Du nouveau dans ma bibliothèque ( 23/18)

Déjà concentrée sur la prochaine rentrée littéraire, j’ai peu de nouveautés à vous présenter en ce moment.

Pas d’article la semaine dernière mais deux livres cette semaine.

Tout d’abord, un très beau livre poster, Vues d’Edo.

Puis une réédition d’un roman de André Couvreur. Un roman d’anticipation datant de 1922 qui préfigure une réalité d’aujourd’hui.

Bonne semaine et bonnes lectures

Publicités

Du nouveau dans ma bibliothèque (22/18)



Cinq petits nouveaux s’installent sur mes étagères.

Tout d’abord un livre pour enfants reçu dans la cadre de la dernière masse critique Babelio (j’en profite pour vous signaler une Masse critique spéciale non fiction mercredi 7 juin).

Un album qui se lit dans les deux sens avec deux histoires, Conte de la grande et de la petite ourse et Rosinka goutte de rosée.

Nouveau roman chez Denoël, Petite femme de Anna Giurickovic Daton raconte l’histoire d’une Lolita moderne mais surtout les raisons de ce jeu dangereux de la séduction.

Paris regorge de mystères et de lieux insolites. Pour découvrir quelques curiosités, voici un livre qui vous ouvre les portes de quelques riches ballades.

Et pour terminer, voici deux documents publiés récemment chez l’Iconoclaste.

Cinquantenaire de Mai 68, une occasion de revenir sur une des grandes crises sociales du XXe siècle.

 

Et de quoi poursuivre mon récent voyage en Chine,

Bonne semaine et bonnes lectures.

Du nouveau dans ma bibliothèque (20/18)

Sous le soleil de mai, voici mes trois nouveautés de la semaine.

On commence avec un récit sur l’exil, l’histoire de quinze kurdes sur les chemins glacés et mortels de l’Europe. Un livre « à lire et à méditer », selon Bernard Pivot.

D’un tout autre genre, une saga familiale qui revisite trente ans de l’histoire américaine.

Et enfin, une séance de rattrapage avec la sortie en version Piccolo de Désorientale, le premier roman de Négar Djavadi qui a obtenu tant de prix.

 

Bonne semaine et bonnes lectures.

Du nouveau dans ma bibliothèque (19/18)

 

Il y a aussi une forme d’harmonie cette semaine entre mes deux nouveautés. Mais cela se résume à la couleur et aux titres qui pourraient se compléter.

Cette lettre ouverte d’une mère à sa fille risque d’être difficile à lire. Comment survivre à la perte d’un enfant?

Tout cela je te le donnerai est un roman noir espagnol de Dolores Redondo. Suite à la mort de son mari, Manuel plonge dans les arcanes de l’aristocratie galicienne.

Bonne semaine et bonnes lectures

Du nouveau dans ma bibliothèque (17/18)

Je termine ce mois d’avril avec de la littérature étrangère.

L’ édition de L’examen en volume Poche me laisse l’occasion de découvrir un grand auteur argentin, Julio Cortazar.

Je reste en Amérique du Sud avec un auteur colombien, Evelio Rosero et le regard d’une petite fille sur un monde terrifiant.

Autre découverte étrangère avec Vladimir Vertlib un auteur né à Leningrad qui a ensuite migré en Israël et qui vit actuellement en Autriche. C’est cette fois  le regard d’une vieille dame indigne qui me fera voyager dans les coins sombres de l’âme russe.

Et enfin, je n’ai pas pu résister au troisième tome du Buru Quartet de Pramoedya Ananta Toer. J’ai lu le premier tome Le monde des hommes, le second ( Enfant de toutes les nations) m’attend sur mes étagères. Le quatrième et dernier tome ( La maison de verre) paraîtra en septembre 2018.

Bonne semaine et bonnes lectures.