Jours heureux à Flins – Richard Gangloff

gangloffTitre : Jours heureux à Flins
Auteur : Richard Gangloff
Editeur : Albin Michel
Nombre de pages : 238
Date de parution : mars 2013

Auteur :
Richard Gangloff est né en 1951. Une jeunesse dans un milieu modeste, en banlieue parisienne où il pratique plein de petites activités, notamment chez des constructeurs automobiles. Jours heureux à Flins est son premier roman.

Présentation de l’éditeur :
Mai 68, Flins, l’usine-modèle de ce qu’on appelle alors la Régie Renault.
Pendant que la société se soulève, à mille lieux des « cadences infernales », Bertrand l’utopiste, Marie la révoltée, Luc le débrouillard, Ginette la bonne copine pas farouche et Gilbert, le populaire patron du comité d’entreprise, fréquentent « Le Cinq », un bar clandestin, tout en se moquant des ordres lancés par une hiérarchie grotesque.
Ils font des courses sauvages en R8 Gordini et arrêtent les chaînes de montage lorsque l’envie de batifoler les prend. Combines, truandes, coulage… on profite de la vie dans une bonne ambiance. Jusqu’au jour où la paye des employés est volée, probablement grâce à des complicités internes, semant la panique au sein de l’usine. Qui sont les auteurs de ce braquage ?
Dans cette désopilante chronique où une bande de copains se débrouille pour s’en sortir, Richard Gangloff dresse le tableau iconoclaste d’une époque dont nous avons tous une certaine nostalgie.

Mon avis :
« Voilà, c’est comme ça la vie à Flins : pour certains, pour beaucoup, c’est la routine nourricière et fatigante, pour d’autres, nettement moins nombreux, c’est une source de conneries à déguster, une mine de combines à exploiter, un terrain de plaisirs à cultiver. »
A Flins, on travaille chez Renault de père en fils dans des conditions difficiles avec de lourdes charges, du travail à la chaîne ou avec des produits toxiques. Et pourtant, pour certains, il y fait bon vivre. Notamment grâce à un comité d’entreprise à faire rêver, une bibliothèque, une super cantine, des ouvrières peu farouches qui vous offrent des moments privilégiés pour arrondir les fins de mois, des combines sur le dos de l’entreprise pour améliorer le quotidien de l’ouvrier.
Bertrand et ses copains vont toutefois vouloir l’améliorer un peu trop en préparant le  » casse du siècle ». Fort heureusement, les vigiles ne sont pas très vaillants et les évènements de Mai 68 vont quelque peu embrouiller les données.
Richard Gangloff nous rappelle une certaine image de la société des années 60 avec le plein emploi mais des conditions de travail difficiles (quoique nos copains ne semblent pas trop souffrir), le poids des syndicats, et surtout ce côté très « franchouillard » illustré par la présence d’alcool et de plaisirs sur le lien de travail.
Il y a de très bons moments comme la première entrée de Bertrand dans l’atelier des filles ( très vulgairement appelé Le parc aux moules) ou la punition donnée à un vigile qui a eu la main un peu lourde sur une des filles.
Avec un style très simple et basique, l’auteur nous donne une vision humoristique et tendre de la vie des ouvriers dans les années soixante.
Je remercie les Éditions Albin Michel pour la lecture de ce premier roman de Richard Gangloff.

 

 

 

About these ads

4 réflexions sur “Jours heureux à Flins – Richard Gangloff

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s