Une joie féroce – Sorj Chalandon

Titre : Une joie féroce
Auteur : Sorj Chalandon
Éditeur : Grasset
Nombre de pages : 320
Date de parution : 14 août 2019

Brigitte, Mélodie, Assia et Jeanne sont en route vers la place Vendôme. elles vont commettre un hold-up à main armée dans une des plus grandes bijouteries de Paris. Comment en sont-elles arrivées là?

Jeanne Hervineau, trente-neuf ans, est une femme mariée, tranquille, rangée. Sa vie va changer quand elle apprend qu’elle a un cancer du sein. Une tumeur agressive mais isolée. Le protocole de soins est rapidement fixé : opération, chimiothérapie puis cinq ans de traitement. Matt, son compagnon n’assume pas cette nouvelle. Il a déjà perdu sa mère, sa sœur d’un cancer. Il ne peut plus supporter l’odeur, la vision de la maladie. La perte d’un fils avait déjà ébranlé le couple.

Jeanne doit partir seule en lutte contre le cancer. Une maladie qui vous fait voir la vie autrement. Courage et férocité sont nécessaires.

Aux séances de chimiothérapie, elle rencontre Brigitte, une excentrique solaire. Avec son amie Assia, et la jeune Mélodie, elles vont devenir le réconfort de Jeanne. L’Autre est essentiel pour supporter les épreuves de la maladie.

Quelques bribes du passé de chaque personnage montrent que chacun porte ses blessures. L’Histoire ne manque pas de fléaux : femmes tondues, génocide, vol de la mort, violence familiale, mort de proches. « Cela faisait trop de drames à la fois. ». Peut-être mon regret sur ce récit. Mais il faut toucher le fond pour se réapproprier rageusement son destin.

A elles quatre, aujourd’hui, elles forment une famille, se soutiennent et se communiquent cette joie féroce indispensable pour survivre.

« Elle et les autres se moquaient de la maladie. Elles riaient de la mort. Allaient à la chimio comme d’autres à la manucure. C’était dur, pourtant. Chacune souffrait, pleurait, poussait un cri au moment du lever. Mais aucune ne se plaignait. Un vertige? Une histoire drôle. Un vomissement ? Une pirouette. Une bouffée de chaleur? Une glace pour faire passer. Comme moi, elles avaient peur. J’en étais persuadée. Mais jamais elles ne le montraient. »

Le roman de Sorj Chalandon ne se concentre pas sur le cancer et ses conséquences. Avec ces quatre femmes exceptionnelles, il montre la transformation inévitable des comportements face à la maladie.

« Ensemble, elles ont détruit le pavillon des cancéreux pour élever une joyeuse citadelle. »

Chalandon, narrateur hors pair, tient son lecteur, l’embarque dans son récit. Vous vous laissez porter…mais Sorj Chalandon attend ce moment pour vous surprendre et sortir une carte inattendue qui bouleverse le jeu.

Avec ce sujet intime et personnel, l’auteur laisse sa plume dévier autour du sujet principal. Le récit se teinte de luminosité sous l’amitié naissante de ce groupe de filles, se veut rocambolesque autour du hold-up, retrouve de la noirceur avec le passé des personnages. Certes, l’auteur ne souhaite pas faire un roman plaintif sur la maladie. Mais l’ensemble n’atteint la profondeur de romans plus marquants comme Mon traître, Retour à Killybegs ou Le quatrième mur. Il n’en reste pas moins la grande qualité d’écriture de Sorj Chalandon.

 

Où bat le cœur du monde ? – Philippe Hayat

Titre : Où bat le cœur du monde ?
Auteur : Philippe Hayat
Éditeur : Calman Levy
Nombre de pages : 429
Date de parution : 14 août 2019

La rentrée littéraire est souvent focalisée sur quelques noms d’auteurs bien connus qui reviennent régulièrement sur les listes de sélection de prix littéraires. Parmi les centaines de romans à paraître, j’aime bien trouver celui d’un auteur moins connu qui mérite, selon moi de sortir du lot. Pas forcément pour ses qualités littéraires, son style, son originalité (même si tous ces ingrédients sont ici bien présents) mais pour la cote d’amour qu’il peut susciter.  L’an dernier, j’avais élu un premier roman, La vraie vie d’Adeline Dieudonné.

Même si je n’en suis qu’au début de mes lectures, il me semble bien que Où bat le cœur du monde?, sera mon roman 2019 à défendre. Il s’agit du second roman de Philippe Hayat, un entrepreneur français, auteur de Momo des Halles (Éditions Allary, 2014).

Darry Kid Zak a quatre-vingt-dix ans. Soutenu par sa femme, Dinah, il va donner son dernier concert. Sur lui, il porte toujours le petit poisson d’argent que lui avait donné sa mère, « puisque à cause d’elle il avait failli ne pas être, et que sans elle jamais il n’aurait été. »

Né à Tunis, Darius est le fils unique d’un libraire tunisien et d’une mère juive d’origine italienne. La ville, sous contrôle des français est en effervescence. Les arabes détestent les juifs qui commercent avec les français.
De l’attaque contre son père, sous l’œil indifférent des militaires, Darius gardera des séquelles physiques et psychologiques. Il restera boiteux et muet. Sa mère rêve pour lui de grandes études, l’adolescent veut s’exprimer par la musique.
De belles rencontres, avec un professeur de littérature ou une jeune française, le poussent sur le chemin de sa passion. Mais pour Darius le choix entre le respect à sa mère et la vie par le jazz est cornélien.

«  Le grand amour, on ne le vit pas en se mutilant. »

Darius s’embarque avec des soldats américains pour soutenir les troupes débarquant en Sicile. Puis il échoue à New York en 1948.

« A l’époque, il rentrait du front, et il avait trouvé l’Amérique plus violente que la guerre. »

Dinah, une étudiante noire, l’aide à retrouver foi et confiance en sa musique. Ce musicien blanc, boiteux et muet rencontre alors les plus grands musiciens noirs.

 » Ce qu’ils cherchaient dans leur blues, il le cherchait aussi. Comme eux, il se débattait dans un monde qui se refusait à lui, il se heurtait à sa violence, alors il fallait le  réinventer, le secouer dans un rythme effréné, briser les mélodies convenues, improviser et jouer, jouer jusqu’à rendre cette vie fréquentable. »

En pleine ségrégation, Darry accompagne Billie Holiday, Charlie Parker et Miles Davis dans une tournée jusqu’à La Nouvelle Orléans, inventant le cool jazz.

Philippe Hayat nous embarque dans une grande aventure de la Tunisie française à l’Amérique ségrégationniste en passant par la guerre en Europe sous le swing remarquable d’un personnage inoubliable. A la manière de Billie Holiday, la magie de ses notes touche  » ce point précis où bat le cœur du monde. »

Un roman coup de cœur qui enchantera tous les lecteurs sensibles à cette musique qui enflamme, délivre une folle espérance face à la violence du monde.

Les petits de Décembre – Kaouther Adimi

Titre : Les petits de Décembre
Auteur : Kaouther Adimi
Éditeur : Seuil
Nombre de pages : 256
Date de parution : 14 août 2019

 

La cité du 11-décembre,dans une petite commune à l’ouest d’Alger a été construite en 1987 afin de loger les militaires. Depuis il en reste peu, quelques gradés à la retraite qui possèdent les plus belles maisons où les routes sont goudronnées. Le reste de la cité n’est guère entretenue.
Les enfants aiment se retrouver sur un terrain vague au centre de la cité, ils y jouent au football.

En ce mois de février 2016, avec la  pluie qui fait craindre de nouvelles inondations, le terrain est plutôt une mare de boue. Ce qui n’empêche pas Inès, une fillette de onze ans, Jamyl et Madhi de s’amuser sur le seul lieu qu’il considère comme leur terrain de jeu.

Pendant ce temps, les adultes regardent la télévision, inquiets des inondations qui menacent une nouvelle fois Alger.
Ces parents, ces grand-parents, Kaouther Adimi nous les présente. Leur passé marqué par l’histoire du pays explique autant leur physique que leurs humeurs. Adila, la grand-mère d’Inès, est une intouchable grâce à son passé dans le FLN. Sa fille, Yasmine reste hantée par ses peurs de jeunesse.

 » La société algérienne pouvait être d’une violence inouïe à l’égard des femmes vivant seules. »

Le colonel Mohamed, suivi de son collègue Cherif, a créé un parti d’opposition et rêve d’avoir enfin un rôle à jouer entre l’ancienne et la nouvelle génération. Ce futur politique est représenté par son fils, Youcef, prêt à défendre ses droits.

 » Papa, si tout le monde ne pense qu’à son petit avenir et son petit confort, comment ferons-nous pour changer les choses? »

Aussi n’hésite-t-il pas quand deux généraux, Saïd, un des instigateurs de la purge des années 90 et Athmane viennent inspecter le terrain vague afin de prévoir les plans de leurs futures maisons.

«  On n’a que ça! Eux ils ont tout le pays, ils ne peuvent nous laisser ce bout de terrain? »

Dans ce pays où la justice sert ceux qui ont les meilleures cartes, Youcef ne fait pas le poids face aux généraux.

Les craintes du vieux colonel Mohamed s’avèrent fondées. Les adultes vivent encore dans la peur, mais pas les enfants. La volonté des plus jeunes face à l’injustice, même si ce n’est que pour défendre un terrain vague, soutenue par les réseaux sociaux, donne un nouvel élan.

Kaouther Adimi construit un roman remarquable. Sensible grâce à la force de ses personnages, la fraîcheur de ces enfants affranchis de la peur qui musèle les parents. Enrichissant par le biais du journal qu’écrit Adila, militante pendant la guerre d’Algérie, arrêtée à dix-sept ans, humiliée, torturée, qui retrace les grandes lignes historiques du pays.

Avec cette photo d’un pays corrompu, l’auteur rend hommage à l’ancienne génération qui s’est battue, qui vit aujourd’hui avec les peurs et les cicatrices du combat, et montre l’état d’esprit d’une nouvelle génération, prête à défendre ses droits.

Si son dernier roman, Nos richesses, a été récompensé des prix du Style et Prix Renaudot des lycéens, celui-ci devrait connaître un large succès public.

 

Le furet égaré – Denis Julin

Titre : Le furet égaré
Auteur : Denis Julin

Éditeur : Pavillon noir
Nombre de pages : 336
Date de parution : 11 juin 2019

Découverte d’un auteur et d’une maison d’édition. Ce qui justifie bien mon incursion dans un genre, qui vous le savez, n’est pas celui que je préfère.

Entre quelques lectures plus denses de la rentrée littéraire, ce roman policier est un moment de détente appréciable, une bonne lecture de vacances. Avec cette seconde enquête du capitaine Romain Brunie, Denis Julin propose une course poursuite entre Paris, Lyon, Limoges et la Savoie qui ne manque pas de rythme.

Une femme est retrouvée morte dans son appartement cossu du XVIe arrondissement de Paris. Son mari, Arnaud Montfort-Louis, en fuite est le principal suspect. Ancien militaire, aujourd’hui travaillant dans l’import-export, Arnaud a trouvé refuge dans le chalet savoyard d’un de ses collègues et amis. Là, on lui tire dessus alors qu’il pêche tranquillement sur le lac. Blessé à la tête, il chavire. Il reprend connaissance quelques heures plus tard, victime d’amnésie. Son seul repère, l’adresse dans sa poche d’un avocat de Limoges. 

Le capitaine Brunie accompagné de son stagiaire Marivaux, brave l’autorité de son chef pour suivre cette enquête jusqu’à Lyon, là où travaillait Arnaud. Sous couverture d’une société d’import-export, Arnaud travaillait pour le gouvernement dans le secteur de l’armement. Avec trois autres chercheurs, ils étaient en passe de mettre au point une arme de poing cognitive qui fonctionne par la pensée. Ce prototype disparaît en même temps qu’Arnaud.

Alors que policiers et gendarmes traquent le fugitif que tout accuse, Arnaud tente de retrouver des bribes de sa mémoire. Accompagné de Stéphanie, une jeune femme qu’il a défendue dans un bar, il tente de rejoindre Limoges. Mais sur son trajet, les morts pleuvent alourdissant de plus en plus sa culpabilité.

Le scénario, toutefois assez classique, tient la route. Le rythme et la bonhommie des personnages de Romain Brunie et d’Arnaud fixent l’intérêt. Même si j’apprécie moyennement l’humour élémentaire, il est typique de ces enquêtes policières qui, généralement séduisent le public. Denis Julin maîtrise les codes du genre pour en faire d’agréables lectures divertissantes.

La peau, l’écorce – Alexandre Civico

Titre : La peau, l’écorce
Auteur : Alexandre Civico
Éditeur : Rivages
Nombre de pages : 100
Date de parution : janvier 2017

La peau, l’écorce. Des chapitres en alternance donnant la parole à deux hommes. Deux hommes différents mais qui se regardent en miroir. Ils pourraient être le même homme, ayant fait des choix de vie différents.

L’écorce, symbolise celui qui s’est endurci. Capable d’envisager la mort au combat, capable de tuer, même si les premières fois furent difficiles. Il est en plein désert avec trois autres soldats, le Chef, l’Écrivain et l’Autre.

«  On était douze au départ…On avait un périmètre à sécuriser. »

Ils sont en embuscade pour récupérer leur puits pris par l’ennemi, d’autres soldats aussi perdus qu’eux-mêmes.

On ne sait pas quelle est cette guerre, ni où ils sont. 

La peau est celle d’un père resté seul avec sa fille de quatre ans. Depuis que la mère est partie, la petite ne parle plus. Depuis la nuit dernière, le père et la fille sont reliés par un cordon ombilical. Une image étrange qui pourrait symboliser la paternité, le lien filial qui relie à la terre et empêche les hommes de quitter leur famille pour aller se battre. Ainsi reliés, le couple tente de rejoindre l’hôpital. Mais c’est dans une ville en désordre qu’is circulent. Des explosions surprennent les habitants, fracassent les vies, rendent les métros dangereux.

Deux mondes en perdition. La guerre dans le désert pour les soldats et les attentats dans les villes. Un monde qui pourrait être un prolongement du nôtre, un monde en perte d’humanité. On y reconnaît les clivages sociaux et l’indifférence de ceux qui tiennent encore debout.

« ce qui me bouffait c’était ça, l’indifférence. Enjamber ceux qui ont pris le trottoir pour maison. Ceux sur qui le pouvoir ne prend même plus la peine de s’exercer. C’est cette anesthésie qui me faisait animal. Et elle ne m’aidait pas à écrire. Le bruit du monde était là, mais j’étais sourd. Même les premières explosions, je ne les ai pas entendues. J’étais sec. »

Ce court récit est un roman d’anticipation étrange, onirique. Il faut aller chercher derrière la noirceur de ce monde en perdition, derrière les symboles étranges le message de l’auteur qui peut paraître confus en première lecture. Mais c’est dans une très belle langue qu’Alexandro Civico nous met en garde contre l’indifférence dans l’ombre menaçante de la fin du monde.

Je vais passer pour un vieux con – Philippe Delerm

Titre : Je vais passer pour un vieux con
Auteur : Philippe Delerm
Éditeur : Seuil
Nombre de pages : 144
Date de parution : 13 septembre 2012

 

Partir de petites choses de la vie courante, celles que l’on ne remarque parfois plus et en tirer une ou deux pages de fine analyse de nos comportements. Il en a fait sa marque de fabrique, nous sommes désormais bien habitués aux contenus des petits recueils de Philippe Delerm

« Je vais passer pour un vieux con. » Ce sont ici des petites phrases, que l’on prononce ou prononçait au mot près, souvent avec la même intonation. Des phrases qui survivent au fil des générations, plutôt utilisées au cours de conversations entre amis comme « Il y a longtemps que vous attendez? »

L’auteur les décortique au mot près pour mettre en évidence les pensées cachées qu’elles suscitent chez celui qui les prononce ou celui qui les reçoit. Les adverbes sont particulièrement significatifs, cachant la fausseté ou le mensonge.

J’aimerais beaucoup entendre ces textes lus par des acteurs comme Fabrice Luchini ou Edouard Baer. Ces petits recueils doivent gagner en sagacité en version audio.

C’est drôle, perspicace. Ça vous embarque en titillant vos habitudes.

« C’est vraiment par gourmandise. »

Certaines phrases, un peu dépassées sont aussi l’occasion de voir l’évolution de la société avec l’ère du numérique ou la disparition de l’esprit de village.

D’autres sont comme des petites madeleines de Proust. «  Joli chapeau madame » replonge les plus anciens au coeur des dimanches après-midi, derrière la télé, écoutant les commentaires sportifs de Michel Dhrey à Roland-Garros.

Toutefois, la plupart de ces expressions sont intemporelles. Chacun se sentira concerné.

Si vous aimez l’univers de Philippe Delerm, rendez-vous le 12 septembre 2019 pour la parution de son dernier recueil, L’extase du selfie.

Cher lecteur – Georges Picard

Titre : Cher lecteur
Auteur : Georges Picard
Éditeur : José Corti
Nombre de pages : 192
Date de parution : 5 octobre 2017

C’est un auteur qui m’a conseillé de lire ce livre. Ce qui est tout à fait logique puisque ce récit de Georges Picard rend hommage à ses deux passions : l’écriture et la lecture.

Je me suis sentie très concernée par ce texte, en ma qualité de lecteur assidu, voire boulimique. Tant de phrases correspondent à ce que je recherche et ce que je trouve dans la lecture.

«  Le grand lecteur sait ce qu’il doit à la littérature : au moins d’échapper à la platitude d’une vie entièrement asservie à des préoccupations utilitaires faisant le sacrifice de la part rêveuse et poétique de l’être humain. Je ne crois pas qu’il soit facile de faire comprendre cela à quelqu’un qui ne lit jamais. »

Mais lire est aussi une manière de se mettre à la place des autres et de comprendre ce que l’on aurait pas vu par nous-mêmes. Une ouverture d’esprit qui mène à davantage de tolérance.

Un livre me convient si il m’apprend quelque chose et me touche. 

«  Ce qui m’intéresse dans la lecture, c’est ce qui élargit mon intelligence et ma sensibilité. »

Nous ne sommes bien entendu pas tous sensibles aux mêmes arguments. Parfois un hasard, une coïncidence nous rapprochent d’un texte. Parfois, nous surestimons un roman par attachement aux personnages. Le principal est d’émettre son propre ressenti.

«  La littérature nourrit l’intelligence, celle de l’esprit et du cœur, en nous fournissant des connaissances vivantes, extérieures et intimes. A nous lecteurs, d’en extraire les idées et les émotions les mieux adaptées aux questions qui nous pressent. »

Tout comme l’auteur, je privilégie le texte à l’auteur. Certaines personnalités peuvent nous déplaire, certaines positions politiques peuvent nous outrager ( Céline ou Sade par exemple), il n’en reste pas moins que leurs textes sont remarquables.

Et, tout comme lui, je m’étonne souvent des titres qui se retrouvent en tête des ventes. Mais peut-être avec moins de vindicte que cet auteur lettré. Chaque lecteur a son univers et il n’est pas donné à tout le monde de lire des philosophes ou de la poésie. 

Georges Picard défend son art à juste titre. Mais je me suis parfois sentie coupable, incompétente en tant que lecteur.

 » Quand j’écris un livre, je sais qu’il restera toujours , entre le lecteur et moi, un résidu d’incompréhension. Ce quelque chose qui ne passe pas est peut-être ce qu’il y a de  plus précieux dans l’échange. »

Je me suis sentie toute petite face à cet intellectuel. Parce que, oui, je lis beaucoup, peut-être trop. Oui, j’essaie toujours de terminer un livre et de dire ce que j’en pense. Honnêtement, simplement, à mon petit niveau.

« La valeur d’un livre tenant aussi à la qualité de la lecture. »

Heureusement, l’auteur s’aperçoit qu’il offusque parfois son « cher lecteur. ». N’y-a-t-il pas un peu de condescendance dans ce titre?

«  Ohé, cher lecteur, ne t’en va pas, j’arrête ici mon prêche, je ne veux convertir personne, et surtout pas toi dont la patience à me lire est un gage suffisant. »

Mais, comme je lis énormément, j’ai un bon rapport avec l’altérité. Je comprends et je respecte la pensée sincère de l’auteur. Surtout envers une personne qui porte un tel amour pour les livres. D’autant plus que je trouve dans sa confession tant de vérités communes.

« La littérature, c’est d’abord le tempérament, la personnalité, avant la maîtrise technique. »

«  Pourquoi écrire semble-t-il si angoissant à de bons lecteurs? »

«  La clarté, ou plutôt une certaine clarté, c’est ce que les bons livres nous proposent. »

«  Le souffle pour tenir sur cinq cent pages sans ennuyer ni digresser lourdement est donné à peu d’écrivains. Le talent d’être court en disant beaucoup est encore plus rare. »

A tous les lecteurs que vous êtes, les auteurs en herbe, il faut lire ce livre d’un homme qui éprouve une vraie passion pour les livres.

«  L’expérience m’a confirmé que l’on écrit avec ce que l’on est, comme on lit avec ce que l’on est. Inutile donc de chercher à plaire. Un auteur finit toujours, rapidement ou lentement, par trouver ses lecteurs. »