Le dernier lapon – Olivier Truc

trucTitre : Le dernier lapon
Auteur : Olivier Truc
Éditeur : Métailié
Nombre de pages : 453
Date de parution : septembre 2012

Auteur :
Journaliste depuis 1986, il vit à Stockholm depuis 1994 où il est le correspondant du Monde et du Point, après avoir travaillé à Libération. Spécialiste des pays nordiques et baltes, il est aussi documentariste pour la télévision. Il est l’auteur de la biographie d’un rescapé français du goulag, L’Imposteur (Calmann-Lévy). Le dernier lapon est son premier roman.

Présentation de l’éditeur :
Kautokeino, Laponie centrale, 10 janvier. Nuit polaire, froid glacial. Demain le soleil, disparu depuis 40 jours, va renaître. Demain entre 11h14 et 11h41, Klemet va redevenir un homme, avec une ombre. Demain le centre culturel va exposer un tambour de chaman légué par un compagnon de Paul-Émile Victor.
Mais dans la nuit, le tambour est volé. Les soupçons iront des fondamentalistes protestants aux indépendantistes sami. La mort d’un éleveur de rennes n’arrange rien à l’affaire. La Laponie, si tranquille en apparence, va se révéler terre de conflits, de colères et de mystères. Klemet, le Lapon, et sa jeune coéquipière Nina, enquêteurs de la police des rennes, se lancent dans une enquête déroutante. Mais à Kautokeino, on n’aime guère les vagues. Ils sont renvoyés à leurs patrouilles en motoneige à travers la toundra, et à la pacification des éternelles querelles entre éleveurs de rennes.
Les mystères du 72e tambour vont les rattraper. Pourquoi en 1939 l’un des guides sami a-t-il confié à l’expédition française ce tambour, de quel message était-il porteur ? Que racontent les joïks traditionnels que chante le vieil oncle de Klemet ? Que vient faire en ville ce Français qui aime trop les très jeunes filles et qui a l’air de si bien connaître la géologie de la région ? À qui s’adressent les prières de la pieuse Berit ? Que cache la beauté sauvage d’AsIak, qui vit en marge du monde moderne avec sa femme à moitié folle ?

Mon avis :
Lire un roman policier est souvent pour moi une détente car c’est l’assurance ( enfin quand c’est un bon roman noir) d’une bonne histoire qui me fait frémir et que je lis assez vite happée par le suspense.
Mais quand un roman noir sait, en plus, allier la découverte d’une civilisation, d’un pays, je suis à la fois divertie et intéressée.
Olivier Truc nous emmène en Laponie au cœur des rivalités modernes entre autochtones, les Sami et habitants des pays qui constituent ce territoire (suédois, finlandais, norvégiens).
 » Avant, la Laponie était une seule terre où les Sami étaient seuls. Ensuite, les bergers finlandais, par exemple, se sont retrouvés coincés, privés de pâturages d’été le long de la côte norvégienne et privés de pâturages d’hiver qu’ils avaient dans ce qui est aujourd’hui le nord de la Suède. »
Les terres Sami sont ainsi convoitées pour les pâturages mais aussi pour la richesse du sous sol en minerai (notamment l’uranium). Comme tout peuple autochtone, il risque d’être anéanti par intérêt financier et par racisme. L’auteur explique la situation en évoquant les rivalités entre les différents partis politiques.
Klemet, d’origine Sami mais dont la famille a quitté le métier de bergers, a connu dans son enfance les persécutions des pasteurs laestadaniens qui voulaient « convertir » les lapons et  anéantir les traditions des Sami. Il a intégré la Police, fait partie de l’enquête sur l’affaire Palme et se retrouve aujourd’hui sur son ancien territoire dans la Police des rennes. Son rôle, avec la nouvelle recrue Nina est de régler les conflits entre bergers. Et ils sont nombreux depuis la redéfinition des frontières.
Son travail quotidien va devenir plus intéressant après le vol d’un tambour ancestral au musée et la mort d’un berger issu d’une famille de chamans. Nina fera le lien entre ces indices et une ancienne expédition de 1939 à laquelle participaient Mons, le français qui avait légué le tambour au musée, des scientifiques et des guides Sami.
Au delà de l’enquête passionnante, l’intérêt du récit se situe dans la découverte d’un peuple et d’une région. En janvier, le pays sort péniblement des journées sans soleil, avec des températures avoisinant les moins quarante degrés. C’est inévitablement une autre façon de vivre, emmitouflé dans les habits en peau de rennes, réfugié sous les tentes Sami.
 » Une peau de renne sauvait la vie. Son père lui avait appris comment traiter les peaux de rennes. Comment en extraire la douceur. C’était ce que son père lui avait transmis de plus important dans la vie. »
Les Sami, personnages un peu primitifs, sous leurs couches de vêtements, sous leur aspect bourru cachent une grande douceur et humanité. Aslak en est l’exemple le plus attachant.
En lisant ce roman, vous découvrirez que les dessins des peaux des tambours, les paroles des chants ( les joïks) peuvent receler des informations importantes sur l’histoire des Sami. Les chamans ont transmis leurs légendes, leurs coutumes, leurs traditions ancestrales au travers de ces dessins et paroles.
Le dernier lapon est un roman très dense, que certains pourront trouver un peu lent dans sa première partie ( les notions de temps et de distance sont différentes en Laponie!) mais qui se révèle finalement d’une grande richesse.
Olivier Truc réussit un roman noir passionnant par sa quête aux indices, intéressant pour la découverte d’une civilisation, fascinant pour son atmosphère dans un climat rude, humain pour l’intimité cachée de ces bergers un peu rustres, moderne pour les rivalités politiques et économiques.
J’ai lu ce roman en tant que jurée du Prix Biblioblog 2013. Le roman d’Olivier a remporté hier le Prix Biblioblog 2013 et faisait aussi partie des finalistes pour le Prix du roman noir SNCF.

polars  a-tous-prix  premier roman  rentrée 2012 New Pal 2013

12 réflexions sur “Le dernier lapon – Olivier Truc

  1. J’ai beaucoup aimé ce roman, et j’ai eu l’occasion de le dire à l’auteur aux Quais du Polar. C’est ainsi que j’ai appris qu’il écrivait un autre volume avec les mêmes personnages. Je m’en réjouis !

  2. Ce livre m’avait bouleversé à sa sortie, j’aurai presque voulu le relire une fois fini. Il a été mon gros gros coup de cœur de la rentrée 2012 ! Tout y est: l’intrigue, le cadre, les personnages, la fenêtre sur la culture…. Un incroyable voyage !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.