Les visages – Jesse Kellerman

kellermanTitre : Les visages
Auteur : Jesse Kellerman
Editeur : Sonatine

Résumé :
Lorsque Ethan Muller met la main sur une série de dessins d’une qualité exceptionnelle, il sait qu’il va enfin pouvoir se faire un nom dans l’univers impitoyable des marchands d’art. Leur mystérieux auteur, Victor Crack, a disparu corps et âme, après avoir vécu reclus près de quarante ans dans une maison délabrée. Dès que les dessins sont rendus publics, la critique est unanime : c’est le travail d’un génie. Mais les ennuis commencent lorsqu’un flic à la retraite reconnaît sur certains portraits les visages d’enfants victimes des années plus tôt d’un mystérieux tueur en série. Ethan va alors se lancer dans une enquête qui va bien vite virer à l’obsession.C’est le début d’une spirale infernale à l’intensité dramatique et au coup de théâtre final dignes des plus grands thrillers.

Mon avis :
Ce livre est davantage un roman qu’un policier. C’est peut-être pour cela qu’il m’a captivée. L’auteur le dit
lui-même «  Si je suis toujours en train d’écrire un roman policier, et je n’en suis pas si sûr… ». Le personnage principal n’est pas un policier, il n’y a pas de bagarres, de sang.
Toutefois, on déterre une vieille histoire d’un tueur en série pédophile.L’enquête est menée par Ethan Muller, propriétaire d’une galerie d’art et descendant de la dynastie Muller.
Ces deux points permettront d’évoquer l’art contemporain et la vie d’une riche famille juive new-yorkaise.
Par un procédé littéraire de récits enchâssés, on suit en alternance :
-l’enquête qui démarre suite à la révélation de dessins extraordinaires, dont l’un dépeint les visages d’enfants tués il y a plusieurs années.
– la saga de la famille Muller qui débute en 1847 avec Solomon, juif allemand, vendeur ambulant immigré qui veut absolument s’en sortir aux Etats-Unis.Les deux histoires progressent et se rejoignent en fin de livre aux jours actuels. Au fur et à mesure, le voile se lève  sur des secrets de famille. C’est ce qui provoque l’engouement du lecteur, d’autant que le style littéraire est très fluide et entraînant.
Grâce à cette enquête, Ethan Muller a compris des choses essentielles qui lui feront modifier sa façon de
vivre. Car le thème principal du livre est la difficulté des relations entre un père et son fils.
C’est un livre d’environ 500 pages et je l’ai lu en deux jours car j’ai été entraînée par cette histoire et
son suspense.
Toutefois, il manque encore une dimension particulière pour en faire un excellent roman.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s