Voyageur malgré lui de Minh Tran Huy

tran huyTitre : Voyageur malgré lui
Auteur : Minh Tran Huy
Éditeur : Flammarion
Nombre de pages : 230
Date de parution : 20 août 2014

Auteur :
Minh Tran Huy est une écrivain française d’origine vietnamienne,  née en 1979 dans la région parisienne. Elle est l’auteur de deux romans, La Princesse et le Pêcheur et La Double Vie d’Anna Song (Actes Sud, 2007 et 2009).

Présentation de l’éditeur :
En 2012 Line découvre l’existence d’Albert Dadas. Le destin de ce premier cas de touriste pathologique, recensé au XIXe siècle, lui remet en mémoire l’histoire de sa famille, en particulier celle de Thinh, cousin de son père, rendu fou par l’exil, et celle de sa cousine Hoai disparue depuis sa tentative de fuite du Vietnam communiste par la mer.

Mon avis :
 » Nous avons essayé de vous donner l’enfance dont nous avons été dépouillés, loin de la pauvreté, de la terreur et des deuils. Je ne vous ai jamais rien confié de ce que j’avais vécu avant. A quoi bon charger vos épaules d’une pénible mémoire. »

Deux mois après la mort de son père, lorsque Line se retrouve pour son travail à New-York, elle flâne dans de nombreux musées et découvre l’histoire d’Albert Dadas, un homme ayant souffert de dromomanie (la maladie du fugueur).
Le voyage peut résulter d’une maladie ou du besoin de quitter un pays en guerre. Maladie ou nécessité, l’exil, comme celui vécu par les émigrés d’Ellis Island reste toujours un traumatisme. Certains n’arrivent jamais à destination, d’autres vivent avec le silence des absents, sans jamais savoir à quel pays ils appartiennent.

Dans une première partie, Minh Tran Huy évoque les étranges voyages d’Albert Dadas, puis ceux plus entravés de Samia, jeune athlète somalienne qui voit en la gloire olympique la possibilité de quitter un pays de famine et de guerre. Elle fait le parallèle avec son père, petit campagnard vietnamien qui n’avait pour objectif que l’excellence scolaire afin de partir étudier dans un école d’ingénieurs parisienne. Son cousin, Linh est parti avec lui pour la France dans la même école. L’accueil aux Etats-Unis pour le frère de Linh, Thinh, fut plus difficile avec le début de la guerre du Vietnam, entraînant irrémédiablement le jeune homme vers l’exil mental et la folie.
 » Mais là où Albert avait traversé les frontières les unes après les autres suivant une route à la fois chaotique et fluide, Samia s’était heurtée à toutes celles qu’elle avait tenté de franchir, encore et encore. Elle s’était vue opposer des barrières physiques, financières, administratives, sociales, et malgré son souffle et son énergie, elle en était restée captive. Prisonnière, comme Thinh l’avait été de son exil géographique et mental. »

La seconde partie intitulée Retours, se concentre sur le témoignage inattendu de Huong, le père de Line. « Le silence était son élément naturel » mais il finit par se confier à sa fille qui cherche à connaître le passé. La confession est complète et poignante de sa naissance en 1954, au début de la guerre d’Indochine jusqu’ à sa mort. Son père et son grand-père appartenaient aux rares Viêt-minhs non communistes. Huong et sa mère ont dû s’enfuir à Saïgon en 1954 chez le juge Tan, oncle maternel qui finira tristement dans un camp de rééducation. Tant de proches disparus hantent la mémoire de Huong qui ne pourra voyager en son pays (mais l’est-il encore?) qu’en 1972.

Minh Tran Huy rend hommage à son père et à tous ceux qui ont disparu dans l’exode ou dans les camps. Tant de meurtres et d’assassinats dont il ne fallait parler qu’à demi- mots en évoquant des disparitions, des absences. Se taire devient un automatisme alors qu’il faudrait laisser des traces de toutes ces vies perdues, de tous ces voyages involontaires.

Si le lien entre les histoires d’Albert Dadas et de Samia de la première partie intitulée Allers et celle du père de Line n’est pas évident, il permet toutefois d’éviter de se focaliser sur une évocation classique et romanesque de l’histoire familiale en élargissant l’exil à d’autres sources, d’autres pays, d’autres voyages.

Coïncidence de lecture : Après la lecture du dernier roman de Gaëlle Josse, Le dernier gardien d’Ellis Island, j’ai retrouvé ici l’évocation d’ Ellis Island  » lieu de l’exil, c’est à dire de l’absence de lieu, du non-lieu, du nulle part. »

Je remercie la LNO pour le prêt de ce livre.

rentrée Vietnam

 

 

Publicités

6 réflexions sur “Voyageur malgré lui de Minh Tran Huy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s