Ces rêves qu’on piétine – Sébastien Spitzer

Titre : Ces rêves qu’on piétine
Auteur : Sébastien Spitzer
Premier Roman
Éditeur : Les Éditions de l’Observatoire
Nombre de pages : 305
Date de parution : 23 août 2017

 

D’un côté, la marche épuisante de juifs ayant quitté le camp de Stöcken, libérés par l’armée russe, pour encore tomber dans les guet-apens de villageois allemands. Beaucoup mourront mais Fela qui a connu tant de degrés dans l’horreur doit survivre pour cet enfant, Ava, née dans un camp, pour que le secret d’Aimé caché dans un rouleau de cuir soit dévoilé au monde.

De l’autre, la froideur de Magda Goebbels, mère de six enfants et femme du gauleiter, bras droit d’Hitler, enfermée dans le bunker où le führer et ses proches vont mourir. Elle ne pense qu’à son fils aîné, né d’un premier lit et à cet amour perdu, Viktor.
«  Son souvenir la hante, et avec lui sa honte d’avoir aimé ce Juif! »

Les récits alternent, opposant le faste à la misère, la méchanceté à l’entraide, la fin d’un monde à l’espoir d’un autre.
Des lettres d’un vieux juif à sa fille créent peu à peu le lien entre les deux récits.
«  Ces lettres retracent l’histoire d’un commerçant prospère. D’un père qu’on a fait se cacher d’être père, pour le bien de sa fille. »
«  Je suis aussi allemand qu’eux. Je sais des vers de Rilke que mes gardiens ne comprendront jamais. »

L’Histoire devient encore plus sordide lorsque les liens entre juifs et allemands sont si présents. Magda a renié ce père adoptif, marchand juif allemand qui ne cessera de penser à elle. Elle a aimé Viktor bien plus que ce boiteux de gauleiter.
La jeune Ava est née au block 24-A. Enfant de la honte, fruit des abus de l’officier supérieur du camp sur la belle Fela, sauvée par une sage-femme, « plus sage que toutes les autres. »
L’une ressasse son passé, l’autre tente, sans le savoir, de se construire un avenir.

Je suis généralement peu réceptive aux récits de cette période de l’histoire quand ils parlent de cette arrogance des chefs nazis. Magda ne fait pas exception, elle m’a paru détestable.
Fela, puis surtout Ava donne ensuite beaucoup d’humanité à ce récit. Gary, le soldat américain et Lee, la photographe correspondante de guerre y sont très sensibles.

Ce premier roman est parfaitement documenté. Les romans parlent souvent des chefs nazis, beaucoup moins de leur femme. J’ai découvert la complexité de Magda Goebbels et sa monstruosité vis à vis de ses enfants.
La construction est impeccable, alternant deux mondes qui s’opposent et se croisent.
L’émotion est présente avec le dégoût pour une femme froide et opportuniste et l’attachement pour une enfant née dans l’horreur et pourtant si vivante.

 

 

La vie magnifique de Frank Dragon – Stéphane Arfi

ArfiTitre : La vie magnifique de Frank Dragon
Auteur : Stéphane Arfi
Editeur : Grasset
Nombre de pages : 272
Date de parution : 11 janvier 2017

Frank Dragon a six ans quand la France est aux mains du Maréchal, le  » salopard » qui baise les pieds du diable Hitler. Son père, Tateh est rabbin. Ona, sa mère lui conte l’histoire de Dieu fâché contre Ish et Isha qui ont mangé le fruit interdit du jardin délicieux.
Difficile ensuite pour cet enfant de renouer avec ce Dieu-fâché qui lui envoie tant de misères.
Ona est arrêtée en croyant à la convocation des « képis« , Tateh est dénoncé par l’horrible concierge et emmené dans un camp. Frank reste seul, caché dans la grande armoire avec ses poupées de chiffon et le grand livre rempli d’ordres de Tateh.
Madame Bonaventure, la voisine, récupère l’enfant et le confie à une grand-mère de l’arrière-pays, un peu revêche mais elle aussi marquée par la guerre. Là-bas, Frank retrouve Beata Blumenfeld, son amour secret de son immeuble parisien. Beata et Frank sont les deux seuls enfants juifs de l’école, des enfants effacés qui  » ont mal tout au fond d’eux. »
En août 44, le village est anéanti par les Allemands. Frank parvient à s’échapper avec Sauveur, le fils du facteur âgé de quatorze ans. D’autres enfants ne survivront pas.
Un mois plus tard, Frank est recueilli dans une maison de pensionnaires gérée par les Pères André et Pierre, à Villedieu. Là, il fait la connaissance de Jésus sur sa croix et se retrouve confronté la différence des religions.
En 1946, Tateh retrouve son fils et lui raconte l’horreur de sa déportation. Son récit atroce prend plusieurs pages sans aucune ponctuation, comme le vomissement d’années d’horreur. Frank ne reconnaît plus son père, ne comprend pas qu’il ait pu souffrir davantage que lui. Chacun sa souffrance, Tateh lui remet le livre, « l’histoire de leur peuple » avant de disparaître.
A 19 ans, Frank ne croit plus en Dieu mais peut-être en son fils qui, lui, sait ce que c’est de souffrir.
Frank quitte le pensionnat pour échouer à Meudon dans une ratière où il découvre le racisme. Il se retrouve finalement dans les rues de Paris en plein hiver 54, le plus froid, celui où l’abbé Pierre s’insurgera.
Curieusement, il retrouve Sauveur qui le conduira à l’hôpital.
Fiévreux et délirant, Frank nous transporte dans ses souvenirs cauchemardesques, ses visions théâtrales et ses explications avec un Dieu qui ne veut pas de lui.
 » Je crains en effet qu’un jour prochain, Je doive M’occuper personnellement des hommes dans leur ensemble, bien que j’y rechigne comme Je viens de te le rappeler, et que de ce fait, la majorité paiera pour le comportement d’un petit nombre qui mène les hostilités. Les hommes n’ont, semble-t-il, pas compris tout l’intérêt qu’il y a à exister avec des êtres différents d’eux. »

La première partie, certes sur un sujet déjà maintes fois traité, est remarquable par son style, celui d’un jeune enfant qui ne s’exprime pas, qui a une compréhension enfantine de ce qui se passe autour de lui. La naïveté et l’innocence se heurtent à la violence du moment, qui de fait est atténuée dans l’esprit de l’enfant. Mais les évènements racontés sont bien ceux qui nous ont tant de fois touchés avec la peur des uns, la méchanceté des dénonciateurs et la sympathie de certains.
En grandissant, Frank, sans jamais dire un mot, perçoit davantage de choses. Se réfugiant toujours auprès de ses poupées de chiffon, il est pourtant contraint de devenir acteur et de prendre en main sa survie. Mais le monde est toujours aussi cruel pour un jeune juif orphelin, et comme le dit Camus, «  il n’y a pas d’amour de vivre sans désespoir de vivre. »
Ses fièvres nous entraînent parfois trop loin, sans véritable interêt pour l’histoire. Mais pour l’adolescent l’irréel est un refuge nécessaire pour évacuer les angoisses. Quelques bonnes rencontres inespérées en fin de roman peuvent paraître improbables. Mais, sans exagération, ces deux points ne viennent pas compromettre l’attachement que l’on peut avoir envers le jeune Frank, qui reste toutefois le seul personnage marquant de ce premier roman.

 

Max, en apparence – Nathalie Skowronek

skowronekTitre : Max, en apparence
Auteur : Nathalie Skowronek
Éditeur : Arléa
Nombre de pages : 235
Date de parution : 5 septembre 2013

 

Auteur :
Nathalie Skowronek est née en 1973 et vit à Bruxelles. Elle travaille dans l’édition.

Présentation de l’éditeur :
En apparence, Max avait laissé Auschwitz derrière lui.
Une histoire ancienne qui avait fini par s’effacer, comme dans mon souvenir le numéro tatoué sur son bras qu’enfant je connaissais par cœur, et que j’avais pourtant fini par oublier.
Mon grand-père Max était à présent un homme d’affaires qui, associé à Pavel, son vieil ami des camps, trafiquait par-dessus le mur de Berlin pour alimenter la nomenklatura d’Allemagne de l’Est en produits de luxe et marchés divers. Tout aurait été pour le mieux, Max vivant au milieu de sa cour, si ce départ pour Berlin (qui avait été il n’y a pas si longtemps le cœur de la machine de mort) ne s’était fait au prix de l’abandon de son épouse et de sa petite fille, restées à Liège.
En apparence seulement.
Car Max chaque matin faisait le tour du zoo de Berlin, avec dans ses poches ses pilules, et un petit sac de diamants.

Mon avis :
A force de lire des écrits de descendants de personnes enfermés dans les camps de concentration, je mesure le poids de l’histoire qui pèse sur ces enfants et petits-enfants. D’autant plus que ceux qui en ont échappés ne voulaient, ne pouvaient pas parler de leurs années d’enfer.
Nathalie Skowronek veut comprendre ce grand-père qui ne laissait entrevoir en témoignage qu’un numéro tatoué sur le bras. Ces années passées à travailler à la mine de Jawischowitz, cette chance inouïe d’y avoir survécu ont-ils ensuite influencer son choix de vie. Car Max a choisi l’Allemagne pour faire du commerce plus ou moins douteux avec Pavel, un ami vivant à Berlin Est.
Comme toutes les personnes qui essaient de comprendre le passé, sans l’avoir jamais entendu de la bouche de l’intéressé, l’auteur suppose à partir de témoignages, de références littéraires ou cinématographiques. Elle enquête auprès des administrations, se rend à Auschwitz pour s’imprégner de l’histoire, elle retourne à Berlin et en Israël.
 » Est-ce suffisant pour prendre la parole? Ce que j’ai à dire justifie-t-il de rompre le silence ? »
De tels témoignages sont surtout nécessaires à l’auteur. Toutefois, Nathalie Skowronek est parvenu à m’intéresser en évoquant les conséquences sur l’entourage de Max ( avec sa grand-mère Rayele et surtout sa mère dépressive), et surtout en tentant de comprendre les agissements de Max pendant la guerre froide.
 » Derrière ces interrogations, se cache la douleur d’une fille qui a vu son père se montrer toujours aimable avec les inconnus quand il était incapable de vivre en famille. »
La construction est cependant un peu chaotique et le récit personnel pour vraiment me passionner.

«  Quoique je tente, je n’écrirai jamais qu’un ersatz d’une réalité que je ne peux appréhender. Plus j’avance, plus j’interroge, plus je lis, plus je me sais vague, incomplète, en-deçà de ce qui a été. Et l’écrire (faute avouée, faute à moitié pardonnée ?) ne me protège de rien. Quoique je fasse, je reste de l’autre côté. »

J’ai lu ce roman dans le cadre de l’opération encartLibFly avec LIBFLY.

RL2013 Challengedelete plume

 

 

Kinderzimmer – Valentine Goby

gobyTitre : Kinderzimer
Auteur : Valentine Goby
Éditeur : Actes Sud
Nombre de pages : 224
Date de parution : août 2013

Auteur :
Valentine Goby est née en 1974. Elle est notamment l’auteur de L’Échappée (Gallimard, 2007), Qui touche à mon corps je le tue (Gallimard, 2008), Des corps en silence (Gallimard, 2010) et Banquises (Albin Michel, 2011). Elle écrit également pour la jeunesse. Kinderzimmer (Actes Sud, 2013) est son huitième roman.

Présentation de l’éditeur :
Je vais te faire embaucher au Betrieb. La couture, c’est mieux pour toi. Le rythme est soutenu mais tu es assise. D’accord ?
– Je ne sais pas.
– Si tu dis oui c’est notre enfant. Le tien et le mien. Et je te laisserai pas.
Mila se retourne :
– Pourquoi tu fais ça ? Qu’est-ce que tu veux ?
– La même chose que toi. Une raison de vivre.”
En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus de quarante mille femmes. Sur ce lieu de destruction se trouve comme une anomalie, une impossibilité : la Kinderzimmer, une pièce dévolue aux nourrissons, un point de lumière dans les ténèbres. Dans cet effroyable présent une jeune femme survit, elle donne la vie, la perpétue malgré tout.
Un roman virtuose écrit dans un présent permanent, quand l’Histoire n’a pas encore eu lieu, et qui rend compte du poids de l’ignorance dans nos trajectoires individuelles.

Mon avis :
Tout comme moi, vous avez sûrement lu beaucoup de récits sur la déportation et la vie dans les camps. Et sur ce sujet, le livre de Primo Lévi, Si c’est un homme, fait référence en tant que devoir de mémoire.
Valentine Goby nous raconte si c’est une femme, qui plus est, enceinte. Mila a été déportée en janvier 1944 comme détenue politique. Quand elle raconte son histoire devant une classe de lycéens, elle dit  » nous marchions vers Ravensbrück ». Mais elle ne pouvait pas connaître ce nom en se dirigeant vers cet enfer.
Aux côtés de sa cousine Lisette, elle va vivre ou plutôt survivre au milieu des blocks surpeuplés de françaises, polonaises, tchèques, russes de tous âges, faisant face aux poux, aux rats, à la dysenterie, au typhus, aux cadavres entassés dans le Waschraum, résistant debout dans le froid à l’Appell dès 3h30 du matin.
Et pourtant, pour tenir, il faut trouver une raison de vivre. Pourquoi pas ce bébé qu’elle va partager avec Teresa et les autres ou les pensées de chacune sur une vie ailleurs, avant, dehors.
«  Le vamp est une régression vers le rien, le néant, tout est à réapprendre, tout est à oublier. »
Valentine Goby, bien plus qu’un témoignage historique largement raconté, décrit cette vision personnelle « pour inventer ce qui a disparu à jamais : l’instant présent »  . Ce sont des phrases courtes, violentes qui claquent comme des coups de fouet, c’est un rythme percutant qui mêle désespoir et rage.
Kinderzimmer a cet accent de vérité, de réalisme, cette émotion poignante d’une femme qui lutte pour survivre. Même si il sera longtemps difficile pour Mila de  raconter, de reprendre une vie normale, de quitter ce rythme infernal de soumission et de déshumanisation, elle se souvient de petites choses qui font son histoire, d’une branche de lilas, premier signe de vie en mai 1945.

Un magnifique roman qui entre dans mes coups de cœur de la Rentrée Littéraire. Je vais aussi à chaque occasion possible lire les anciens romans de cette auteure.

Extrait :
«  À Ravensbrück, l’Allemagne n’aura jamais perdu. Alors d’accord, ce que disent la chorale en cinq langues du dimanche, les chants des jours de fête, les figurines de Noël en mie de pain valant dix jours de survie; ce que dit le poème appris par coeur et récité un soir aux camarades, le petit poème d’enfance papillon fleurs des champs qu’on refuse d’oublier; ce que dit la pitié d’une femme SS pour un oiseau blessé;ce que dit le concert d’ongles joué pour Georgette; ce que disent les mouchoirs ajourés dans le noir, les bouts de charbon volés, les chapelets bricolés dans les rebuts de Siemens; ce que dit la femme sculptant un motif dans sa gamelle en bois juste pour faire joli, et celle qui vole tes chaussures posées sur le bord du lavabo; ce que disent les aiguilles cassées à l’entrejambe des pantalons des soldats assemblés au Betrieb; … ce que dit le corps de Teresa collé au corps de Mila, son souffle dans le cou de Mila toutes les nuits; ce que disent les barbelés électriques déserts à l’extérieur, nulle viande séchés sur les fils depuis des mois; ce que dit l’Allemande qui frappent les mains des femmes qui se grattent; ce que disent les recettes de cuisine cent fois lancées pour rien dans l’air, le col rond et blanc qu’une prisonnière a cousu avec l’ourlet de sa robe, qui lui vaut vingt-cinq coups de bâton…., ce que ça dit, tout cela, c’est que même à Ravensbrück, l’Allemagne n’a pas gagné, n’aura jamais gagné complètement. »

RL2013 Challengedelete plume