Rendez-vous à Crawfish Creek – Nickolas Butler

ButlerTitre : Rendez-vous à Crawfish Creek
Auteur : Nickolas Butler
Littérature américaine
Titre original : Beneath the Bonfire
Traducteur : Mireille Vignol
Éditeur : Autrement
Nombre de pages : 315
Date de parution : 7 octobre 2015

Auteur :
Nickolas Butler est né en Pennsylvanie en 1979. Il est diplômé de l’Université du Wisconsin et de l’Atelier des écrivains de l’Iowa. Retour à Little Wing, son premier roman, a été récompensé par le Prix Page/ America 2014. Il a été traduit en dix langues et est actuellement en cours d’adaptation au cinéma.
Présentation de l’éditeur :
Littératures – Nouvelles
« Ils évoluaient ensemble dans l’obscurité glaciale, si proches que Kat sentait le corps de Pieter enveloppé de caoutchouc, ses palmes dans l’eau froide et noire. »
Ils se sont rencontrés dans un parc d’attractions désert : Kat est abonnée aux échecs amoureux, Pieter vient de rentrer d’Afghanistan. Coup de foudre. Kat se laisse convaincre d’accompagner Pieter à un bain de minuit dans le lac, le 1er janvier, sous un mètre de glace. Peut-elle lui faire confiance ?
En dix nouvelles, qui sont autant de balades le long des routes de l’Amérique profonde, Nickolas Butler déplace les frontières entre bien et mal, et confirme son talent pour croquer la meilleure part des hommes.

Mon avis :
Il m’a fallu arriver à ce rendez-vous de Crawfish Creek ( quatrième nouvelle) pour percevoir la fragilité des personnages derrière ces personnages rudes du Midwest. Hommes ou femmes avec le diable au corps, amitiés bagarreuses entre bières et marijuana, autant de mauvaises passions qui déséquilibrent des vies familiales.
Puis les duos s’enrichissent avec des personnages complexes, rudes mais fragiles comme Aida, cette femme policière retraitée qui commence à percevoir les signes d’Alzheimer et mettra un point d’honneur à venger Bethany, femme battue par un violent organisateur de combat de chiens.
Sous le feu de joie, l’auteur nous fait frissonner avec un doute sur la confiance que peut avoir Kat envers Pieter, ancien d’Afghanistan  » fougueux et décomplexé, fort et inventif, têtu et hyper généreux. » lors d’une plongée sous l’eau glacée.
Puis c’est le coup de cœur avec Brut aromatique, un huis clos qui met en face à face un vieil homme, écologiste condamné par le cancer et un PDG d’une société pétrolière à la suite d’une marée noire. L’auteur monte alors d’un cran dans l’introspection et dans la dualité des caractères.
«  Le vieil homme ne s’était pas préparé ni à ses propres défaillances ni au courage forcené de ce capitaine d’industrie. »
Et l’on apprécie le chant sinistre et beau des huards…
Après deux courtes nouvelles illustrant la distance profonde entre un homme et une femme mariés depuis des années et la force de l’amitié au-delà des différences de fortune, je fonds pour Bruce, célibataire tranquille et travailleur, embarqué dans un amour profond pour Sunny et ses deux filles.  » Etre amoureux d’elle revenait à un combat à mains nus » mais Bruce au grand cœur est prêt à tout accepter.
«  Quand on tombe sur quelqu’un comme Sunny, on lui pardonne d’être folle ou allez savoir quoi, parce que si il n’y avait pas de femmes comme elle la vie redeviendrait ce qu’elle était avant de l’avoir connue. »
Et l’on finit dans les pommes avec Lyle, marié depuis trente ans qui se retrouve sans travail, perdant ainsi son importance jusqu’à ce qu’un plus vieil homme encore lui fasse prendre conscience du réel trésor de sa vie.

La force de la nouvelle chez Nickolas Butler ne réside pas dans l’art de la chute, ni même le rythme vibrant des courts récits ( même si certaines sont pressantes) mais bien dans l’émotion de ces tranches de vie d’hommes costauds aux mains rugueuses, dans ces instants de vie où la trajectoire dérape.
Et avec Brut aromatique ou Lenteur ferroviaire ( mes deux nouvelles préférées), l’émotion est bel et bien une force de l’écriture de ce jeune auteur talentueux.

RL2015 bac2015

Publicités

11 réflexions sur “Rendez-vous à Crawfish Creek – Nickolas Butler

    • Je pensais à la lecture des premières nouvelles être déçue, je ne trouvais pas le rythme et je n’avais pas l’art de la chute qui me fait aimer les nouvelles. Mais j’ai ensuite trouver mon bonheur avec de beaux personnages.

  1. J’ai été un peu déçue, après ma lecture de son roman, de constater que le second titre publié était un recueil de nouvelles. Déçue mais pas étonnée, c’est comme ça qu’on procède en France : d’abord le roman, genre qui fonctionne, puis les nouvelles qui sont souvent antérieures dans leur écriture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s