La cloche de détresse – Sylvia Plath

plathTitre : La cloche de détresse
Auteur : Sylvia Plath
Littérature américaine
Traducteur :Michel Persitz et révisé par Caroline Bouet. Préface de Rachida Brakni
Éditeur: Denoël

Nombre de pages : 368
Date de parution : première parution en 1972, nouvelle édition avril 2014

Auteur:
Poétesse et romancière américaine, Sylvia Plath est née en 1932 dans le Massachusetts. Mariée à Londres avec le poète Ted Hughes, elle a mis fin à ses jours en 1963.

Présentation de l’éditeur :
Sélectionnée pour un stage d’été dans un prestigieux magazine, Esther Greenwood s’étourdit dans le New York des années 50. Entre les cocktails, la rédaction d’articles et les robes à la mode, elle est censée s’amuser comme jamais. Pourtant, elle est assaillie par des pensées morbides.
Inspiré de la vie de son auteur, La Cloche de détresse est un classique de la littérature américaine, dans lequel on retrouve la poésie obsédante de Sylvia Plath. Des images magnifiques, acides, teintées d’humour noir, qui vous submergent inévitablement.

Mon avis :
Depuis mes lectures de 7 femmes de Lydie Salvayre et du roman de Claude Pujade-Renaud, Les femmes du braconnier, j’avais envie de lire les écrits de Sylvia Plath. Ma fille m’a récemment prêté La cloche de détresse, le seul roman de cette poétesse au destin tragique.
Si la narratrice s’appelle Esther Greenwood, son récit ressemble beaucoup à la jeunesse de Sylvia. On y retrouve son amour de la poésie et sa peur de ne pouvoir allier sa vie de poétesse et sa vie de femme.
Élevée à Boston, Esther, lauréate d’un concours de nouvelles passe une semaine de rêve à New York avec onze autre jeunes filles. Elle y découvre la vie mondaine et la liberté. Autrefois amoureuse d’un étudiant en médecine, Buddy Willard, elle regrette sa virginité imposée par une Amérique puritaine.
Douée pour l’écriture, Esther est indécise sur son avenir : devenir poétesse, professeur, rédactrice en chef ou épouse, mère. Comment concilier une carrière et une vie de femme?
 » Si vouloir au même moment deux choses qui s’excluent mutuellement, c’est être névrosé, alors je suis névrosée jusqu’à l’os. Je naviguerai entre deux choses qui s’excluent mutuellement jusqu’à le fin de mes jours. »
Malheureusement, cette indécision devenue malaise permanent conduit Esther en hôpital psychiatrique où elle subira de nombreuses séances d’électrochoc.Soutenue financièrement par l’écrivain Philomena Guinea, les soins vont être plus adaptés, aidant ainsi la jeune fille à reprendre confiance mais sa santé mentale sera toujours fragile.

 » où que je me trouve- sur le pont d’un navire, dans un café à Paris ou à Bangkok – je serais toujours prisonnière de cette cloche de verre, mijotant dans mon propre air vicié. »

Connaissant la vie et le destin de Sylvia Plath, l’histoire d’Esther est une confidence, un témoignage émouvants d’une jeune femme brillante emmurée dans une idée étriquée de la femme.

romancières bac2014

 

Publicités

14 réflexions sur “La cloche de détresse – Sylvia Plath

    • Tant mieux. Ses écrits ou les biographies d’autres auteurs sont généralement touchants. C’est le roman de Claude Pujade-Renaud ( Les femmes du braconnier) qui m’a donné envie d’en savoir plus sur Sylvia Plath.

    • Peut-être le caractère d’Esther qui a semble-t-il tout pour être heureuse et sombre dans la dépression. Il est vrai que l’on passe de la légèreté de la jeune lauréate, la vie facile du New York de la mode à la détresse des hôpitaux psychiatriques. Pas facile

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s