Riposte – David Albertyn

Titre : Riposte
Auteur : David Albertyn
Littérature canadienne
Titre original : Undercard
Traducteur : Karine Lalechère
Editeur : Harper Collins
Nombre de pages : 288
Date de parution : 11 mars 2020

Las Vegas, il est 12 heures 34 minutes, Antoine Deco, boxeur latino classé dans le top 15 mondial, se concentre. Ce soir, il va affronter Kolya Konystin, un joueur particulièrement brutal classé parmi les cinq meilleurs mondiaux. Qu’est-ce qui lui donne le courage d’affronter cette brute que tout boxeur évite?

Quelques instants plus tard, Tyron Shaw, retrouve sa tante Trudy et sa fille Tara. Ex-marine, il vient de quitter l’armée, la tête toujours hantée de ses combats en Irak. Chacun lui donne les nouvelles de ses amis, Antoine, Keenan et Naomi.

Keenan, policier comme son père connaît une mauvaise passe. Traduit en justice pour avoir tué un jeune noir lors d’une interpellation, il travaille désormais pour le service de sécurité du Reef, salle de casino où aura lieu le match de boxe. La police, la  communauté noire et même sa femme, Naomi le rejettent et l’accusent.

Quinze ans plus tôt, Tyron, Keenan, Antoine et Naomi, la seule fille du groupe dont chacun était amoureux s’entraînaient ensemble. Seul Antoine a continué la boxe. La mort violente de son père, un assassinat dont il fut témoin,  lui donne la rage de se battre. Une rage exacerbée lorsque les parents de Tyron, deux activistes noirs qui l’avaient recueilli meurent à leur tour de manière brutale. Si les parents de Keenan hébergent Tyron, ils ne veulent pas s’occuper d’Antoine, adolescent rebelle. Livré à lui-même, Antoine vit dans la rue, s’associe à un gang et fera même de la prison. Aujourd’hui, c’est l’heure de la vengeance.

Pendant ces vingt-quatre heures sous haute tension, David Albertyn ménage son suspense en nous dévoilant au fil de l’eau mais chrono en main ce qui s’est réellement passé autour des morts du père d’Antoine et des parents de Tyron. Naomi, Keenan et Tyron se retrouvent involontairement au coeur de la vengeance d’Antoine dans ce milieu des casinos où milliardaires s’octroient tous les droits, protégés par des flics corrompus.

Riposte est une lecture distrayante grâce à un scénario plutôt bien ficelé et des personnages sympathiques. Mon seul bémol serait peut-être sur le style qui laisse une place importante aux dialogues parfois un peu primaires.

Un premier roman sportif et prometteur pour cet écrivain né à Durban, en 1983. A suivre

 

Kim Jiyoung, née en 1982 – Cho Nam-joo

Titre : Kim Jiyoung, née en 1982
Auteur : Cho Nam-joo
Littérature sud-coréenne
Titre original : Palsip yi nyeon saeng Kim Jiyeong
Traducteurs : Kyungran Choi et Pierre Bisiou
Editeur : Nil
Nombre de pages : 206
Date de parution : 2 janvier 2020

Mariée depuis trois ans à Jeong Daehyeon, Kim Jiyoung, trente-cinq ans, a une petite fille d’un an. Depuis quelques jours, elle semble perdre la raison.

Cho Nam-joo balaie les différentes étapes de la vie de Kim Jiyoung de sa naissance en 1982 à ces jours de 2015 afin de comprendre la genèse de son mal-être. La maternité n’est que le déclencheur du poids que la société coréenne fait peser sur les femmes depuis des décennies.

Pour une femme, mener de front vie professionnelle et vie familiale s’avère parfois compliqué. Et peut-être davantage en Corée du Sud, pays où dans les années 80, les mères enceintes de filles avortaient en masse. Ce fut le cas de la mère de Kim Jiyoung. Mère de deux filles, elle avorta pendant sa troisième grossesse avant de donner naissance au fils tant désiré. Et pourtant, elle-même a souffert de cette domination masculine, contrainte de travailler en usine pour payer les études de son frère.

Si le pays évolue rapidement ( loi contre la discrimination hommes/femmes en 1999, création du ministère de l’égalité des sexes en 2001, abolition du système patriarcal en février 2002 avec mise en application en 2008), les mentalités peinent à suivre.

« Comment les filles sont-elles devenues ainsi, cette part de l’humanité qui se charge de toutes ces choses sans qu’on ait besoin de leur expliquer quoi que ce soit? »

Kim Jiyoung, diplômée, est refusée dans les grandes entreprises. En 2005, année où la narratrice se retrouve sur le marché du travail, le taux de femmes embauchées dans celles-ci était de 29,6%.

« Pour l’entreprise, une femme trop intelligente est un problème. »

Beaucoup d’employées n’imaginent même pas penser à un potentiel congé de maternité, privant ainsi de tout espoir les futures générations.

Lorsque les parents peuvent choisir le nom de famille à donner à leurs enfants, les barrières mentales restent fortes. Mais n’est-ce pas la même situation dans d’autres pays? En 2014, Kim Jiyoung, sur le point d’accoucher, est contrainte de quitter son travail. Débute alors pour elle, tous les schémas classiques et universels de la femme au foyer.

Le roman de Cho Nam-joo nous offre une vision plutôt inédite et intéressante de la vie quotidienne en Corée du Sud. Phénomène dans ce pays, ce premier roman expose sans tabous les conditions de vie de la femme dans un pays traditionaliste. Si, au travers de ce récit, le pays me semble évoluer rapidement, les barrières mentales sont fortes et les femmes se contraignent à un rôle primaire. Mais, dans une moindre mesure, n’est-ce-pas aussi le cas dans de nombreux pays?

 

A l’ombre des loups – Alvydas Slepikas

Titre : A l’ombre des loups
Auteur : Alvydas Slepikas
Littérature lituanienne
Titre original : Mano vardas – Maryté
Traducteur : Marija-Elena Baceviciute
Nombre de pages : 238
Date de parution : 8 janvier 2020

 

En 1946, la Prusse d’après-guerre est écrasée, dévastée par l’avancée des soldats russes. Des familles allemandes, il ne reste que les femmes et les enfants. Les hommes ne sont pas revenus de la guerre. Les soldats russes occupent les maisons reléguant dans le meilleur des cas les habitants dans les remises sans chauffage ni confort. Eva ramasse les restes de la cantine militaire jetés à même le sol pour nourrir ses cinq enfants et sa belle-soeur. En ces jours de malheur, elle peut compter sur le rire de son amie Marta. Un rire qui ne résonnera pas longtemps, tant les conditions de vie sont atroces.

« La faim et le froid viennent à bout des gens, les brisent. Ils deviennent tels des mécanismes métalliques vides et n’espèrent plus rien, n’ont peur de rien et ne s’étonnent plus de rien

Chaque virée est dangereuse, les soldats russes n’hésitent pas à battre et violer ces femmes prêtes à risquer leur vie pour ramener quelques épluchures à leurs enfants. Heinz, le fils le plus âgé passe en fraude vers la Lituanie, de l’autre côté du fleuve Niemen, pour quémander un peu de pain, de pomme de terre et de lard. Mais ils ne sont que des gamins d’une dizaine d’années sur lesquels les soldats n’hésitent pas à tirer.

Toujours plus acculés vers la famine, chacun des enfants essaie de tenter sa chance pour ramener quelque chose. Ils bravent les forêts sombres, se vendent à qui pourra les emmener et les nourrir.

Nous les suivons sur les chemins hostiles jusqu’à s’attarder sur la petite Renate, six ans. Elle aussi, a voulu s’éloigner de la famille agonisante pour trouver à manger. Son petit minois attire les sympathies, certains prennent des risques pour lui venir en aide. Mais, là aussi, la peur, celle d’être dénoncé pour aide à une enfant allemande, suscite méchanceté et delation.

Alvydas Slepikas traite ici d’un sujet peu connu, l’histoire des enfants-loups, ces petits allemands arrivés en Lituanie après la guerre pour mendier. C’est en s’inspirant du témoignage de deux survivantes qu’est né le personnage de Renate.

L’auteur compose une fiction sombre mais poignante surtout lorsque se détache le personnage de la petite Renate. Une petite fille en danger que l’on voudrait protéger de ces hordes de loups.

Un bon premier roman qui lève le voile sur un volet moins connu de la fin de la seconde guerre mondiale.

 

 

Les oiseaux rares – Hugo Paviot

Titre : Les oiseaux rares
Auteur : Hugo Paviot
Editeur : Seuil
Nombre de pages : 224
Date de parution : 2 janvier 2020

 

 

Si Hugo Paviot propose ici son premier roman, l’auteur a déjà une grande expérience de l’écriture. Dramaturge et metteur en scène, il a écrit une dizaine de pièces, pour lesquelles il a reçu plusieurs prix littéraires. Le milieu qu’il évoque dans ce roman, il le connaît bien pour avoir animé plusieurs projets culturels dans des lieux où il faut redonner le goût du rêve et la confiance en soi.

La Méditerranée les sépare, mais ils ont les mêmes racines et la même rancoeur. Achir vit à Alger avec son oncle. Ses nuits sont emplies de traversées cauchemardesques, quittant ce pays où la jeunesse n’a aucun avenir.

Sihem est née en France. A vingt-trois ans, elle suit des cours dans un lycée pour élèves décrocheurs. Elle est logée dans une résidence autonomie où cohabitent des personnes âgées originaires de tous les continents.

« La famille est le premier sanctuaire du processus de casse

Sihem, abandonnée par sa famille puis par la société, n’a aucune confiance en elle. Elle se protège derrière une agressivité qui l’isole.

 

Hélène, professeur de français, les connaît bien ces élèves meurtris. Chaque élève est unique, il faut en trouver la clé. ( Tableau de Kadinsky, Upward)

 

Grâce à des projets culturels, et surtout parce qu’elle ne les juge pas, elle parvient à leur redonner confiance.

« Ses élèves sont des oiseaux qui ne savent pas encore qu’ils peuvent voler. »

Auprès d’Hélène et surtout d’Emile, un vieil homme solitaire et bougon de la résidence, Sihem apprend le français, la géographie et l’histoire. Petit à petit, elle retrouve une famille.

Emile n’a rien à perdre. Ses dernières forces, il veut les consacrer à cette gamine qu’il aime pour son répondant et ses origines. Quand il l’accompagne à Alger, nous parcourons avec eux une ville chatoyante et accueillante.

« Ce pays n’a pas de chance. Il renferme des trésors et personne ne s’en soucie. »

Le musée du Bardo, Notre-Dame d’Afrique, la Madrague, Tipaza où souffle le souvenir de Camus, le musée d’art moderne et la Casbah. Avec ce voyage, Emile achève la transformation de Sihem d’animal blessé en jeune femme déterminée.

Si le roman commence dans la noirceur, les personnages deviennent lumineux. Impossible de rester insensible à cette rencontre entre un vieil homme qui a enfermé ses souvenirs  dans des cartons et une jeune femme qui aimerait retrouver confiance en la vie.

Certains jugeront que l’auteur joue la carte facile de l’émotion. Peut-être mais je suis tombée sous le charme d’Emile et de Sihem et de cette belle ville d’Alger la Blanche.

Les oiseaux rares est un roman bouleversant et lumineux.

Ici n’est plus ici – Tommy Orange

Titre : Ici n’est plus ici
Auteur : Tommy Orange
Littérature américaine
Titre original : There there
Traducteur : Stéphane Roques
Éditeur : Albin Michel
Nombre de pages : 352
Date de parution : 21 août 2019

 

 » Des confins du nord du Canada, du nord de l’Alaska, jusqu’à la pointe de l’Amérique du Sud, les indiens ont été éliminés, puis réduits à l’image de créatures de plumes. »

Avec ce premier roman, Tommy Orange redonne une identité autochtones de l’Oklahoma. Aujourd’hui, ils ne sont plus parqués dans les réserves. La nouvelle génération est née en ville. Ce sont des urbains, encore plombés par l’histoire et les conditions de vie de leurs parents et ancêtres.

Comme l’auteur, la plupart des personnages ont des origines métissées. Fier de leur appartenance aux tribus cheyenne et arapaho de l’Oklahoma, ils rêvent de participer au plus grand pow-wow d’Oakland qui va se tenir au coliseum.

 » Nous avons organisé des pow-wows parce que nous avions besoin d’un lieu de rassemblement. Un endroit où cultiver un lien entre tribus, un lien ancien, qui nous permet de gagner un peu d’argent et qui nous donne un but, l’élaboration de nos tenues, nos chants, nos danses, nos musiques. nous continuons à faire des pow-wows parce qu’il n’y a pas tant de lieux que cela où nous puissions nous rassemble, nous voir et nous écouter. »

C’est autour de cette grande danse, au cours de sa préparation que les nombreux personnages vont se dévoiler. Beaucoup ignore encore comment se définir, espère avoir le privilège de découvrir leurs origines, leurs rites. Certains y voient une opportunité de se faire de l’argent.

Leurs histoires racontent toutes les offenses faites à un peuple, les conséquences de cette douleur noyée dans l’alcool et la drogue fournis par ceux qui voulaient les priver de leur terre, leur survie dans un monde moderne où ils peinent à s’insérer.

La force et la difficulté de ce roman tiennent en sa forme. Tommy Orange, en primo-romancier maîtrise parfaitement l’enchevêtrement de toutes ces voix. Par contre,  il reste difficile de s’approprier pleinement tous les personnages. Certains sortent du lot comme les sœurs, Opale et  Jacquie parce que nous avons des bribes de leur enfance et que nous les retrouvons adultes avec plusieurs petits-enfants.

J’aime le projet de Dene Oxendene qui consiste à filmer quelques autochtones racontant une étape marquante de leur histoire loin des clichés appris dans les manuels scolaires périmés. C’est une version parallèle du travail de l’auteur qui souhaite donner une autre voix aux tribus indiennes. Par contre, il se perd un peu dans cette transe  qui entraîne tous les protagonistes vers le drame du pow-wow.

Tommy Orange ne peut laisser indifférent par sa manière de mettre un scène ce projet qui lui tient à coeur. Les passages rapides d’un personnage à l’autre m’ont empêchée de m’ancrer sur un fil romanesque qui aurait pu donner une côte d’amour au récit. Mais l’auteur en est à son premier coup d’essai, déjà récompensé du titre de meilleur roman de l’année aux Etats-Unis. Nul doute que ce potentiel littéraire donnera d’autres grands romans amérindiens.

 

Mon territoire – Tess Sharpe

Titre : Mon territoire
Auteur : Tess Sharpe
Littérature américaine
Titre original : Barbed wire heart
Traducteur : Héloïse Esquié
Editeur : Sonatine
Nombre de pages : 566
Date de parution : 29 août 2019

La rivière sépare aujourd’hui deux territoires ennemis, celui des McKenna et celui des Springfield. C’est l’accord qu’a obtenu Duke McKenna avec Caroline Springfield après qu’il eut tué son mari.

«  Une vie contre une vie. C’est le seul moyen, mon Harley. »

Voici la leçon de Duke à sa fille. Carl Springfield a causé la mort de Jeannie, la femme de Duke et mère de Harley, alors que celle-ci intervenait auprès de Desi, femme battue par Carl. Duke a tué Ben, le frère de Carl. Ce dernier aura son tour quand il sortira de prison.

Adolescente, Jeannie était convoitée par Carl et Duke. Elle a choisi Duke, bien qu’il soit plus âgé qu’elle. Si Duke règne sur un trafic de drogue et d’armes, Jeannie accueille dans l’hôtel de quarante cottages dont elle a hérité, des femmes battues, des droguées et leurs enfants. Après sa mort, avec l’aide de Jake, son oncle maternel et de Mo, une indienne, Harley s’occupe du Ruby, cette maison pour femmes. Mais elle travaille aussi pour son père, collectant auprès des commerçants les remboursements d’emprunts. Duke a élevé sa fille pour qu’un jour elle prenne les rênes de son territoire. Pour cela, il fallait l’endurcir, lui donner tous les moyens de se défendre contre leur ennemi juré, Carl Springfield. «  Son monde tordu est mon école. »

Au fil du récit de ce mois de juin où Harley doit prendre en main son territoire suite à l’agression  d’une rubinette par Springfield, la jeune femme revient sur son éducation. Chaque chapitre du passé commence par «  J’avais tel âge quand ». A huit ans, elle a vu son père tuer un homme. A douze ans, elle a pointé un revolver sur quelqu’un. A dix-sept ans, elle se débarrasse de son premier corps…

« Il m’a élevée  pour que je devienne ça. Le genre de femme capable de diriger. Le genre de femme capable de tuer. »

Mais Harley a aussi un bon coeur comme sa maman. Portée par Jake, Mo et Will son petit ami, des personnes qui lui apprennent ce qu’elle doit être pour guider, Harley veut défendre les siens, mais à sa manière. C’est tout le suspense de ce récit fort bien mené.

Divulguant le passé par bribes, Tess Sharpe maintient le mystère, l’envie de tourner les pages. Harley et son père deviennent des personnages doubles. La violence cache aussi des sentiments profonds. Ce qui est peut-être moins évident à visualiser chez Harley. Sa romance avec Will se juxtapose mal avec son comportement face aux gros bras des dealers. Elle semble parfois si sensible et si ferme. Ambivalence de la nature et de l’éducation.

« Peut-être que durcir un coeur est le problème. Pas la solution

Pour son premier roman ( Si loin de toi paru chez Robert Laffont en 2014 était un roman Young adult) Tess Sharpe maîtrise son intrigue. Elle met en scène des personnages inoubliables. Le sens du détail crée parfois des longueurs, nullement insupportables. Au contraire, elles permettent de parfaitement visualiser l’action, de voir ce film que ce roman pourrait aisément devenir.

Certes, nous sommes ici sur un roman d’action, sans contexte qui pourrait porter à réflexion. Mais quel plaisir de lecture. Je suis rentrée dedans avec aisance, tournant les pages avec plaisir et envie.

Je remercie Léa et le Picabo River Book Club pour ce partenariat avec les Editions Sonatine qui m’a permis de découvrir une belle héroïne et une auteure au talent prometteur.

 

 

 

A crier dans les ruines – Alexandra Koszelyk

Titre : A crier dans les ruines
Auteur : Alexandra Koszelyk
Éditeur : Aux forges de Vulcain
Nombre de pages : 240
Date de parution : 23 août 2019

 

Lena est née en 1973 à Pripiat. Elle est la fille unique d’un couple de scientifiques ukrainiens. Elle y vit une enfance paisible, bercée par les contes de sa grand-mère Zenka. Ses meilleurs moments, elle les passe avec Ivan, le fils d’un paysan taiseux. Ils s’aiment comme deux gosses avec cette impression qu’ils ne forment qu’un pour toujours.

Le 26 avril 1986, l’explosion d’un réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl bouleverse le monde et sépare les deux amoureux. Le père de Lena, haut scientifique obtient des visas pour quitter l’Ukraine avec sa famille. La famille d’Ivan, confiante et proche de la nature, est une des rares à rester sur place.

Lena et sa famille s’installent en Normandie, autre terre de  légendes. Épaulée par sa grand-mère et une bibliothécaire du collège, Lena se console dans la littérature. Son père ne lui a laissé aucun espoir quant à la survie d’Ivan.
 » Les livres n’étaient pas seulement des outils pour apprendre le français ou pour s’évader; ils comblaient cette absence qui la dévorait et étaient un pont de papier entre les rives de ses deux vies. »

Pendant qu’elle crie dans les ruines face à l’océan, qu’elle trouve la force sur le sentier des douaniers ou au Jardin botanique, Ivan lui écrit des lettres qu’il ne peut envoyer. Chaque année, le 26 avril, il retourne auprès de leur arbre repasser un cœur contenant leurs deux initiales.

Même après la chute du mur de Berlin, le père de Lena refuse de repartir à l’Ouest. Lena grandit, s’émancipe, devient une femme. Son métier la conduit sur les sites archéologiques, sur les traces de villes détruites. Elle déterre les trésors mais continue à enfouir son passé. Pourtant, Ivan est toujours là, si proche de la nature, murmurant à son oreille.
 » La  nature enseigne tout à celui qui la regarde vraiment. »

Alexandra Koszelyk nous conte une belle histoire d’amour, celle qui  naît au plus jeune  âge  pour ne jamais s’éteindre. Son récit est particulièrement travaillé, tant sur le fond que la forme. En prenant pour toile de fond, la catastrophe de Tchernobyl, sujet peu présent dans mes lectures, elle traite de l’amour mais aussi de l’exil, de l’effondrement de l’ouest avec la chute du mur de Berlin et l’indépendance de l’Ukraine, et bien-sûr de la  nature outragée. Précise, enrichie de faits historiques, de mythologie, d’écologie, l’histoire s’élève au-delà de la romance et prend une autre dimension, à mi-chemin entre le conte et la réalité. Lena a cette douceur attachante. Ivan, même si  il est moins présent, reste touchant. Et puis, j’ai aimé cette grand-mère, Zenka, lien indispensable avec les racines de la jeune femme.
 » les guerres éloignent les peuples, les légendes les rassemblent. »

En entrant dans ce roman, J’ai personnellement trouvé le style trop appuyé, travaillé pour en faire de jolies phrases. Mais cette impression de richesse superflue s’est ensuite envolée, soit parce que je fus happée par l’histoire, soit parce que le style s’est épuré au fil des pages.

Appréciant la qualité littéraire des chroniques de son blog, je souhaitais absolument lire le premier roman d’Alexandra. Sélectionnée pour le prix Stanislas 2019 et parmi les talents littéraires de Cultura, Alexandra Koszelyk fait une belle entrée, méritée,  en littérature.

« …Sais-tu quand cela devient vraiment une histoire
L’amour
Sais-tu
Quand toute respiration tourne à la tragédie... »
Extrait du poème d’Aragon, A crier dans les ruines.