Le cinquième bateau – Monika Kompanikova

Titre  :Le cinquième bateau
Auteur : Monika Kompanikova
Littérature slovaque
Titre original : Piata lod’
Traducteur : Vivien Cosculluela
Éditeur : Belleville Éditions
Nombre de pages : 215
Date de parution : mars 2019

Jarka ne connaît pas la douceur bienveillante d’un foyer. Sa mère, Lucia, n’avait que seize ans à sa naissance. Elle-même était un fardeau pour sa mère, Irena, qui lui reprochait d’être responsable de sa chute sociale lors du départ de son mari.

 » Les relations de Lucia avec nous étaient commerciales et non familiales. »

Entre une grand-mère qui l’utilise pour les tâches ménagères et une mère irresponsable qui lui répète sans cesse de ne pas causer de problèmes, Jarka rêve de bateaux. Elle se soumet aux signes du hasard pour prendre des décisions ou des directions. Elle aime se réfugier dans le jardin de son grand-père disparu, près de la gare de Vinohrady ( Bratislava), où une cabane est son royaume.

 » La cabane bleue avec ses volets blancs ressemblait à un petit bateau à vapeur perdu dans une mer d’herbe. »

Personne ne prépare rien pour elle. Elle est seule quand elle découvre le corps de sa grand-mère, quand elle subit les violences des amis ivres de sa mère, quand elle s’ennuie dans l’appartement vide où sa mère ne lui laisse qu’un mot sur une feuille de papier à cigarette et quelques pièces de monnaie pour manger.

 » Je cherche un cinquième bateau, un bateau qui serait vide. Un bateau préparé pour moi, avec une cabine aux murs solides et une serrure ouverte par la clé de la cabane du jardin. Mais il n’y a pas de cinquième bateau dans ce rêve. »

Alors, Jarka va créer sa  famille parfaite. A la gare, elle propose à une mère inquiète de surveiller ses  jumeaux braillant dans leur poussette. Ne la voyant pas revenir, elle emmène les bébés à la cabane, bientôt rejointe par Kristian, un garçon de sept ans qui vient de fuguer de chez lui. N’est-il pas trop jeune pour jouer le rôle du père?

 » Les jumeaux étaient allongés à côté de moi, sans défense. Ils ne disaient rien. Je n’étais pas un problème pour eux. Je n’étais pas idiote à leurs yeux. »

Aussi adulte qu’on l’a poussée à être, Jarka n’en est pas moins une enfant, inconsciente de la fragilité des bébés.

La petite Jarka est particulièrement touchante, une gamine en manque d’amour qui aborde la vie, sans complexes, avec beaucoup de maturité. La vie l’oblige à être forte, autonome, indépendante mais elle n’est qu’une enfant portée par ses rêves d’une vie meilleure.

Le récit manque un peu de cohésion. Il y a certes l’imagination enfantine mais l’auteur mêle aussi des périodes différentes. Les quelques passages de la liaison entre Jarka et Peter, le père d’une amie ne sont pas bien cadrés dans le temps. L’histoire avec Kristian et les jumeaux, celle qui donne du rythme et du concret au roman, semble voguer entre le passé et sa vie d’adulte. Elle reste assez floue sur son commencement et son dénouement.

Un peu de flou qui n’altère pas le charme de ce premier roman slovaque.

 

Ne tournez pas la page – Seray Sahiner

Titre : Ne tournez pas la page
Auteur : Seray Sahiner
Littérature turque
Traducteur : Ali Terzioglu et Jocelyne Burkmann
Éditeur : Belleville Editions
Nombre de pages : 160
Date de parution :  13 avril 2018

Tout commence par un entrefilet dans un journal, on évoque le suicide  d’une femme ou l’assassinat d’un homme suite aux violences conjugales. Ne tournez pas la page! Faisons fi de l’indifférence, ce fait divers doit être plus largement évoqué. Il faut donner la parole à cette femme qui n’avait d’autre choix que la mort pour faire cesser la peur. Il faut remonter quelques jours  plus tôt pour comprendre. D’ailleurs, le mal ne remonte pas à quelques jours mais au malheur d’être née femme au mauvais endroit et au mauvais moment. Mais même si cela semble plus fréquent en certains lieux, n’est-ce pas un sujet universel ?

Leyla Tasci est née dans un petit village turc. Sa famille s’installe finalement à proximité d’Istanbul. Leyla y voit une opportunité de découverte mais c’est sans compter les règles familiales. Si elle ne peut aller en ville, elle a le droit et même l’obligation d’aller travailler dans un atelier de confection. Toute jeune, naïve, elle tombe amoureuse d’Ömer, le jeune responsable d’atelier. Mais c’est Hayri Abi, son patron qui la violera en premier. 

Le déshonneur est lavé par une grosse somme d’argent empochée par le père violent. Leyla, souillée, est donnée en mariage à Remzi, un vieux veuf alcoolique.

«  Le foyer marital pourrait-il être pire que le foyer paternel? Pourtant… »

De fille d’Osman, elle est passée femme de Remzi.

«  Le premier mois, mon mari ne m’a pas battue. Ça doit être la lune de miel. »

Ensuite, le viol, car il faut bien appeler ainsi ces relations conjugales, est devenu quotidien.

Leyla transforme son dégoût en indifférence. Elle semble tellement désabusée, cynique qu’il est parfois difficile de compatir. Et pourtant, enceinte pour la seconde fois, sa seule issue, pour au moins sauver ses enfants du malheur, est de sauter par la fenêtre avec sa fille aînée dans les bras.

Bien sûr, elle aurait pu trouver du soutien à l’extérieur, auprès de Ülker Abla, cette accompagnatrice de l’hôpital qui a connu elle aussi ces violences. Bien sûr, elle aurait pu se révolter, se défendre et finir par tuer ce mari ignoble lors d’une scène de ménage. C’est une seconde version que nous propose Seray Sahiner. Mais finalement, la souffrance est identique. Peut-être est-elle même plus longue et destructrice pour sa fille aînée. Et puis, finalement, cela ne sera jamais qu’un fait divers de plus dans les journaux.

Du point de vue littéraire, je me serais contentée de la première version en l’étoffant avec l’histoire de Ülker Abla et les faibles moyens de rébellion de Leyla de la seconde version. Mais l’auteure souhaitait accrocher davantage de lecteurs en proposant différents moyens d’ouvrir les yeux des indifférents.

L’objectif de Seray Sahiner est atteint, Ne tournez pas la page est un roman choc qui ne peut laisser indifférent.