Le banquet annuel de la confrérie des fossoyeurs – Mathias Enard

Titre : Le banquet annuel de la confrérie des fossoyeurs
Auteur : Mathias Enard
Editeur : Actes Sud
Nombre de pages : 432
Date de parution : octobre 2020

 

 

 

 

Avec son personnage principal, David Mazon, étudiant parisien venu enrichir une thèse pour lancer sa carrière universitaire, Mathias Enard nous plonge dans la France profonde, La Pierre-Saint-Christophe, village des Deux-Sèvres de 649 habitants.

Confiant, David s’installe à La pensée sauvage, pièce louée par Mathilde et Gary, un couple d’agriculteurs. Mathilde sera la première personne interviewée pour les besoins de sa thèse «  ce que signifie vivre à la campagne aujourd’hui. »

Et cela, David va vite s’en rendre compte. Confort sommaire, besoin d’un moyen de locomotion pour aller faire les courses, comprendre le patois local, fréquenter locaux étranges et exilés farfelus.

En côtoyant le café-pêche de Thomas où l’étudiant se laisse vite enivrer par le blanc-cassis local, la vie sociale du jeune homme avance plus vite que sa thèse. Il faut bien se divertir, se réchauffer hors de la chambre où escargots et vers rouges pullulent, où ses seuls divertissements sont la lecture de Victor Hugo, de Malinovski, le Tetris, les deux chats de la maison et les visios coquines avec sa copine Lara, restée à Paris pour bûcher sur ses concours administratifs.

Après des débuts difficiles, l’apprenti ethnologue se plonge de plus en plus dans son milieu d’étude. En lisant son journal, nous suivons son attachement pour les habitants de ce lieu baigné d’une nature généreuse.

Après le soutien de ses logeurs, David s’attache particulièrement à Arnaud, un benêt trentenaire capable de citer tous les grands évènements historiques quand on lui donne une date, à son grand-père lubrique et incompréhensible et surtout à sa cousine Lucie, une divorcée impliquée dans la défense de l’environnement. Mais il ne faut pas oublier Martial, le maire et fossoyeur du village qui nous fera participer au banquet annuel de la confrérie des fossoyeurs, deux jours où la mort s’arrête pour céder la place à une table pantagruélique où nos papilles se réveillent sous le flot des mets et des vins de la région et nos esprits se réjouissent à l’évocation des histoires racontées par les convives.

David nous entraîne dans l’histoire mouvementée des familles du village et celle des parents du grand-père de Lucie est particulièrement tragique. Mais il nous parle aussi des étrangers au village comme Max, un ancien professeur des Beaux-arts installé depuis une dizaine d’années pour développer son art pornographique ou un couple d’anglais, représentant cette nouvelle population venue réveiller un lieu déserté par les enfants des paysans locaux.

Ce roman imposant, foisonnant, tout à fait dans l’esprit de Mathias Enard, nous plonge dans une multitude d’histoires sous une multiplicité de formes. L’auteur sait particulièrement bien enchâsser les trames narratives ( je constate toujours un rapprochement fort entre Mathias Enard et Jaume Cabré en lisant chacun de ces deux auteurs).

Le fil conducteur utilisé ici est une réflexion sur la mort, mais de façon assez burlesque. Dans ce pays rural, on croit facilement aux réincarnations des âmes en toute espèce vivante selon le chemin parcouru. « La Roue » fait son travail, projetant les âmes dès la mort du corps dans le passé ou le futur.

« On ne sort pas facilement des plus horribles réincarnations, quand on y a été conduit par des vies entières de crimes et de bassesses. »

Ces réincarnations sont aussi un moyen de nous plonger dans l’Histoire de la région en convoquant Clovis, Agrippa d’Aubigné, Napoléon où François Villon.

« Cette région regorge vraiment de grands hommes oubliés

Avec ce roman rural, Mathias Enard nous rappelle aussi la beauté de la nature en nous emmenant sur les canaux des marais, à la chasse ou sur les terres agricoles. En écrivain engagé, il sait nous alerter sur les incohérences des décisions politiques comme la PAC ou la guerre des bassines. « La réélection, le grand drame de la démocratie. »

« L’idée complètement délirante au XXIe siècle de l’absence de conséquence des activités humaines sur la nature est tout à fait frappante. »

Sous une langue imagée, travaillée, Mathias Enard livre une fois de plus un roman d’une grande richesse. Hommage à Rabelais, Hugo et Villon, cette lecture est drôle, enrichissante, gourmande . Partant d’une vision ironique largement partagée du monde rural, l’auteur sait nous faire entrevoir toute sa richesse, son engagement, son passé, sa présence dans les chansons du patrimoine.

« J’ai changé depuis que je suis à la campagne, je perçois mieux les choses importantes, la planète, le climat, la nature, la mort, alors qu’elle, elle reste ( pardon Lara, excuse-moi) une Parisienne engoncée dans son confort, sans comprendre ce à quoi l’humanité doit faire face aujourd’hui. Désolé, mais oui, nous avons plus besoin d’agriculteurs engagés pour affronter les défis du contemporain que de diplomates en liquettes dans des salons

Belle conclusion! Un livre qui, en vous amusant, changera peut-être aussi, si besoin est, votre avis sur la campagne.

7 réflexions sur “Le banquet annuel de la confrérie des fossoyeurs – Mathias Enard

    • Non, je ne le trouve pas difficile à lire. Tu as lu et aimé Confiteor. Tu devrais aimer Mathias Enard. J’avais commencé avec Rue des voleurs, plus simple au niveau narratif. Boussole est plus ardu mais remarquable. Celui-ci donne aussi à réfléchir mais est plus burlesque. Tu devrais tenter!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.