Ombre chinoise – Hélène Ling

Titre : Ombre chinoise
Auteur : Hélène Ling
Éditeur : Rivages
Nombre de pages : 230
Date de parution : janvier 2018

Hélène est née de parents immigrés de Taïwan. Son père les a quittés pour partir travailler et se remarier au Vietnam. Sa mère, institutrice reste à Paris, vit avec des amants successifs, aidée financièrement par son frère, un riche patriarche taïwanais. Aujourd’hui, sa mère, Florence Wang, perd la mémoire et Hélène qui ne voulait rien savoir de ses origines reconstruit pourtant un passé quelque peu décousu.
«  Puisqu’il lui faudrait regarder en arrière un jour et y revenir à ces origines comme un accès à elle-même qu’elle ne pouvait esquiver quelles que fussent ses forces. »
Ses souvenirs alternent avec la reconstitution de la vie d’Elisabeth Jones, une indienne cherokee depuis la fuite sur le chemin des larmes ( Indian Removal Act soutenu par Andrew Jackson en 1830) jusqu’à son succès européen dans la troupe de Wild West Show. Epopée très intéressante, même si elle ne vaut pas celle d’Eric Vuillard dans Tristesse de la terre, travaillée par les scénariste, Johan Karlsson à la demande de Wang, un producteur chinois.
Quel est le lien? Fantasme d’un auteur, une manière de montrer que toute enfance est un western ou un parallèle entre deux fuites vers l’Ouest de deux mondes aux traditions perdues. Indiens et Chinois, deux peuples avec des « notions immémoriales, telles que le lignage, la loyauté au groupe, le courage, le sacrifice pour le bien commun. » face à un Occident qui délire sur sa propre condition.
Florence Wang, Elisabeth Jones, deux femmes déplacées vers l’ouest, perdues dans l’histoire. L’une sombre avec la maladie d’Alzheimer ( ce que j’aurais à peine saisi sans la quatrième de couverture), l’autre dans le Wild West Show «  comme dans un hospice de l’histoire ».

Il me fut difficile de capter cette ombre chinoise. Des histoires enchevêtrées aux liens tenus, des bribes d’information sur les différents membres des familles chinoises ou indiennes donnent des personnages fuyants auxquels il est difficile de s’attacher et surtout un sens que je ne suis pas certaine d’avoir compris.

Je remercie Babelio et les Editions Payot-Rivages pour l’attribution de ce livre lors de la dernière opération Masse critique.

 

tous les livres sur Babelio.com

  

Publicités

2 réflexions sur “Ombre chinoise – Hélène Ling

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s