La vie commence un vendredi – Ioana Pârvulescu

Titre : La vie commence un vendredi
Auteur : Ioana Pârvulescu
Littérature roumaine
Titre original : Viata începe vineri
Traducteur : Marily Le Nir
Editeur : Seuil
Nombre de pages : 368
Date de parution : 6 mai 2016

 

A quelques jours de la fin de l’année 1897, Iulia Margulis, jeune fille de vingt-et-un ans, lectrice de Vanity Fair, roman de William Makepeace Thackeray, va vivre une période passionnante avec de nouvelles rencontres et un nouvel amour.
Alors que les rues de Bucarest s’animent pour les préparatifs de Noël et que chacun parle encore du duel entre deux directeurs de journaux, la découverte de deux hommes près de la forêt de Bāneasa va bouleverser le quotidien. Le premier semble un peu perdu, venu d’un autre temps. Il se nomme Dan Kretzu, se dit journaliste, né dans les environs. Le second est retrouvé inconscient, blessé par balles. Avant de mourir, il livrera quelques mots abscons qui met le chef de la Sécurité, Costache Boerescu sur la piste d’un porte-monnaie en chevreau perdu, d’un coffre-fort et d’une icône volée.

Ioana Pârvulescu multiplie les personnages et se perd entre plusieurs genres, enquête policière, fantastique, romance.
Dan Kretzu semble venir d’un autre temps et ouvre une voie fantastique dans un siècle où la croyance aux pouvoirs de la science est grandissante. Un chirurgien allemand vient d’inventer la radiographie. C’est aussi le début de l’utilisation des empreintes. La presse, très présente dans le roman représente le quatrième pouvoir dans le monde.
Costache Boerescu mène son enquête avec l’aide d’un vieux général.
Iulia Margulis s’éprend d’Alexandru Livezeanu, glisse des messages à Nicu, petit commis du journal Universul, un ami de son jeune frère, fils d’une veuve un peu folle. Nicu , huit ans, est sans doute le personnage le plus attachant. Il fait le lien entre tous et témoigne de la réalité parfois dangereuse des rues de Bucarest.

Personnages, intrigues se mêlent et me perdent. De surcroît, l’auteur insère des paragraphes sans grand intérêt dans le fil de son récit. Je n’ai pas compris le besoin de glisser cette idée d’un personnage venu d’un autre temps. Ma première lecture pour le mois de l’Europe de l’Est n’est pas un franc succès. Dommage!

9 réflexions sur “La vie commence un vendredi – Ioana Pârvulescu

  1. Un grand merci pour cette contribution ! Désolé de voir que le livre ne t’a pas plu. J’étais très curieux d’avoir ton avis sur ce livre que j’avais glissé sur ma liste ; j’avais déjà un commentaire qui allait dans ton sens, je vais donc passer mon tour. J’espère que la prochaine lecture t’apportera plus de plaisir !

  2. Pingback: Mois de l’Europe de l’Est 2021 – le bilan ! – Et si on bouquinait un peu ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.