La mer, le matin – Margaret Mazzantini

mazzantiniTitre : La mer, le matin
Auteur : Margaret Mazzantini
Editeur : Robert Laffont
Nombre de pages :132
Date de parution : août 2012

 

Auteur :
Née à Dublin, fille d’un peintre irlandais et d’un écrivain italien, Margaret Mazzantini a quarante-cinq ans. Actrice, romancière et scénariste, elle consacre aujourd’hui sa vie à l’écriture et à sa famille.

Présentation de l’éditeur :
En Libye la révolte gronde. La guerre éclate. Dans un pays en proie à la violence, en pleine déroute, certains n’ont plus le choix. Il leur faut partir avant d’être tués, comme Omar, le mari de Jamila. La jeune femme part donc avec son petit garçon, Farid, trop jeune pour comprendre la violence des hommes. Farid ne connaît que le désert. La terre de ses ancêtres bédouins. Il n’a jamais vu la mer. Mais Jamila sait que le salut est là, que leur unique chance de survie est d’embarquer sur l’un de ces bateaux qui promettent de les mener en Sicile.

Jamila a donné tout son argent au passeur, elle n’a plus rien, plus rien que cette dérisoire amulette qu’elle a nouée autour du cou de Farid, plus rien que son châle qui le protégera du soleil et du sel, plus rien qu’un peu d’eau qu’elle lui donne goutte à goutte, pour qu’il ne meure pas. Et cette force que le désespoir
donne aux mères.

De l’autre côté de la mer, vit un autre garçon, Vito, qui ne sait que faire de ses dix-huit ans. Vito est né en Sicile mais sa mère, Angelina, a vu le jour à Tripoli. Pendant onze ans, elle a été arabe. Avant qu’en 1970, Kadhafi, ayant pris le pouvoir, chasse les colons italiens de cette « quatrième rive » de l’Italie où la faim les avait poussés à émigrer. Elle est partie avec ses parents, qui n’ont jamais pu se sentir chez eux en Italie. Un jour, Angelina a su que les Italiens pouvaient revenir en Libye. Faire du tourisme. Kadhafi était l’ami de Berlusconi. Alors Angelina est retournée à Tripoli avec son fils, Vito, et sa mère, Santa. Angelina a marché sur les traces de son passé, de celui de tous ces Italiens qui ont travaillé la terre de Libye, de ses parents qui avaient repris une petite fabrique de bougies. Elle a même retrouvé Ali, son ami d’enfance. Mais la Libye n’est plus le pays de ses jeunes années, et Ali n’est plus le garçon d’autrefois.
L’été n’en finit pas de s’achever. Vito traîne sur les plages son mal de vivre. Sur la grève, la mer dépose les débris d’un naufrage, les débris d’une histoire. Celle de tous ceux qui ont voulu fuir leur pays mais qui n’accosteront jamais aux rives de l’Italie. Vito ramasse ces vestiges sur la plage. Il sait, il sent qu’il lui faut préserver la mémoire de ces jours terribles. Il colle ses trouvailles sur un immense tableau bleu. Au centre, une de ces amulettes porte-bonheur que les mères arabes mettent au cou de leurs enfants pour les protéger du mauvais sort.

Mon avis :
Le roman de Margaret Mazzantini mêle deux histoires, deux souvenirs de mères contraintes à l’exil.
Jamila et son fils, Farid prennent la mer pour fuir un pays en guerre. Omar, le père vient d’être abattu par les
loyalistes.
Des années auparavant (années 70),  Angelina a dû elle aussi fuir ce pays avec ses parents, colons italiens appelés Les Tripolini. Son fils, Vito né en Italie se souvient devant la mélancolie de sa mère et face à cette mer qui rejette encore aujourd’hui des objets des exilés.
Ces deux histoires n’ont que quelques points communs : la mer, un pays, une enfance, un exil. Au travers de ces deux récits, l’auteur évoque le passé et le présent de la Libye.
De manière noble et sensible, le lecteur ressent la souffrance des colons rejetés par un pays qui les avait appelés, l’oubli et l’absence de reconnaissance de l’Italie.

 » Les années passèrent dans cette lutte vaine parce que les paroles deviennent inutiles quand on les répète trop souvent.
Les pensées sont un gaz nocif.
 »
Et comme un pays se souvient parfois mal de son histoire, les réfugiés pâtissent encore des enjeux commerciaux et politiques des pays.
 » S’il n’y avait pas eu cet or noir sous le désert aucun dictateur n’aurait eu envie d’imposer sa loi, et aucun étranger ne
serait venu les défendre en lançant des missiles Cruise.
 »
Margaret Mazzantini livre un très beau texte sur l’histoire et le présent de la Libye. Je regrette un peu le trop subtil mélange des deux histoires qui m’a donné une vision un peu obscure des évènements. L’histoire et le présent se mêle, l’oppression des peuples se ressemblent, la douleur des mères se répètent. Mais, le message m’a semblé moins percutant à cause de la douceur ou de la brièveté du texte.

plume rentrée 2012

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s