Les veilleurs – Vincent Message

messageTitre : Les veilleurs
Auteur : Vincent Message
Éditeur : Seuil
Nombre de pages : 631

Suite aux bonnes critiques de la rentrée littéraire, j’avais envie de lire ce livre, premier roman d’un tout jeune auteur de 26 ans.
L’histoire commence avec un bon scénario. Oscar Nexus, veilleur de nuit, tue un jour trois personnes dans la rue puis il s’endort sur les cadavres. Après un jugement rapide, il est condamné à perpétuité malgré l’évidence de sa folie et de son amnésie.
Le maire de la ville, amant d’une des victimes, engage un policier afin de déterminer si seule la folie justifie le geste ou si il y a eu un contrat sur sa maîtresse. Pour cela, il lui adjoint un célèbre psychiatre, le Docteur Traumfrend. Ils vont tous trois s’exiler dans une construction étrange en forme de bateau, perdue dans la montagne afin d’étudier les rêves de Nexus.
Puis, on suit deux mondes en parallèle. Tout d’abord le monde réel avec les soucis personnels des protagonistes, puis le monde des rêves de Nexus. Là se côtoient un prophète, qui avertit sur
l’avancement du désert et nous fait donc une allusion au non respect de la nature qui engendre des dérèglements climatiques, des tribus qui se déchirent suite à leurs différences de culture.
Nexus serait un personnage créé, un ambassadeur dont l’objectif est de faire le lien entre ce monde imaginaire et le « Globe », monde réel. Il aurait tué suite à une manipulation d’un xylographe nommé Darus.
Puis, le policier Paulus Riviero découvre qu’en fait Nexus est un migrant de la campagne forcé d’émigrer en ville suite à la politique du maire.
La fin ne nous laisse pas vraiment de réelle explication. Nexus est-il un « fabulateur pathologique », « un témoin d’un autre monde » ou « un fou »?
Il est certain que Vincent Message a un potentiel d’écrivain capable de mêler le suspense, la science-fiction et le roman. Mais, je pense que ce premier essai souffre d’un style débridé. Les phrases sont compliquées, on cherche souvent qui parle. On se noie dans les détails.
Je n’ai pas voulu lâcher ce livre, même si la tentation était forte car j’avais envie de savoir le réel mobile du crime. Je pensais en savoir plus sur les raisons et les conséquences de la folie. J’attendais autre chose

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s