Les fuyants – Arnaud Dudek

dudekTitre : Les fuyants
Auteur : Arnaud Dudek
Éditeur : Alma
Nombre de pages : 132
Date de parution : 14 août 2013

Auteur :
Arnaud Dudek est né en 1979. Il vit à Besançon. Rester sage est son premier roman.

Présentation de l’éditeur :
Dans la famille Hintel quatre hommes décident d’en découdre avec la filiation. Mais l’herbe est-elle vraiment plus verte ailleurs ? Une tragi-comédie tendre et rosse, désopilante à souhait, construite comme un Rubik’s cube.
Jacob, David, Simon et Joseph Hintel n’ont pas vraiment l’esprit de famille chevillé au corps. Les uns après les autres, ils s’évaporent. Adieu famille, moquette et vieillesse : la vie, même ordinaire, est ailleurs. Courage, partons. Les trois premiers fuyants connaîtront des fortunes diverses : Jacob pose ses valises au pays de l’ennui (sidéral), David choisit les contrées éternelles (il avale un insecticide), Simon part en quête de sagesse à marche forcée (en devenant oncle actif à défaut d’être mari ad hoc). Seul le petit dernier, Joseph, hacker farouchement marxiste et amoureux transi, brise la ligne de fuite et les habitudes de la tribu.

Mon avis :
Les fuyants, ce sont les hommes de cette famille. Joseph Hintel, le fils raconte le suicide de son père, David : une fuite devant la douleur. Jacob, le grand-père a quitté son foyer bien avant. Fuite devant une vie de couple trop banale, trop semblable à celle des parents.  Simon, trentenaire, l’oncle de Joseph craint de s’engager avec sa maîtresse, une adolescente. Et lui, Joseph, jeune étudiant en informatique, un peu paumé dans son statut d’homme entre ces figures de père, de grand-père et d’oncle.
La construction est d’une grande finesse et l’on découvre le pourquoi des choses au détour d’une conversation, d’une rencontre.
Et les rencontres sont belles! Que ce soit celle de David et Jeanne, celle de Simon et sa future belle-famille, celle de Joseph et son oncle. Ce sont des situations anodines qui nous rappellent inévitablement notre vécu. Elles sont à la fois empreintes d’humour, de nostalgie et de réalisme.
La dédicace de Bernard Pivot est bien adaptée à ma sensation de lecture :
«  Arnaud Dudek a le talent de raconter les malheurs de la vie avec des bonheurs d’écriture. » Même si les situations sont parfois tristes, j’ai ressenti beaucoup d’optimisme, de sensibilité et d’attachement pour tous ces personnages.

RL2013  challengeABC2013

 

8 réflexions sur “Les fuyants – Arnaud Dudek

  1. Pingback: Arnaud Dudek, Les fuyants | Lettres exprès

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.