L’ombre de nos nuits – Gaëlle Josse

Titre : L’ombre de nos nuits
Auteur : Gaëlle Josse
Éditeur : Noir sur Blanc
Nombre de pages : 192
Date de parution : 7 Janvier 2016

 

Partir d’un tableau, en construire une histoire, l’artiste Gaëlle Josse est au cœur de son savoir-faire. Le style travaillé de l’auteur nous plonge dès les premières pages dans la grandeur de l’instant,dans l’intimité d’une famille et l’atmosphère d’une époque.

 

Nous sommes en Lorraine en 1639, dans l’atelier de Georges de la Tour. Il peint  Saint Sébastien soigné par Irène, aidé par deux apprentis.

 » L’un est mon fils, l’autre a du talent, j’ai besoin des deux. »

Laurent a perdu toute sa famille de la peste, le maître l’a recueilli enfant. L’apprenti « plus vif, plus à l’aise avec le dessin et le maniement des couleurs » intervient dans le récit, amenant un point de vue externe. Il est secrètement amoureux de Claude, la fille aînée du peintre qui pose pour le personnage d’Irène.

En parallèle, nous découvrons une jeune femme en visite au Musée des Beaux-arts de Rouen au printemps 2014. Devant le tableau sombre, malgré la lanterne du troisième personnage, elle repense au drame de sa vie.

 » La capacité d’oublier est peut-être le cadeau le plus précieux que les dieux ont fait aux hommes. »

Mais comment oublier B., l’homme de sa vie. Éperdument amoureuse, elle a plongé dans sa vie, prête à tout donner, tout abandonner pour mériter son amour. Mais elle ne faisait que se perdre dans sa nuit, embuée d’alcool et de désespoir.

Le lien entre les deux histoires est assez ténu mais c’est tout l’art de Gaëlle Josse. Capturer « un instant au lasso » et y construire des vies.
 » Il est l’heure d’éteindre les lumières, de souffler cette flamme qu’éclaire Irène et Sébastien et de se préparer à accueillir le jour qui vient. Il faut savoir chasser les ombres. »

D’un tableau, l’auteur évoque avec précision des évènements de la vie de ses personnages. Elle conte aussi bien cette période troublée de guerre entre la France t la Lorraine, la famine et la peste décimant la population, la passion et la technicité du peintre, ses ambitions auprès du roi de France, les pensées des membres de la famille que les peines de la femme contemporaine et son parcours de reconstruction. Tout est travaillé, précis, ancré dans son époque. Comment ne pas  se sentir impliqué, plongé dans cette double histoire?

Toujours en équilibre entre l’ombre et la lumière, entre la mort et l’espoir, le souffle et le silence, comme sur le tableau de Georges de la Tour, Gaëlle Josse dévoile la lueur qui nous guide de l’ombre à la lumière.

 » Dans ces moments-là, j’étais comme cette troisième figure sur le tableau, celle qui détourne le regard et se voile le visage. »

Gaëlle Josse revient en mars avec

 

4 réflexions sur “L’ombre de nos nuits – Gaëlle Josse

  1. Mon roman préféré avec La longue Impatience et je vais découvrir cette semaine la Femme en contre-jour….. Tu l’as compris j’aime beaucoup Gaëlle Josse (je crois que cela fait plusieurs fois que je te laisse des commentaires dans ce sens….) 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.