Nos contrées sauvages – Cate Kennedy

kennedyTitre : Nos contrées sauvages
Auteur : Cate Kennedy
Littérature australienne
Traducteur : Carine Chichereau
Titre original : The world beneath
Editeur : Actes Sud
Nombre de pages : 350
Date de parution : avril 2015

Auteur :
Cate Kennedy, née en Australie en 1963, est l’auteur d’un récit de voyage et de deux recueils de poésie. La publication de Nos contrées sauvages a été unanimement saluée par la critique comme le signe d’un renouveau du roman australien et a été couronnée par le People’s Choice Award du NSW Premier’s Literary Awards. Il est paru en 2015 aux éditions Actes Sud.

Présentation de l’éditeur :
Dans une petite ville australienne, Sandy élève seule sa fille Sophie. C’est d’un mauvais oeil qu’elle voit l’irruption dans leur vie de Rich, le père de Sophie, qui était parti peu après sa naissance. Soignant son image d’éternel aventurier, Rich propose à sa fille, pour ses quinze ans, un trek d’une semaine sur l’île de Tasmanie. À l’endroit même où Sandy et lui s’étaient rencontrés lors d’une action militante contre la construction d’un barrage.
Sophie, adolescente gothique rivée à son portable, fait tout pour arracher l’accord à cette mère, dont l’affection débordante et les préceptes hippies l’insupportent. Enfin elle aura l’opportunité de faire connaissance avec son père !
Alors que père et fille s’engagent sur les sentiers d’une randonnée vertigineuse, Sandy part en retraite spirituelle pour calmer ses angoisses.
Mais Rich fait courir des dangers à Sophie que même Sandy n’a pas imaginés. Rancoeurs, douleurs enfouies, petits arrangements avec la vérité : Cate Kennedy dresse une cartographie sensible des contrées sauvages de l’âme humaine.
L’enchantement et la force de ce roman émanent du regard vif et décapant, souvent drôle, que porte l’auteur sur ses trois protagonistes. D’une écriture alerte, l’histoire est alternativement racontée du point de vue de chacun d’eux – sous l’angle de trois expériences bien différentes. Tout ici est vibrant de vie.

Mon avis :
En lisant la quatrième de couverture, le lecteur peut s’attendre à une histoire proche du roman de David Vann, Sukkwan Island. Parents divorcés, le père emmène l’enfant en randonnée dans des contrées sauvages afin de renouer une relation filiale.
Mais si les synopsis sont proches, le traitement est relativement différent. L’approche féminine de l’auteur oriente davantage l’intrigue sur les personnages et non sur la randonnée elle-même, qui toutefois nous installe dans un cadre assez exceptionnel.
Sophie, une adolescente émo-gothique, anorexique peine à se construire entre Sandy, une mère coincée dans son univers hippy et Rich, un père absent depuis sa naissance. Son seul refuge est son blog « Ma putain de vie » qui lui vaut l’admiration du corps enseignant.
Elevant seule sa fille, bien décidée à offrir à Sophie une autre éducation que celle qu’elle a reçue, Sandy n’en arrive pas moins à un constat d’échec.
 » Ce soir-là, elle est sortie avec trois baguettes coincées dans son chignon, sa robe orange et une de ces ceintures orientales avec des grelots qui tintent à tout bout de champ. Et puis ces bras chamallows. Jamais Sophie ne sera comme ça. Plutôt crever! »
Le parent absent garde son mystère et son attrait pour une jeune adolescente contrairement au parent qui se doit par sa présence au quotidien d’assurer l’éducation.
Si Rich a le charme de l’inconnu et peut grâce à son anticipation étonner sa fille par un semblant de modernité, il n’en demeure pas moins, comme Sandy, bloqué dans le passé sur cette aventure écologique en Tasmanie pour la défense de la rivière Franklin, là où il a rencontré Sandy.
 » Que peut-on faire après, quand on a vécu ça? A quoi consacrer le reste de sa vie? »
Sandy et Rich, chacun marqué par une empreinte familiale, se posent aujourd’hui des questions sur les notions de perte, de vieillissement et ont la nostalgie de cette passion vécue en Tasmanie dans les années 80.
Adolescente toujours sur la défensive, sur quel adulte Sophie pourra-t-elle compter?
L’un l’a abandonné pendant quinze ans, l’autre n’a pas vu son problème d’anorexie.
 » Les gens ont beau regarder, ils voient ce qu’ils veulent voir, ce qui les arrange. Elle le comprend presque, d’ailleurs, car le désir est si fort qu’il déforme la réalité, l’efface. »

Cate Kennedy propose ici un roman où chacun va apprendre l’impuissance face à ce que l’on ne peut pas changer, va grandir grâce à cette aventure dans les contrées sauvages, celles de Tasmanie mais surtout celles des trois personnages de cette histoire familiale.

 

Publicités

15 réflexions sur “Nos contrées sauvages – Cate Kennedy

  1. Ça avait l’air bon et je l’ai noté quand j’ai vu le livre dans la colonne de droite. Par contre cette petite phrase là me fait hésiter: « L’approche féminine de l’auteur oriente davantage l’intrigue sur les personnages et non sur la randonnée elle-même. » La randonnée m’intéresse plus! Je devrais peut-être lire Sukkwan Island!

    • Beaucoup de lecteurs reprochent à Sukkwan Island d’être trop angoissant, trop dur. Je n’ai pas retrouvé cet aspect ici. Le récit laisse une large place à la randonnée ( on les suit jour après jour) mais sans oublier les rapports humains avec les autres randonneurs mais surtout entre le père et la fille. L’auteur nous laisse découvrir en même temps que Sophie le caractère du père.
      Maintenant, je pense que le lecteur s’attache à ce qui l’intéresse. Ton attention se portera sûrement davantage sur le trekking.
      Personnellement j’ai aimé suivre l’évolution de Sophie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s