L’intérêt de l’enfant – Ian McEwan

McEwanTitre : L’intérêt de l’enfant
Auteur : Ian McEwan
Littérature anglaise
Traducteur : France Camus-Pichon
Titre original : The Children act
Éditeur : Gallimard
Nombre de pages : 240
Date de parution : octobre 2015

Fiona Maye est juge aux affaires familiales. C’est un métier très prenant qui pose souvent des cas de conscience afin de sauvegarder l’intérêt des enfants lors de bouleversements du couple, de différences religieuses ou de problème d’éthique. A cinquante neuf ans, elle a parfois l’impression d’être mariée au droit et regrette de n’avoir pris le temps de devenir mère. Depuis le cas où elle dût trancher sur la mort de deux enfants siamois ou la survie d’un seul au détriment de l’autre, elle peine à retrouver une sérénité d’esprit nécessaire à son couple.
Jack, son mari lui reproche de ne plus s’intéresser à sa vie de couple. Il menace de la quitter alors qu’un nouveau cas difficile se présente à elle. Adam, dix-sept ans est atteint d’une leucémie. Afin de lui administrer un traitement qui peut le sauver, l’hôpital doit envisager une transfusion sanguine, refusée par les parents et le jeune garçon, adeptes des Témoins de Jehovah. Où se trouve l’intérêt de l’enfant? Doit-on accepter sa mort ou la déchéance de son corps au nom d’une religion en laquelle lui et ses parents croient sincèrement ou doit-on faire le choix de la vie l’excluant ainsi de sa famille et de sa religion?
L’auteur, sans imposer de jugement, nous invite à réfléchir sur ce cas de conscience. Il laisse une place aux arguments du père et d’Adam. Il donne aussi un sens très fort à la rencontre du juge et du jeune garçon à l’hôpital, ou peut-être s’installe la poésie comme un sens de la vie, substitut à toute religion.
Mais l’histoire ne s’arrête pas au jugement et les tracas professionnels et personnels de Fiona s’imbriquent habilement. Où s’arrête la responsabilité d’un juge? Fiona, respectueuse de la déontologie ne peut entendre les appels du jeune Adam. Mais
 » aucun adolescent n’est une île. », loin de sa religion, Adam a besoin d’une écoute aux appels lancés dans ses poèmes.La ballade d’Adam Henry est magnifique et tellement révélatrice.
De manière concise et efficace, Ian McEwan s’empare d’un nouveau sujet humain pour ouvrir des portes à notre réflexion. Les thèmes sont nombreux : la foi, l’éthique, la jeunesse, le couple, l’engagement professionnel, l’incursion du droit dans le libre arbitre.
L’auteur fait de Fiona, un portrait de femme remarquable et nous donne à voir ses sentiments, ses interrogations ce qui la rend particulièrement émouvante. L’ensemble de ses sujets délicats se fondent dans une description très juste du monde de la justice et s’agrémentent de moments musicaux ou poétiques très vivants.

L’intérêt de l’enfant est un roman remarquable qui séduit et pose des questions fondamentales. Pour ceux qui n’auraient pas la chance de lire ce livre, un scénario est en cours d’écriture par l’auteur pour une prochaine adaptation cinématographique.

Je remercie Ariane de m’avoir accompagnée pour cette lecture. Son avis.

RL2015 a yearinEngland New Pal 2016 orsec2016

 

Publicités

47 réflexions sur “L’intérêt de l’enfant – Ian McEwan

  1. J’avais beaucoup aimé lire ce livre et il avait trouvé un échos d’autant plus grand en moi que la justice est mon métier. MAis je pense qu’il peut parler à tous du fait des thèmes et personnages abordés, et de la façon dont l’auteure a choisi de raconter.

  2. J’ai aussi beaucoup aimé ce roman qui pousse à la réflexion, deux autres livres à lire, surtout Samedi qui pose des questions morales sur la responsabilité, l’autre, Expiation, adapté au cinéma, plus romanesque mais avec la même problématique. Bonnes lectures à tous

  3. Je suis une inconditionnelle de McEwan depuis Expiation. Même si je suis restée un peu sur ma faim cette fois-ci, avec notamment une fin un peu trop moralisatrice à mon goût. Ce qui ne m’empêchera nullement de sauter sur le prochain !

  4. J’ai adoré ce roman, tellement riche, sensible et fort à la fois. je l’ai lu en quasi apnée! C’est la première fois que je lisais cet auteur, depuis, j’ai acheté en poche L’opération Sweet Tooth.

  5. J’aime beaucoup Mc Ewan mais je ne me suis pas encore décidée à lire ce titre, au sujet difficile. J’ai un peu de mal avec les romans traitant de maladie. J’imagine que je finirai par le lire ceci dit car Mc Ewan est un excellent auteur.

    • Je maintiens mon « remarquable » pour le nombre de réflexions qu’il suscite et la façon de traiter ce sujet délicat entre religion et justice de manière aussi respectueuse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s