Les lois de la frontière – Javier Cercas

cercasTitre : Les lois de la frontière
Auteur : Javier Cercas
Littérature hispanique
Traducteur :Aleksandar Grujicic, Elisabeth Beyer
Éditeur : Actes Sud
Nombre de pages : 352
Date de parution : 8 janvier 2014

Auteur :
Javier Cercas est né en 1962 à Caceres. Ses romans, traduits dans une vingtaine de langues, ont tous connu un large succès international. Anatomie d’un instant a été consacré livre de l’année 2009 par El Pais.

Présentation de l’éditeur :
À l’été 1978, un adolescent de la classe moyenne en délicatesse avec son milieu croise la route du charismatique Zarco et de son amie Tere et devient un habitué de leur QG, un bar interlope dans un quartier malfamé de Gérone. Bientôt ils l’entraînent de l’autre côté de la “frontière”, au pays de ceux qui ne sont pas bien nés, l’initiant au frisson des braquages et au plaisir des tripots. Le garçon navigue entre les deux rives pendant tout l’été, irrésistiblement attiré par les lois de cette jungle dont il préfère continuer d’ignorer les codes, jusqu’au coup qui tourne mal.
Vingt ans plus tard, avocat établi, il assure la défense de son ancien camarade multirécidiviste et doit plaider. Pour le symbole vivant d’une rébellion salutaire, la victime expiatoire d’un système frelaté, ou les zones d’ombre de sa propre jeunesse ? Un écrivain, chargé de raconter l’histoire, recueille au cours d’entretiens divers les souvenirs et impressions des protagonistes. Lui-même cherche la vérité inattendue et universelle du romancier : l’ambiguïté.
C’est dans cette ambiguïté qu’excelle Javier Cercas, qui démystifie ici le romantisme de la délinquance comme celui de la rédemption, la démocratie espagnole et son miroir aux alouettes, les tourments qui toujours gouvernent l’exercice de la liberté.

Mon avis :
Adolescents, ils grandirent avec le feuilleton La frontière bleue, version asiatique de Robin des bois. Lin Chung, le justicier et sa compagne Hu San-Niang se rebellaient contre le méchant favori de l’empereur Kao Chiu. Une rivière, le Liang Shan Po les séparait.
Lorsque Ignacio Cañas , jeune adolescent d’une famille de classe moyenne, brutalisé par Batista traverse la frontière nord est de la ville et y rencontre Zarco et son amie Tere, il a l’impression de rejoindre un clan de justicier. Très vite, il tombe amoureux de Tere, cette jeune femme intrigante et libérée et vénère l’emblématique Zarco.
 » pendant trois mois dans mon adolescence, j’ai admiré Zarco – j’ai admiré sa sérénité, son courage, son audace- et je n’ai jamais cessé de l’admirer. »Zarco devient très vite une figure médiatique, symbole de la délinquance de cette période de passage du franquisme à la démocratie.
Le récit est en fait celui des interviews d’un écrivain avec Ignacio devenu avocat, l’inspecteur Cuenca qui fut le premier policier à arrêter Zarco et le directeur de la prison de Gérone, Eduardo Requena. Chacun va tenter d’expliquer les liens entre les trois personnages, ce qui les a conduit vers la délinquance et comment ils ont ensuite évolué.
Au-delà de l’histoire de ce trio infernal, l’auteur évoque dans un premier temps les circonstances qui peuvent conduire à la délinquance (quartiers défavorisés, milieu familial, sentiment d’insécurité, drogue) ou l’éviter ( soutien du père d’Ignacio, éducation, classe sociale) puis  la machine à broyer du système carcéral et les difficultés de réinsertion.
 » Pour lui, la prison était sa maison, alors que la vie en liberté était comme s’exposer aux intempéries. »
Devenu avocat, Ignacio retrouve Zarco vingt ans plus tard lorsqu’il est transféré à la prison de Gérone. A la demande de Tere, ou sous l’effet d’une culpabilité résiduelle, il sera le défenseur du célèbre délinquant sur lequel pèsent plus de 150 années de prison.
Malgré un style très linéaire et passif lié à la technique d’interviews, le récit se révèle passionnant. D’ailleurs, il me semble même que ce rythme permet de mieux s’installer dans l’histoire, de disséquer calmement les sentiments des différents protagonistes. Enfin, plutôt tenter de disséquer parce que les personnages de Zarco et de Tere sont suffisamment énigmatiques pour ne pas en appréhender toutes les facettes. C’est une merveilleuse façon de me laisser avec cette impression d’avoir écouté une légende, celle de Zarco et Tere.
Je garderai longtemps en mémoire les personnages d’Ignacio, alias Le Binoclard, de Tere et de Zarco, l’histoire de cette rencontre improbable qui marque les destins de chacun.
« Vous étiez son dernier admirateur, le dernier compagnon de Lin Chung. »

L’image de couverture (photo d’ Alberto Garcia Alix) est particulièrement belle avec une évocation de Tere, jeune héroïne naturelle et frondeuse.

rentrée 14 New Pal 2014

Publicités

Une réflexion sur “Les lois de la frontière – Javier Cercas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s