Les Québécois – Laurence Pivot et Nathalie Schneider

Titre : Les Québécois
Auteur : Laurence Pivot et Nathalie Schneider
Éditeur : Ateliers Henry Dougier
Nombre de pages : 144
Date de parution : mai 2017

Laurence Pivot et Nathalie Schneider sont deux journalistes franco-canadiennes. Laurence a vécu au Québec, a épousé un Québécois avant de rentrer en France. Nathalie vit à Montréal depuis 1993. Elles s’associent pour nous aider à mieux connaître ces canadiens attachés à la langue française, faire le point sur les clichés que nous nous faisons des Québécois et de leur société.

Le Québec n’a pas d’histoire fondatrice. Ces Canadiens français sont devenus des Québécois depuis la phrase du Général de Gaulle  » Vive le Québec libre! », la  » révolution tranquille des années 60.
Le Québec est une terre d’accueil:
Cette province du Canada a favorisé l’immigration pour compenser une démographie déclinante, un peuple composé du mélange de colons français et d’autochtones. Entre les années 60 et 80, ce sont surtout des réfugiés vietnamiens, des haïtiens et des sud-américains. Kim Thuy, arrivée à Granby à l’âge de 10 ans, nous confie l’accueil chaleureux et son intégration. Depuis 2002, les maghrébins et africains entrent dans le pays. L’interculturalisme souhaite rassembler autour de valeurs communes. Mais après le 11 septembre 2001, les remarques racistes s’intensifient et les immigrants choisis n’obtiennent pas toujours des postes correspondant à leur niveau.
Les Québécois se revendiquent libres:
En se libérant de la religion, les Québécois revendiquent leur liberté, et insistent pour conserver cette spécificité de la langue française ( la loi 101 de 1977 rend obligatoire l’enseignement du français à tous les immigrés). Mais lors d’un referendum, une majorité refuse la souveraineté. L’époque de Félix Leclerc ou Robert Charlebois est révolue, de plus en plus de chanteurs québécois utilisent l’anglais. Dans un monde où le commerce est international, le Québec peut-il encore garder sa spécificité?
Le Québec, une façon de vivre:
En 2016, l’OCDE plaçait le Danemark et le Québec en tête pour son indice du mieux-vivre. Les 1300 coopératives sont de lieux d vie où tout est fait collectivement sans enfreindre la liberté de chacun. Les Québécois défendent leurs valeurs comme l’accès à l’éducation ( Printemps érable de 2012). Le mariage gay est légal depuis 2005. C’est un des rares pays où les hommes prennent en charge la contraception. «  Un tiers des hommes du Québec sont vasectomisés à l’âge de 50 ans. »
Si la nature prédomine, Montréal est une ville multiculturelle où l’aménagement pris en charge par les arrondissements donne un urbanisme différencié peu agréable. Les efforts pour régler les problèmes de transport se heurtent à l’attachement du Québécois à sa voiture.
Montréal est une ville dynamique qui accueille de nombreux festivals et notamment «  le Davos de la créativité« , le multimédia et l’art graphique y sont très présents.
 » En dix ans, la population de français au Québec a augmenté de plus de 70%! » Leur petit quartier de 8 kilomètres carrés, Le Plateau, explose.
Le Nord du pays, territoire immense, surtout peuplé d’autochtones est une zone à exploiter ( forêts, mines, hydroélectricité). Hydro-Québec et le Plan Nord de Philippe Couillard se doivent d’exploiter les ressources naturelles en respectant l’écologie et les autochtones.

Ce nouvel opus de la collection Ligne de vie d’un peuple donne une vision de l’histoire, de la politique, de la façon de vivre du Québec. Une région qui tient à ses spécificités sans toutefois revendiquer la souveraineté, une terre d’accueil chaleureuse représentée aujourd’hui par Xavier Dolan qui «  incarne vraiment la modernité québécoise, son esthétique, sa langue »
Si j’ai un peu moins appris sur les Québécois que sur les Norvégiens, ces petits livres donnent une très bonne approche de l’histoire et de la géopolitique d’un peuple.

Publicités

Les Norvégiens pacifistes – Vibeke Knoop Rachline

Titre : Les Norvégiens, pacifistes
Auteur : Vibeke Knoop Rachline
Editeur : Ateliers Henry Dougier
Nombre de pages : 144
Date de parution : 1er octobre 2015

 

Suite à un récent voyage en Norvège, j’ai repris la lecture de quelques écrivains nordiques. A la parution d’une chronique, un lecteur ( je crois me souvenir que c’est Ecriture Factory) m’a conseillé ce petit livre, Les Norvégiens pacifistes de Vibeke Knoop Rachline.
La collection Lignes de vie d’un peuple des Ateliers Henry Dougier m’a de suite donné confiance et attirée avec cette photo de couverture, une carte du pays imprimée sur une main levée.
Et je n’ai aucun regret car ce livre est vraiment passionnant. En cinq chapitres, Vibeke Knoop Rachline dresse les caractéristiques connues de ce peuple, ses contradictions et son évolution à partir de rencontres avec des Norvégiens célèbres ( écrivains, sportif, cuisinier, professeurs, politiciens, anthropologue, première femme premier ministre ou contre-amirale, explorateur…).
Anecdotes, rencontres donnent du dynamisme à ce récit très clair, construit avec une grande logique.
De la Norvège, nous connaissons effectivement l’impression de bonheur lié à la nature aujourd’hui relayée dans la notion du hygge, les auteurs de polars nordiques, les champions de ski, quelques grandes figures comme Ibsen ou Munch mais l’auteur cible les détails, les contradictions qui, en toute honnêteté, nous donnent à mieux comprendre un pays en évolution.
Les Norvégiens ont une culture de pionniers. Dans ce pays, tout est mis en oeuvre pour gagner. On connaît la suprématie des fondeurs norvégiens, les architectes norvégiens sont bien placés mais la Norvège compte aussi par exemple Bent Stiansen, élu meilleur cuisinier du monde.
Pionnière aussi sur le féminisme. Gro Harlem Brundtland, première femme Premier Ministre ( parti travailliste 1986), a été la grande pionnière de l’entrée en politique des Norvégiennes.
 » Aujourd’hui encore, on affirme que les femmes constituent la deuxième ressource de la Norvège après le pétrole. Les trois-quart d’entre elles travaillent, et exigent un partage complet des tâches domestiques à la maison. »
Certes, le terme de « ressource » et la position de seconde place ne sont guère flatteurs. Disons que les femmes sont souveraines en ce royaume.

Riche du Fonds pétrolier et diplomate, la Norvège est un interlocuteur privilégié dans les accords de paix ( Israël, Colopbie, Syrie). Son second cheval de bataille est dans le domaine du climat. Et ce petit pays aura fort à faire si il sait prendre sa place en ce domaine.
L’auteur, en très bon journaliste n’omet toutefois pas de citer les contradictions du pays. Pacifistes et négociateurs de paix, la Norvège n’en est pas moins un des plus grands exportateurs d’armes. Seulement dans les pays qui doivent se défendre mais sans certificat d’utilisateur final.
 » La Norvège est un peu comme Janus, le dieu romain aux deux visages, selon certains chercheurs. On n’a pas l’un sans l’autre, même si le rôle des groupes d’armement norvégiens est nettement moins connu que les efforts de la diplomatie en matière de paix. »
Elle n’oublie pas non plus les premières polémiques au sujet des plongeurs sur les plateformes pétrolières.

Ce pays, où la nature a pris la place de la religion, où les hommes avaient cette volonté naturelle du dépassement de soi a été traumatisé par l’attentat de Anders Behring Breivik (un enfant du pays) en juillet 2011. Ce drame revient à plusieurs reprises dans l’analyse de l’auteur.
«  Celui qui, en tuant froidement 77 personnes en juillet 2011, a sorti le pays de sa bulle de bien-être. »
Les progrès de l’Internet, le consumérisme, l’ouverture sur l’Europe sans en faire partie, l’accession au pouvoir du Parti du Progrès, la fin possible des réserves en pétrole et gaz des fonds marins qui font la richesse exceptionnelle du pays pourraient remettre en cause les fondements naturels d’un peuple généreux, multi-ethnique, féministe, pacifiste.
«  Eva Joly voit une Norvège moins singulière dans l’avenir. »

Ce livre est vraiment très complet avec en plus d’un texte très fouillé, des annexes sur les personnalités norvégiennes et les chiffres clés du pays.

Vibeke Knoop Rachline est journaliste norvégienne, basée à Paris. Elle travaille notamment pour Aftenposten, premier quotidien norvégien, mais aussi pour différents médias norvégiens et français

Je ne manquerai pas de lire d’autres livres de cette collection, en espérant qu’ils soient aussi intéressants, clairs et perspicaces que celui-ci.