Persepolis – Marjane Satrapi

satrapiTitre : Persepolis, tome 1
Auteur : Marjane Satrapi
Éditeur : L’Association
Nombre de pages : 76
Date de parution : novembre 2000

Auteur :
Marjane Satrapi (en persan : مرجان ساتراپی, Marjāne Sātrāpi) (née le 22 novembre 1969 à Rasht, Iran) est une auteur de bande dessinée (scénariste et dessinatrice), peintre et réalisatrice française d’origine iranienne et d’expression francophone.

Présentation de l’éditeur :
Toute petite, Marjane voulait être prophète. Elle se disait qu’elle pourrait ainsi soigner le mal de genoux de sa grand-mère. En 1979, l’année de ses dix ans et de la révolution iranienne, elle a un peu oublié Dieu. Elle s’est mise à manifester dans le jardin de ses parents en criant « à bas le roi ! ». Là, elle s’imaginait plutôt en Che Guevara. Il faut dire qu’à l’époque, son livre préféré s’appelait Le Matérialisme dialectique. Marjane trouvait d’ailleurs que Marx et Dieu se ressemblaient. Marx était juste un peu plus frisé, voilà tout. Après, la vie a continué, mais en beaucoup moins drôle. La révolution s’est un peu emballée. Et la guerre contre l’Irak est arrivée…
Dans Persepolis, Marjane Satrapi raconte son enfance sur fond d’histoire de son pays, l’Iran. C’est un récit drôle et triste à la fois, parfois cocasse, souvent touchant. Mais toujours passionnant. C’est aussi un petit événement : il s’agit de la toute première bande dessinée iranienne de l’Histoire… –Gilbert Jacques

Mon avis :
Pour ce challenge Destination, j’ai choisi de lire cette bande dessinée autobiographique de Marjane Satrapi.

Le récit commence par une synthèse historique depuis l’envahissement de la Perse par les Arabes qui instaure l’islam en ce pays ( le chiisme).
Le pays connaîtra 2500 ans de soumission arabe, mongole puis impérialiste.
Dans ce premier tome, Marjane a huit ans et elle découvre avec des yeux d’enfants la position politique de ses parents plutôt progressistes qui manifestent activement contre le régime en place. Au départ, elle veut devenir prophète et croit fermement ce qu’on lui enseigne à l’école comme le choix du Chah par Dieu. Ses parents tentent de lui expliquer petit à petit l’histoire du pays. Le père de son papi était le dernier empereur d’Iran. Le grand père de Marji, premier ministre du Chah devint communiste.
Ce premier tome de Persepolis décrit l’ambiance du pays à la veille de la révolution islamique. L’auteur montre les dangereuses manifestations, les arrestations des révolutionnaires ennemis de la République. Elle explique aussi les interventions de l’occident pour la richesse pétrolière du pays, les différences de classe sociales avec le personnage de Mehri, une jeune illettrée de la campagne.
 » tant qu’il y aura du pétrole au Moyen Orient, on ne connaîtra pas la paix. »
Cette bande dessinée est une manière plutôt ludique d’expliquer l’histoire du pays à des occidentaux. Seulement, le regard d’une enfant de huit ans teinte le récit d’une simplicité parfois déconcertante vis à vis du tragique de l’histoire ( regards vis à vis de la torture par exemple).
Les dessins réalisés en noir et blanc sont assez sommaires, laissant ainsi toute la place au texte. Mais il ajoute encore une touche de simplicité, voire de désinvolture qui me gêne par rapport au sujet.
Persepolis est découpé en quatre tomes. Le second volet est centré sur la mise en place de la République islamiste, le troisième est l’adolescence de Marjane en exil en Europe et le dernier tome se consacre au retour à Téhéran après la guerre contre l’Irak.
Même si je n’ai pas vraiment accroché à la forme et au style, je lirai les trois autres tomes pour l’intérêt de l’histoire et la vision d’une iranienne sur son pays.

Persepolis a été adapté au cinéma et a reçu le Prix du Jury au Festival de Cannes 2007.

Retrouvez les lectures iraniennes des participants au challenge sur le blog de Voyages et Vagabondages.

destination-iran  nouveaux auteurs

 

Publicités

23 réflexions sur “Persepolis – Marjane Satrapi

  1. J’ai aussi lu Persepolis pour ce challenge. J’ai lu les quatre tomes. J’ai beaucoup aimé. Au contraire de toi, je n’ai pas trouvé de côté simpliste. Justement je trouve très intéressant le fait que Marjane Satrapi nous fasse connaître cet épisode à travers son regard d’enfant 😉 Quant au graphisme, je trouve qu’il reflète l’austérité du contexte dans lequel se déroule l’histoire.

  2. J’ai vu l’adaptation ciné mais j’ai l’impression qu’elle est très réductrice comparée à la BD et que de nombreux aspects traités dans la BD sont oubliés dans le film. Ce qui m’encourage à me tourner vers la BD. Sinon de Marjane Satrapi j’avais aussi vu Poulet aux prunes que j’avais beaucoup aimé.

  3. Pingback: Reading Lolita in Tehran | Falaise Lynnaenne

  4. Je suis fan du film et je veux vraiment lire la BD, ainsi que la suite bien sûr! Même si le style ne plaît pas à tout le monde, c’est une bonne manière de découvrir l’histoire iranienne.

  5. Pingback: Lectures iraniennes | Voyages et vagabondages

  6. Il faut peut-être lire les 4 tomes à la suite pour ne pas avoir cette impression enfantine. Je ne les ai pas lus mais j’avais beaucoup aimé le film d’animation. J’avais aimé la façon de Marjane Satrapi de parler de choses graves.

    • J’ai déjà pris le second tome à la bibliothèque mais comme je partais en vacances je n’ai,pas eu le temps de le lire. Par contre, je compte bien lire tous les tomes à ma rentrée.

  7. J’avais adoré, et j’ai très envie de relire les quatre tomes ! La simplicité du graphisme et la naïveté du récit ne m’ont pas du tout gênée. Au contraire, j’ai trouvé ça très fort.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s