Le prince à la petite tasse – Emilie de Turckheim

Titre : Le prince à la petite tasse
Auteur : Émilie de Turckheim
Éditeur : Calman-Levy
Nombre de pages : 216
Date de parution : 16 août 2018

 

D’Émilie de Turckheim, j’aime la puissance d’imagination, son originalité, sa perception sensuelle. Avec Le Prince à la petite tasse, je découvre la personne. Son ouverture d’esprit, sa générosité, sa passion des livres et ses talents de poète.

Pendant neuf mois, Émilie de Turckheim, son mari et leurs deux enfants ont accueilli dans leur appartement parisien, Reza, un migrant  afghan. Avec ce témoignage, pas de scènes choc des violences vécues sous le joug des Talibans, pas de longs récits des heures pénibles d’exode à travers les différents pays d’Europe. Le passé se lit surtout dans le comportement, le regard, les silences de Reza.

« Comme souvent avec Reza, j’entrevois sa vie par le trou d’une anecdote. »

Bien écrit, sincère, émouvant, il n’a pas cette dimension fantasque des romans de fiction typiques de l’auteur. Mais il éveille les consciences. Avec une grande simplicité, face à la naïveté des enfants encore ignorants des difficultés du monde ou celle de Reza qui découvre un autre univers où la langue est la première barrière, l’auteure montre toute la richesse humaine de cette rencontre.

«  Accueillir quelqu’un est un voyage joyeux. Être accueilli est un voyage sans repos. »

Pendant ce temps partagé, Reza se reconstruit grâce à la confiance, l’intérêt que cette famille lui apporte. Même si l’intégration reste fragile, il peut compter sur l’aide et la compréhension de ses hôtes. Entre lui et Émilie naît une belle connivence.

J’ai découvert et apprécié les goûts de l’auteure. Je la connaissais bonne romancière. Elle est aussi poète, passionnée de lecture et d’art.  Pour son anniversaire, elle offre à Reza «l’éblouissant balbutiant » un livre d’estampes de son peintre préféré, Hiroshige. Je me retrouve dans ses passions.

«  La lecture est une sorte de course d’endurance : au début, c’est difficile, ennuyeux et décourageant. Et puis, à force d’essayer, à force de mettre un pied devant l’autre, à force de pousser ses yeux de mot en mot le long des lignes, quelque chose jaillit. Le monde se rue à l’intérieur de soi. Et tout apparaît. Et toutes les voix s’élèvent. Et tout palpite. Tout tremble. »

Un récit lumineux où «  l’espoir est plus précieux que la réalité ». 

Autres Romans de l’auteur

21 réflexions sur “Le prince à la petite tasse – Emilie de Turckheim

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.