Les affligés – Chris Womersley

womersleyTitre : Les affligés
Auteur : Chris Womersley
Editeur : Albin Michel
Nombre de pages : 320
Date de parution : mai 2012

Présentation de l’éditeur :
1919. La Grande Guerre terminée, la grippe espagnole fait des ravages à travers l’Australie. Dans une atmosphère de fin du monde, des hommes en armes parcourent les campagnes pour imposer la quarantaine et les déplacements sont strictement interdits.

Quinn Walker, un soldat démobilisé, retrouve la petite ville de Flint, en Nouvelle-Galles du Sud, qu’il a fuie dix ans plus tôt quand on l’a faussement accusé d’un crime effroyable. Persuadé que son père et son oncle le pendront s’ils le trouvent, Quinn rend clandestinement visite à sa mère mourante et se cache dans les collines avoisinantes. Il y rencontre Sadie Fox, une mystérieuse jeune fille, qui l’encourage à demander justice et semble en savoir plus qu’elle ne le devrait sur son supposé crime.
Roman sombre et lumineux à la fois, où il est question d’amour, de rédemption, de regret et de vengeance autant que portrait d’une époque tourmentée qui laisse les êtres désemparés, Les Affligés est aussi un livre sur les souffrances qu’inflige la guerre tant à ceux qui partent combattre qu’à ceux restés derrière pour toujours.

Mon avis :
Nul doute que Les affligés, le second roman de Chris Womersley, un écrivain australien va plaire aux
amateurs de grandes et belles histoires.
Après avoir fait la première guerre mondiale dans les tranchées françaises, Quinn Walter revient en son village natal de Nouvelle Galle du Sud. Il revient sur les lieux du crime, là où sa jeune sœur Sarah a été assassinée en 1909. Quinn a été accusé de ce crime affreux, il a fui, s’est exilé puis s’est enrôlé dans l’armée. Partout rôdent la mort et la misère. Mais la fuite ne répare pas son âme meurtrie. Il revient à Flint, la gueule et l’âme cassées pour venger sa sœur et s’innocenter aux yeux de sa mère mourante à cause de l’épidémie de grippe espagnole qui sévit sur le pays.
Comment retrouver la sérénité après ce meurtre et les horreurs de la guerre? Gracie, la jeune orpheline qu’il rencontre dans les bois, miroir de sa jeune sœur peut-elle l’aider dans cette vengeance qu’il ne souhaite pas violente? Elle est, pour lui, le symbole de la vie et de l’espoir mais aussi le souvenir de cette jeune sœur qu’il a tant aimée.
Chris Womersley crée un univers sombre et mystérieux. Dans ce récit, on peut croire aux fantômes, aux messages de l’au-delà, à la magie des amulettes, mais surtout croire à la rédemption grâce aux contacts humains. Quinn a besoin du pardon de sa mère, de l’aveu de l’assassin et surtout de l’espoir et la force de
Gracie.
L’auteur sait parfaitement créer une atmosphère évocatrice qui laisse au lecteur une part d’imagination et qui suscite un suspense et un grand intérêt. Les personnages sont vrais, humains et suffisamment complexes pour que le lecteur s’ attache à comprendre leurs états d’âme, ce qui les propulse vers leur destin.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s