L’inconnue du 17 mars – Didier Van Cauwelaert

 

Titre : L’inconnue du 17 mars
Auteur : Didier Van Cauwelaert
Editeur : Albin Michel
Nombre de pages : 176
Date de parution : 16 septembre 2020

 

Première lecture sur le thème du coronavirus et du confinement. Fort heureusement rien d’anxiogène ici mais plutôt un conte moral où Didier Van Cauwelaert donne libre cours à sa  passion pour les relations surnaturelles.

Après un enchaînement de déboires, licenciement et divorce, Lucas Norden se retrouve à la rue. SDF depuis un an, il vit sur la grille d’aération du métro au carrefour La Motte Picquet – Suffren. La veille de l’annonce du confinement, craignant d’être embarqué en foyer, il fuit la police et se fait renverser par une voiture.

Lorsqu’il reprend conscience, il se trouve à l’arrière d’une jaguar conduite par Audrey, sur la route du domaine du comte de Buire pour lequel travaillaient autrefois ses parents. Lucas n’était jamais revenu à La Sauvetière depuis le meurtre du comte et de ses parents. Il n’avait jamais revu Audrey, son premier amour, la fille du boulanger qui faisait le ménage au domaine.

Dans le château, Audrey lui fait une étrange proposition. Sauver le monde en reprenant les recherches du comte, en commençant par retrouver son générateur conçu pour traiter d’une mélodie toutes les infections bactériennes et virales.

Dans ce court récit, Didier Van Cauwelaert reprend tous les bonnes et mauvaises conséquences de la crise sanitaire. Entraide, amélioration de l’environnement, soutien aux soignants, retour vers certaines valeurs mais aussi délations, privations de liberté. Malheureusement il donne aussi écho aux théories de complot relayées dans les médias, comme le déploiement de la 5G.

« Une pandémie susceptible de déclencher dans vos esprits le meilleur comme le pire. Mes opposants espèrent que vous sombrerez dans le chaos et les guerres civiles. Moi j’ai parié sur vous. Sur la prise de conscience, la solidarité, le rebond d’amour, l’union sacrée face à l’ennemi. »

L’auteur nous entraîne dans tout ce qui se passe au-delà de notre état conscient. Il faut être réceptif à ce genre d’extrapolation surnaturelle. A défaut d’être réaliste, cela peut faire sourire et permet à l’auteur de dégager une fin cohérente.

Retenons cette phrase à la fin de la crise :

« Si vous vous contentez, une fois déconfinés, de réparer vos dommages de guerre contre un virus – comme se préparent déjà à le faire, sans remédier aux causes du conflit, vos marionnettes gouvernementales et leurs tireurs de ficelles brandissant la promesse du vaccin miracle-, ce sera la fin du guignol. Et l’aventure de la Terre continuera sans vous. »

 

 

 

4 réflexions sur “L’inconnue du 17 mars – Didier Van Cauwelaert

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.