Z, Le roman de Zelda – Thérèse Anne Fowler

zeldaTitre : Z,  Le roman de Zelda
Auteur : Thérèse Anne Fowler
Littérature américaine
Éditeur : Michel Lafon
Nombre de pages : 384
Date de parution : mai 2013

Auteur :
Thérèse Fowler, américaine,  a enseigné la littérature à l’université avant de se consacrer entièrement à l’écriture.

Présentation de l’éditeur :
Elle a 17 ans, c’est une belle du Sud, petite dernière d’une famille bourgeoise de Montgomery, exubérante et fantasque. Quand elle le rencontre lors d’un bal, il a 21 ans, porte l’uniforme et veut vivre de sa plume. Bravant les conventions, elle part l’épouser à New York, quelques jours après la sortie de son premier roman, L’Envers du paradis. Le livre est un immense succès, et les deux amoureux deviennent instantanément célèbres, propulsés dans un tourbillon de fêtes effrénées entre Long Island, Paris et la Riviera française. Elle, c’est Zelda ; lui, c’est Scott : ils viennent d’entrer dans la légende.
Mais l’insouciance de la vie mondaine, les dépenses folles et les flots de champagne détruisent l’harmonie du couple. Tandis que Scott sombre dans l’alcoolisme, la délaisse et l’accuse de tous les maux, Zelda lutte corps et âme pour exister. Écriture, peinture, danse, elle cherchera éperdument son identité jusqu’à en perdre la raison, et disparaîtra de façon tragique dans l’incendie de son dernier asile. Toute sa vie, elle sera restée dans l’ombre de l’homme qu’elle a aimé à la folie. Ce roman lui rend enfin sa voix.

Mon avis :
 » Pour chaque biographe et spécialiste estimant que c’est Zelda qui a fait dérailler la vie de Scott, vous en trouverez un autre jugeant que c’est au contraire Scott qui a brisé l’existence de Zelda. »
En écrivant cette biographie romancée à la première personne sous le nom de Zelda, Thérèse Anne Fowler prend plutôt le parti de la femme, tout en accordant génie et sensibilité à Scott.
L’auteur commence par le récit de la rencontre entre cette jeune américaine de dix sept ans, fille de juge dans une petite ville du Sud des Etats-unis avec le beau et ambitieux jeune homme prêt à partir à la guerre.
Malgré les avertissements de la famille de Zelda, la passion et l’attrait de New York vont réunir ces deux êtres d’exception.
Les premières années du couple nous entraînent dans une description fidèle des vies, de l’ambiance des années folles. Pour les lecteurs de Gatsby ou autres récits, le roman n’apporte pas de nouvelle vision si ce n’est l’approche des débuts du féminisme.
 » Cependant, avec l’arrivée de ces princetoniens et de leurs homologues de Yale, avec l’appétit de vivre d’après-guerre, la soif d’amusements, de tous les plaisirs que Scott et moi cherchions et incarnions, le monde littéraire avec en quelque sorte mis un pied dans l’univers chatoyant et clinquant du spectacle. »
Par contre, en suivant les sentiments de Zelda, l’intérêt s’aiguise en essayant de comprendre comment une passion aussi forte peut devenir une autodestruction mutuelle. Le schéma est assez classique et inhérent à la force de la passion et à l’ambition dévorante des acteurs mais il me semble bien amené.
D’un côté, Scott se débat avec les difficultés de l’écrivain et sombre de plus en plus dans l’alcool. Les mondanités, le besoin d’exhibition, les rencontres néfastes notamment avec Hemingway contribuent à l’usure du couple.
 » L’existence d’un écrivain est difficile. Il devrait l’accepter et la vivre pleinement. Il n’y a pas de génie sans échecs ni sacrifices »
De l’autre, Zelda, pleine de talent pour la peinture, la danse et l’écriture peut difficilement se contraindre à n’être que Madame Fitzgerald. Ses rêves de liberté et d’autonomie sont chaque fois brisés par un Scott qui suit la morale de l’époque, à savoir que la femme doit se dévouer corps et âme à son foyer.
Tout en nous faisant découvrir ce riche milieu littéraire et artistique (Hemingway, Germaine Stein, Ezra Pound, Cole Porter, Thomas Wolfe…), la société de cette période d’entre deux guerres avec la montée du féminisme, l’évocation de l’homosexualité, les premiers traitements psychiatriques, l’auteur détaille les raisons qui ont construit puis détruit ce couple mythique.
Avec un style parfaitement adapté au contexte, léger, enjoué mais précis, Thérèse Ann Fowler nous fait partager une nouvelle fois pour notre plus grand plaisir, la vie tumultueuse d’une époque et d’un couple inoubliable.
« Il est si incroyablement brillant que ce serait une tragédie s’il finissait par ne rien faire. »

Je remercie la Librairie  chapitre  d’Orléans pour le prêt de ce livre dans le cadre du Club de Lecture.

plume  fitzey-logo

18 réflexions sur “Z, Le roman de Zelda – Thérèse Anne Fowler

  1. Pingback: La plume au féminin 2013 | Sur la route de Jostein

    • Je ne savais pas qu’elle avait autant de talent. Je savais qu’elle avait écrit sous le nom de Scott mais pas qu’elle dansait, peignait aussi bien. Deux personnages étonnants, elle et Scott.

  2. J’avais tellement lu avant ce livre sur le couple et sur elle que j’ai été un peu déçue car rien de neuf, mais un bon livre pour les néophytes et qui remet les choses à leur vraie place (telles que je les ai découvertes dans les correspondances de Fitz. S’il en est un à lire, magnifique et juste c’est Zelda de Jacques Tournier, le traducteur officiel de Fitz et qui a rencontré leur fille avant sa mort, elle lui a remis des lettres inédites, c’est bouleversant !

  3. Pingback: Challenge Fitzgerald et ses contemporains les enfants du jazz – je reprends le flambeau | deslivresetsharon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.