couleur du présent. Ou peut-être du passage, comme dit Monet. »

Ce carnet jaune, son contenu, les propos de Paul Valéry, Mallarmé, Degas ou autres sont de pure fiction. Il en reste l’atmosphère d’une époque mouvementée, d’un milieu d’artistes où les femmes peinaient à se faire une place, le portrait énigmatique de Berthe Morisot qui posa pour Édouard Manet mais épousa son frère. 

Et surtout, une réflexion sur l’art. 

La technique de Manet, bien évidemment, «  qui fait chatoyer ce qui ne peut être vu et ce que nous ne pouvons caresser de la main. » La théorie sexiste de Blanc qui associe le dessin à la virilité masculine et la couleur comme expression du féminin sans oublier tout ce qu’une femme ne doit pas peindre. L’opposition courtoise entre gens de lettres et peintres. On y croise Mallarmé, Baudelaire, Degas, Duret, Manet.

Les descriptions de tableaux combleront les amateurs d’art. Je suis pour ma part restée très dubitative sur l’analyse du tableau de Manet ( Le repos) où Berthe Morisot pose en robe de mousseline. 

L’ensemble du récit manque d’unité pour réellement capter mon intérêt. 

Si le roman commence et termine par l’effarante découverte de la condition des juifs pendant la seconde guerre mondiale, on effleure à peine ce thème lors du développement.

La vie passionnante de Berthe Morisot, certes personnage assez énigmatique, s’effiloche par bribes noyées dans les considérations assez pointues sur l’Art.

Tous les personnages, toutefois suffisamment connus, manquent pourtant d’ancrage dans ce récit.

Une lecture à réserver aux amateurs d’Art.