Les cavaliers passagers – Flora Meaudre

Titre : Les cavaliers passagers
Auteur : Flora Meaudre
Illustrateur : Vincent Biwer
Éditeur : Le laboratoire existentiel
Nombre de pages : 176
Date de parution : 19 avril 2017

 

Voici le premier roman de Flora Meaudre, cette jeune, souriante et dynamique attachée de presse que j’ai eu la chance de rencontrer dernièrement au Salon du Livre. Et c’est Le Laboratoire existentiel, nouvelle maison d’édition qui associe l’illustration à la littérature pour donner un double regard sur notre société, qui publie ce beau livre dans la collection L’Illuscript. Les vingt-neuf illustrations en noir et blanc de Vincent Biwer, à la fois floues et étonnement précises accentuent le ton tantôt cynique, tantôt ironique mais souvent tendre et amusé de l’auteure.

Lucie, vingt-cinq ans, sort d’une relation difficile avec un homme violent. Avec la pression sociale du mariage et de la procréation, l’engouement de sa meilleure amie et son énergie de jeune joueuse de tennis classée, Lucie multiplie les occasions de rencontre à la recherche du bon cavalier.

  
Afterworks, courts de tennis, sites de rencontre, Lucie « teste » les hommes d’un soir nous offrant une palette complète de tous les rencontres possibles. Fétichiste, homme marié, homophobe, collectionneur, torturé sensible, écrivain sans gluten…Lucie comprend bien vite la différence entre l’aventure sans lendemain et la rencontre qui peut aboutir à une vraie relation.
 » Et il y a ce souvenir d’une main qui cherche l’autre avec respect, au réveil. »

Avec ce récit moderne, Flora Meaudre esquisse parfaitement cette jeunesse parisienne, prompte à jouir de tous les plaisirs mais consciente de la différence entre légèreté et sincérité.
Amour, lâcheté, esquive, angélisme, courage, respect, miracle, joie, sincérité, indulgence s’entrecroisent dans les nuits parisiennes autour de Lucie. Mais la jeune femme audacieuse, même si elle craint parfois les mauvaises rencontres dans les rues désertes, ne se laisse pas abuser par les apparences. Qu’est-ce que l’amour?
 » C’est chimique, c’est une affaire de peaux, de connexion charnelle. »
De toutes ces rencontres passagères, l’amour se cache sous la tendresse respective.

Ce premier roman promet de belles rencontres entre auteurs et illustrateurs pour cette nouvelle maison d’édition.

 

Publicités

Une réflexion sur “Les cavaliers passagers – Flora Meaudre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s