La patience des buffles sous la pluie – David Thomas

thomasTitre : La patience des buffles sous la pluie
Auteur : David Thomas
Éditeur : Bernard Pascuito
Nombre de pages : 155
Date de parution : février 2009

Auteur :
David THOMAS est né en 1966. Il vit à Paris. Après avoir été journaliste pendant une quinzaine d’années, il est aujourd’hui auteur dramatique et scénariste. La patience des buffles sous la pluie est sa première publication. Elle est préfacée par Jean-Paul Dubois, enthousiasmé par le sens de l’observation et l’humour mélancolique de David Thomas dans lequel il s’est reconnu.

Présentation de l’éditeur :
Une succession de voix d’hommes et de femmes de tous âges. Précis de la vie quotidienne ou dramatique, ces 73 textes sont des petits croquis de gens plus moins ordinaires aux prises avec leurs doutes, leurs convictions, leurs failles, leurs forces et leurs petitesses. Dans chacun de ces polaroïds, les personnages s’expriment avec leur propre langage. Certains avec familiarité, d’autres avec retenue, ou encore naïveté, mauvaise foi ou élégance. C’est parfois drôle, parfois un peu moins. Il y est souvent question d’amour, de désamour, d’ennui ou de bonheur de la vie conjugale, mais aussi de ces moments insignifiants de l’existence qui nous révèlent autant que les grands rendez-vous. Les joies côtoient les peines, les vérités redressent les apparences, on se ment ou se livre sans pudeur comme on le ferait à un inconnu dont on se moque du jugement. On dit le faux pour adoucir le vrai, on hurle le vrai, fatigué par le faux, on fuit, on se repent, on ironise, on supplie, on se fâche, bref, on tente simplement de rester vivant. Et ce, autant dans le rire que dans l’amertume

Mon avis :
Ce recueil comporte en fait 69 textes, ce qui donne le ton au style et au discours de l’auteur.
Il y a beaucoup d’humour, parfois de la mauvaise foi, souvent des petites réflexions philosophiques qui nous concernent tous.
Si le vécu compose l’être, ces petites scènes nous donnent à voir des personnages qui ont envie de croquer dans la vie, de rêver, de vivre l’amour dans ce qu’il a de plus beau et pas forcément dans la routine des vieux couples.
Plutôt que de vous raconter les nouvelles, je vous laisse les quelques phrases qui ont attiré mon attention et qui montre que l’auteur, dans un autre exercice aura tout pour me plaire.
 » Je me demande souvent qui mène la danse. Si c’est la vie qui fait de moi ce que je suis ou si c’est moi qui faut de ma vie ce qu’elle est. »
 » Je crois que l’on commence à vieillir le jour où l’on craint de vieillir. »
 » Nous avons tous en nous un silence bruyant mais d’une clarté plus parlante que tout ce que nous pouvons nous raconter. »
 » Quand on a mon âge, les plus beaux souvenirs qu’il vous reste sont les nuits d’amour. »
 » Je pensais beaucoup et ne réfléchissais pas souvent. »
« Parce que ça sert à ça, l’amour, à m’oublier, à ne plus m’entendre, à ne plus m’écouter, à ne plus me demander ce que je fous à poursuivre une vie que j’ai un mal de chien à supporter toute seule. »
 » L’état de grâce, ça n’existe pas, y a toujours un truc pour bien te ramener dans le réel. »
 » Croire, tu vois, ce n’est rien d’autre que ça. C’est avoir tout contre toi et miser quand même. C’est oser tordre le destin. »

New Pal 2015 orsec bac2015

Publicités

11 réflexions sur “La patience des buffles sous la pluie – David Thomas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s