Sanctuaires ardents – Katherine Mosby

mosby1Titre : Sanctuaires ardents
Auteur : Katherine Mosby
Editeur : Quai Voltaire/ La table ronde
Nombre de pages :381

Auteur:
Professeur à l’ université de Columbia, Katherine Mosby collabore également au New Yorker et à Vogue. Sanctuaires ardents, le premier de ses 4 romans, avait été salué par toute la presse à sa sortie en 1995.

Résumé:
Souviens-toi, être différent ne fait pas de vous quelqu un de spécial, mais être spécial fait de vous quelqu un de différent. J’espère que tu te joindras à mes prières pour que Vienna Daniels ne change jamais.
Depuis l’ arrivée du couple Daniels, la petite bourgade de Winsville, en Virginie, est en émoi. L’intense beauté de Vienna, sa déroutante culture, sa passion immodérée pour les arbres suscite l admiration des uns, l effroi des autres, les commentaires de tous. Un jour, Willard s en va, laisse Vienna élever seule leurs
deux enfants, Willa et Elliott, deux sauvageons pétris de curiosité et de connaissances. Dès lors, les rumeurs enflent. Jalousies et désirs se multiplient, se cristallisent. Puis le destin commence à s acharner sur les Willard. Forte de sa foi païenne, de son appétit de vivre, de l’ amour qu elle porte à Willa et Elliot, Vienna entre alors éperdument en résistance.

Mon avis:
Dans Sanctuaires ardents, Katherine Mosby crée une ambiance très « nouvelle-Angleterre » avec les thèmes de la religion, de la politique et du social. Le livre tient sa force de ses personnages originaux et de l’importance de l’environnement (nature, littérature, fracture nord/sud).
Vienna, originaire du Nord de l’Amérique vient s’installer suite à son mariage à Winsville, petite ville de Virginie.
Originale, intelligente et asociale, elle sera vite rejetée par les habitants de cette petite bourgade.
 » Tu seras malheureuse et ruinée et cela sera ton seul lien avec le Sud. »
Abandonnée par son mari, Vienna s’isole encore davantage avec ses deux enfants Willa et Elliott. On la dit folle parce qu’elle lit les auteurs grecs et latins et écoute de la musique classique, rejette la religion pour l’amour de la vie et de la nature. Ses enfants apprennent seuls. Willa est arrogante et intelligente et
Elliott est sensible et passionné par les animaux du jardin qu’il sauve et nourrit.
Le style littéraire de Katherine Mosby est très élaboré avec des références et un vocabulaire très riche.
C’est donc une très belle écriture qui sert un roman poignant. Ce roman m’a fait penser au livre d’Harper Lee et au film « Les beignets de tomates vertes » qui sont tous deux d’excellents souvenirs et témoignages de la ségrégation.
Je ne manquerai pas de lire un autre roman de cette auteure dès que possible, Sous le charme de Lilian Dawes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s