Les grand-mères – Doris Lessing

lessingTitre : Les grand-mères
Auteur : Doris Lessing
Littérature anglaise
Traducteur : Isabelle D. Philippe
Éditeur : Flammarion
Nombre de pages : 140
Date de parution : 2005

Auteur :
Doris Lessing est née en Perse en 1919 et a vécu une grande partie de son enfance au Zimbabwe. Devenue célèbre dès son premier livre, Vaincue par la brousse (1950), elle est aussitôt apparue comme un écrivain engagé aux idées libérales.

Présentation de l’éditeur :
Pendant un été au bord de la mer, Lil et Roz, deux femmes mûres et encore belles, sont amies depuis toujours. Mais l’affection qu’elles se portent s’est doublée peu à peu d’un amour très fort de chacune pour le fils de l’autre, marié et père de famille… Un roman sur les amours scandaleuses, qui prend la défense de la liberté d’aimer contre le poids des conventions sociales.

Mon avis :

Tout commence par la vision idyllique d’une belle famille en bord de mer.

Les pères, Tom et Ian, deux hommes séduisants d’une quarantaine d’années, les grand-mères « , Roz et Lil, assez belles pour que personne n’eût songé à les juger vieilles » et deux petites filles  » dont les cris de joie faisaient écho au tapage des goélands. »
Lorsque Mary, la femme de Tom survient un paquet de lettres en main, troublée et furieuse, le scandale éclate.
Retour en arrière sur la vie des deux grand-mères. Roz et Lil sont amies depuis l’enfance, elles ont pratiquement été élevées comme des soeurs jumelles. Double mariage, un fils chacune, elles décident de vivre ensemble lorsque Lil perd son mari et que Roz divorce.
Tom et Ian sont élevés par les deux femmes. Proximité maladive, dépendance affective, Roz et Lil sont inséparables et font passer leur amitié avant toute autre chose.
Doris Lessing aime les sujets sulfureux, les amours qui choquent un peu la bonne société.
Mais si l’ambiance peut sembler malsaine, l’auteur parvient à semer le doute, la compréhension. Certes, les grand-mères sont égoïstes et possessives mais elles ont aussi une certaine fragilité, une émotion touchante.
En tant que femme, Doris Lessing pointe aussi du doigt les incohérences sexistes. Pourquoi le mariage d’Harold, l’ex mari de Roz, avec une petite jeunette de vingt cinq ans ne choque-t-il personne?

Ce court roman qui ne peut que nous questionner sur le sentiment amoureux et la morale, est la base du film d’Anne Fontaine, Perfect mothers sorti sur les écrans en 2013.

J’ai lu ce roman en commun avec Kimysmile.

challenge lessing  LOGO coupe du monde des livres CHALLENGE papier bac2014

 

Publicités

19 réflexions sur “Les grand-mères – Doris Lessing

  1. Si vous aimez Doris Lessing, il y a un livre d’elle que vous pouvez lire (je pense que cet ouvrage vous plaira). Il s’agit de « Vaincue par a brousse ». Sinon, deux grandes dames ont disparu à des intervalles assez proches: « Doris Lessing et Nadine Gordimer. Le monde des lettres peut pleurer…

  2. Ah, il y a aussi « Le monde de Ben » et « Le cinquième enfant ». Le cinquième enfant est le premier tome alors que « Le monde de Ben », constitue la suite. Cependant, on peut les lire séparément car thèmes qu’ils traitent sont différents bien que tragiques.

  3. « Le monde de Ben « + « Le cinquième enfant » sont de Doris Lessing. Quant à Gordimer, il y a bien sûr « Histoire de mon fils ». Puis « Récits de vie » + « Vivre à présent ». Très très intéressant.

  4. J’avais été déçue … mais parce que j’avais vu le film avant, que j’avais encore trop dans la tête avant de lire les grands-mères. Je note pour les autres titres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s