Des larmes sous la pluie – Rosa Montero

monteroTitre : Des larmes sous la pluie
Auteur : Rosa Montero
Traducteur : Myriam Chirousse
Editeur : Métailié
Bibliothèque Hispanique
Nombre de pages : 402
Date de parution :janvier 2013

Auteur :
Rosa Montero est née à Madrid où elle vit. Après des études de journalisme et de psychologie, elle travaille au journal El Pais.
Elle est l’auteur de romans à grand succès traduits dans de nombreuses langues, parmi lesquels La Fille du cannibale (Prix Primavera et best-seller en Espagne), Le Roi transparent et Instructions pour sauver le monde. 

Présentation de l’éditeur :
Etats-Unis de la Terre, 2109. Les réplicants meurent dans des crises de folie meurtrière tandis qu’une main anonyme corrige les Archives Centrales de la Terre pour instrumentaliser l’histoire de l’humanité. Bruna Husky, une réplicante guerrière, seule et inadaptée, décide de comprendre ce qui se passe et mène une enquête à la fois sur les meurtres et sur elle-même. Aux prises avec le compte à rebours de sa mort programmée, elle n’a d’alliés que marginaux ou aliens dans ce tourbillon répressif, vertige
paranoïaque, qui emporte la société. Rosa Montero choisit un avenir lointain, hérité de Philip K Dick et de Blade Runner, pour nous parler de ce qui fait notre humanité, la certitude de notre
mort et de celle de ceux que nous aimons. Ses personnages sont des survivants qui s’accrochent à la morale politique, à l’éthique individuelle, à l’amitié et à l’amour. Elle construit pour nous
un futur cohérent, une intrigue prenante qui nous touche et nous fait réfléchir. Elle écrit avec passion et humour, des outils essentiels pour comprendre le monde.

Mon avis :
Des larmes sous la pluie est un mélange de science fiction et d’enquête policière. L’auteur s’est inspiré du monde de Blade Runner. L’héroïne, Bruna Husky, est une réplicante de combat ou techno-humaine. Ces êtres semblables à l’homme ont été créés par les humains pour effectuer les missions dangereuses. Ils ont une durée de vie limitée et possèdent une mémoire implantée composée de 500 souvenirs écrits par des mémoristes.
L’auteur insère intelligemment des extraits d’archives pour nous expliquer l’évolution du monde de nos jours à l’époque du récit en 2109. On y apprend tout sur les différents habitants des États Unis de la Terre et de la galaxie puisque que des extra-terrestres vivent sur des mondes flottants.
J’ai particulièrement aimé la façon dont l’auteur insère dans ce monde futuriste des détails très humains et des valeurs de notre époque. Il est amusant de retrouver par exemple les grèves de transport, le goût pour le vin ou les rivalités entre clans politiques. On y trouve aussi les dérives potentielles des risques environnementaux actuels avec la vente d’air purifié, la douche de vapeur. Les fractures sociales et le sectarisme sont très présents et amplifiés par les différents espèces cohabitantes.
Mais, j’ai apprécié l’humanité de Bruna, sensible à cette mort programmée des techno-humains, à l’amour ou l’amitié, à cette douleur de ne pas avoir de vraie famille mais seulement des souvenirs fabriqués.
L’enquête est elle aussi redoutable car chaque personne côtoyée par Bruna est susceptible de mener un double jeu. Manipulation, infiltration, complot politique, il devient complexe de savoir qui est à l’origine de ces meurtres de réplicants.
La détective Bruna devient vite un personnage très attachant, ce qui est un tour de force dans ce monde étrange.
La science fiction n’est pas vraiment mon domaine préféré mais j’ai aimé le personnage et la vision futuriste de cette humanité toujours perturbée par cette échéance de la mort.
Même si dans ce genre, j’ai préféré le dernier roman de Somoza, L’appât, peut-être plus imaginatif et plus angoissant, j’ai ici beaucoup apprécié les personnages et la projection des défis actuels dans ce monde du futur.

Je remercie babelio et les Éditions Métailié pour l’attribution de ce livre lors de la dernière opération de Masse critique.

plume   bac

 

tous les livres sur Babelio.com

2 réflexions sur “Des larmes sous la pluie – Rosa Montero

  1. Pingback: "La rep sentit se mettre en marche les petits engrenages de la mauvaise humeur, le mécanisme denté de son irritation." | Cunéipage

  2. Pingback: Des larmes sous la pluie – Rosa Montero

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.